Sous les lourds pavés sociétaux du couple… la réinvention permanente de l’amour

Et si l’amour n’était pas le monopole du couple ? Et si le couple prôné par l’ensemble de la société, religieuse et laïque, était le choix d’un ratage de vie individuelle ? Et si chacun faisait ses propres choix de vie ? Stéphane Rose décortique le mythe du couple et sa publicité mensongère toujours d’actualité.

Parution du livre En finir avec le couple de Stéphane Rose

Dans un pays laïc comme la France, il est intéressant de chercher à comprendre pourquoi l’institution sacro-sainte du couple est encore timidement remise en cause, du moins publiquement ? Stéphane Rose jette le pavé dans la mare des arguments vaseux aux réflexions préfabriquées comme un message publicitaire monolithique. Il ne s’agit pas pour lui d’imposer une vérité et de condamner le couple comme un péril sanitaire dont il faut se tenir éloigné, mais simplement d’exprimer la légitimité de défendre le droit à ne pas chercher nécessairement à se réaliser individuellement dans la sphère du couple. Comme l’hétérosexualité ne peut pas être une norme absolue, la vie en couple non plus, même si elle apparaît encore trop souvent comme une évidence culpabilisante à l’époque actuelle. Stéphane Rose prône ainsi tout simplement le droit à l’alternative du couple en argumentant à partir de sa propre réflexion sur le monde contemporain et à travers ses propres expériences de vie. Le livre est ainsi un essai subjectif pleinement assumé qui fuit le poids univoque des données statistiques et des sentences universitaires pour libérer une réflexion ouverte à toute argumentation.
Voici par exemple un extrait d’une cinglante perspicacité :
« Rencontrer quelqu’un, se mettre en couple et ne plus rencontrer personne pendant dix, vingt, trente ans ou toute une vie, c’est se condamner à l’immaturité, à la naïveté, aux idées très arrêtées et arrogantes sur l’amour, le couple, le sexe. Vivre dix ou vingt amours, c’est déjà avoir dix ou vingt points de vue à sa disposition, et sortir des croyances amoureuses inculquées par l’inconscient collectif au profit d’une connaissance de soi qui permet de se positionner plus harmonieusement face aux enjeux de l’amour et du désir. » (page 117)
L’analyse présentée dans ce paragraphe s’assume pleinement dans sa subjectivité mais avec une argumentation qui permet de faire tomber les idées préconçues. L’enjeu est ici que les personnes comme l’auteur qui ne sont pas en couple puisse le vivre sans culpabilité et se sentir pleinement eux-mêmes en société comme dans l’invention quotidienne de leur amour.

 

 

en-finir-avec-le-couple
En finir avec le couple
de Stéphane Rose

Nombre de pages : 132
Date de sortie (France) : 10 septembre 2020
Éditeur : La Musardine
Collection : L’Attrape-corps

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.