Billet de blog 29 nov. 2021

"Un abécédaire de la fantasmagorie. Prélude" de Pascal Vimenet

Un voyage au pays de la fantasmagorie de l’histoire du cinéma, autrement dit la fascinante identité protéiforme du cinéma d’animation depuis plus d’un siècle.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au sujet du livre Un abécédaire de la fantasmagorie. Prélude de Pascal Vimenet

En spécialiste et ardent défenseur du cinéma d’animation depuis près de 40 ans, Pascal Vimenet a été sollicité par Sébastien Roffat, directeur de la collection « Cinémas d’animations » au sein de L’Harmattan, pour entreprendre la conception d’une série d’ouvrages. L’idée est de réunir tous les articles déjà écrits par Pascal Vimenet, sans modification ni mise à jour, afin de rendre compte de la fraîcheur et de l’énergie de découverte de ces textes qui pour sujets communs des réflexions menées autour du cinéma d’animation. Un quart seulement des articles est inédit, non pas que ceux-ci aient été écrits pour cette édition mais plutôt que leur publication attendue n’a pas pu avoir lieu.

L’enjeu est ici de constituer en plusieurs tomes une mini encyclopédie de l’histoire internationale du cinéma d’animation à partir d’une entrée thématique classée dans l’ordre alphabétique. Il peut s’agir d’un cinéaste, d’un film, d’un pays, d’un thème plus général… Le tout permettant de reconstituer une vision d’ensemble ambitieuse de ce cinéma qui possède en lui l’archéologie même du Septième art. Certains sujets sont plus particulièrement traités que d’autres, rendant ainsi compte de la subjectivité passionnée de Pascal Vimenet. Ainsi, le cinéaste Walerian Borowczyk occupe une grande place, sous la forme de 4 articles successifs. Si cet ouvrage paru pour la première fois en 2015 a pour sous-titre « Prélude » c’est bien parce qu’il ne s’agit que du début d’un brillant et ambitieux abécédaire comprenant les trois premières lettres de l’alphabet : de A à C. Depuis, trois autres ouvrages ont été édités dont le dernier en 2018 : le lecteur est en droit d’attendre donc la suite avec impatience.

Plutôt que de tracer chronologiquement la succession des événements, cinéastes et films qui font histoire, la forme choisie de l’abécédaire permet ici un usage ludique de l’accès à l’information en fonction des circonstances.

Un abécédaire de la fantasmagorie. Prélude
de Pascal Vimenet
préface de Marcel Jean

Nombre de pages : 402
Date de sortie (France) : 15 juin 2015
Éditeur : L’Harmattan
Collection : Cinémas d’animations

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin