Dominique Bry
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bookclub

Suivi par 614 abonnés

Billet de blog 13 nov. 2013

Thomas Gunzig, créature(s) féroce(s)

Imaginez une humanité codifiée, labellisée, écrasée sous le poids des marques, en proie au consumérisme le plus débridé. Imaginez qu’Ikéa règne en parangon du bon goût mobilier et que l’homme et la femme soient désormais des êtres hybrides, métissés au gêne animal. Imaginez un roman (code)barré, féroce, drôle et sombre comme une zone commerciale déserte un dimanche de novembre : Manuel de survie à l'usage des incapables de Thomas Gunzig.

Dominique Bry
Misanthrope sociable. Diacritik.com
Journaliste à Mediapart

Imaginez une humanité codifiée, labellisée, écrasée sous le poids des marques, en proie au consumérisme le plus débridé. Imaginez qu’Ikéa règne en parangon du bon goût mobilier et que l’homme et la femme soient désormais des êtres hybrides, métissés au gêne animal. Imaginez un roman (code)barré, féroce, drôle et sombre comme une zone commerciale déserte un dimanche de novembre : Manuel de survie à l'usage des incapables de Thomas Gunzig.

« Au début, il n’y avait rien. Ni espace, ni lumière, ni temps qui passe. Pas d’hier, pas de demain, pas d’aujourd’hui.
Pire qu’un jour de grève.
Pire qu’une rupture de stock.
Rien d’autre que le rien, mais bon, le rien, c’était déjà pas mal.
Le rien, ça laisse quand même des perspectives. » 

Nul doute que la première partie du livre en déstabilisera plus d’un : Thomas Gunzig nous embarque sur un bateau de pêche, convoque Moby Dick le temps de 22 pages sibyllines et nous sert un instantané maritime à des miles (du moins le croit-on) de son propos à venir. 

Puis vient la rupture. Le grand commencement, l’incipit d’une Genèse torve et technologique, l’avènement d’un monde passé sous les fourches caudines de la mercatique. Un monde en forme de têtes de gondoles, avec ses petits chefs de rayons et ses grands capitaines d’industrie. Les héros de Manuel de survie à l'usage des incapables sont emplis d’animalité, de bestialité et de cynisme, au sens philosophique du terme. Dans un monde gouverné par le profit et le confort à crédit, il y va de leur survie. Chacun jouit de sa condition hybride comme il l’entend. Ou comme il le peut. 

Blanc, Noir, Brun et Gris, sont des enfants-loups, des voyous, des criminels. Engeance inexplicable d’une mère très tôt absente, convaincus dès leur naissance (peut-être même avant) que la raison du plus fort est toujours la meilleure. 

« Les quatre jeunes loups étaient durs au mal et puis
ils étaient quatre. Ils se faisaient taper sur la gueule,
ils se faisaient insulter mais ils n’étaient jamais seuls.
Dès les premières heures de leur vie, ils l’avaient su.
Peut-être même l’avaient-ils su in utero : à quatre, ils
étaient forts.
Très forts.
Terriblement forts. » 

Jean-Jean est agent de sécurité d’une société « qui n’exigeait que le bac et une bonne présentation. Sa vie était sur les rails ». Il laisse parler sa médiocrité et son épouse à sa place. Cette dernière, Marianne, venimeuse responsable commerciale aux gênes de reptile, workaholic dopée au carriérisme, finira par laisser ses penchants mauvais prendre le dessus. Jusqu’à devenir l’amorale de la fable. 

La galerie anthropomorphe prend très vite des allures de zoo crépusculaire et l’horizon se fait funeste. Cette humanité est assurément post-humaine : Thomas Gunzig décrit cette réalité augmentée avec un humour ravageur. Mi thriller no-futuriste, mi conte philosophique déjanté, Manuel de survie à l'usage des incapables égraine ce qui fait aujourd’hui notre quotidien, et peut-être déjà notre futur, pour mieux le dessouder : la technologie à outrance, l’addiction des gamers, l’individualisme triomphant, la violence suburbaine, l’ambition des uns, la suprématie et la morgue des autres. Un bestiaire des hommes en quelque sorte, indispensable.  

  • Thomas Gunzig, Manuel de survie à l'usage des incapables, Au Diable Vauvert, 420 pages, 18€
© 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte