Christine Marcandier
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bookclub

Suivi par 615 abonnés

Billet de blog 24 janv. 2010

Olimpia, Céline Minard

« La science historique nous laisse dans l’incertitude sur les individus ». De cette citation en exergue, empruntée aux Vies imaginaires de Marcel Schwob, Céline Minard fait un art poétique.

Christine Marcandier
Littérature
Journaliste à Mediapart

« La science historique nous laisse dans l’incertitude sur les individus ». De cette citation en exergue, empruntée aux Vies imaginaires de Marcel Schwob, Céline Minard fait un art poétique.

Olimpia © 

Au centre de son court récit, Olimpia Maidalchini (1594-1647), belle-sœur et égérie du pape Innocent X, pour un portrait en diptyque : Céline Minard nous donne d’abord à entendre sa voix, imprécatrice, violente et charnelle, puissante, avant de retracer son histoire.

Ce roman est donc d’abord une voix, toute de stupre, de malédiction, une langue épaisse et lyrique, démesurée, mêlant tournures archaïques et modernes, les registres les plus élevés et les plus bas, un tissu d’insanités et de beautés maudites, aux éclats majeurs.Chassée de Rome, condamnée à l’exil, Olimpia lance une malédiction sur Rome, « omnia terrae ». Elle scande et hurle sa haine, sa vengeance nécessaire, promet la peste : « tous ceux qui m’ont baisé les mains et les pieds se convulseront ce soir ». Renversant sa puissance passée en litanie du mal, du sexe et de la décadence, elle célèbre le pouvoir de son Verbe, de sa haine. Sa langue, somptueuse, est celle de la poésie du mal.

Olimpia se magnifie en « Pimpaccia et impia et putain de pape et suceuse d’Innocent et vamp, vampiria et femme à sceptre », glorifie la manière dont elle a porté « Innocent, mon dit X » au sommet du pouvoir, dont « mol » elle l’a « bandé ». Elle dresse le portrait d’une Rome marécageuse et glauque, « cloaca maxima », décadente et sublime de théâtralité, de laideur, de népotisme et rancœurs. Une Rome hybride, entre Du Bellay et Baudelaire, Fellini et Pasolini, Vélasquez et Bacon, rouge et noire, immonde et magistrale.

« Si elle m’enlève le masque, cette ville de théâtre boursouflé, gonflée d’or et de stuc, hérissée de colonnes roides, de colonnes torses, gravées, plantées d’arcs à tout bout de champ grosse d’elle-même et de ses cirques innombrables, bouches et bouches de marbre purulentes, cette ville d’artifices avec sa grosse verrue dorée, sa perruque poudrée, le Vatican, je l’arrache, cette ville de carnaval continu, cette ville masque qui figura l’empire jusqu’à ce qu’il l’écrase, je l’arrache, cette ville masque que les papes remontèrent sur leur face sous les boucles de la coupole, le gros chapeau triple, la tiare, ce masque devant le monde, si elle me l’enlève, je l’arrache ».

Innocent X par Diego Velázquez, 1650. Galleria Doria Pamphilj, Rome © 
Francis Bacon, Innoncent X © 

La putain promet l’Apocalypse, une orgie de destruction, se voudrait chute et déluge. Autre nom de la vengeance et du mal.

La seconde partie du roman opère une rupture radicale : du discours au récit, d’une langue apocalyptique au procès-verbal, neutre et historique, d’une vie. Céline Minard nous offre une chronique italienne que Stendhal n’aurait pas reniée, celle d’une femme usant de son corps pour asseoir son pouvoir, sa puissance, sur un être faible et laid, son beau-frère, Giovanni Battista. Elle en fait sa chose, lui promet un avenir « plus brillant, plus rouge qu’un chapeau de cardinal », le fait pape.

(A)mante religieuse, araignée « gantée de velours jusqu’au coude », Olimpia tisse sa toile, paie, flatte, intrigue. Giovanni devient pape. « Ainsi s’ouvrit le règne d’Olimpia Maidalchini » : fêtes monstrueuses, palais, argent, passions, scandales. Splendeurs et misères d’une courtisane, dont Céline Minard cisèle le tombeau, fascinant.

Céline Minard, Olimpia, Denoël, 96 p., 10 €

© 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Entre le Covid et la présidentielle, quelle place pour le travail, les travailleuses et les travailleurs ? La rédaction répond à vos questions
Venez échanger avec des journalistes de la rédaction autour de la couverture des questions sociales à Mediapart. L’occasion de revenir sur les enquêtes, reportages et articles qui ont fait l'actualité. Pour poser vos questions, cliquez ici.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves