mot de passe oublié
onze euros par mois

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 11€/mois et découvrez notre application mobile disponible sur Android et iOS.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart mar. 31 mai 2016 31/5/2016 Dernière édition

Madame Lucienne . Les 100 mots sans lequels la langue serait sans sel ni saveur

Sur les cent, j'ai dû en oublier quelques-uns mais si le nombre n'y est pas, j'ai eu plaisir à les revisiter quoique, comme je l'ai déja dit, ils font encore, effet de l'âge, parti de mon vocabulaire coutumier. J'en ai ajouté d 'autres que Pivot ignora ( dont fric-frac, daron, ..)

Sur les cent, j'ai dû en oublier quelques-uns mais si le nombre n'y est pas, j'ai eu plaisir à les revisiter quoique, comme je l'ai déja dit, ils font encore, effet de l'âge, parti de mon vocabulaire coutumier. J'en ai ajouté d 'autres que Pivot ignora ( dont fric-frac, daron, ..)

 

 

Madame Lucienne était plantureuse et dévote. Elle portait entre ses seins dévoilés et laiteux, prospères, vallées de larmes et de plaisirs, un crucifix d'ébène noir clouté d 'or.

Elle était veuve, Madame Lucienne, d'un daron discret qui avait fait dans le fric-frac et la carabistouille et était mort à la Santé. Il lui avait laissé,en héritage, généreux,le 43 de la rue du Grand Marché.

Maison au gros numéro comme on disait alors, lupanar élégant d'une ville normande qui en comptait alors plus de vingt. Mais le 43 faisait dans le chic et Madame Lucienne dans la distinction. Pas question de recevoir ici, dans les salons aux boiseries recouvertes de brocart, godelureaux, béjaunes et autres jouvenceaux qui ne passaient  que pour faire leurs armes, jeter leur gourme, leur acné  et quelques écus dans la bourse des demoiselles afin que les notaires et gros commerçants puissent épater  leurs reins d 'aise dans le velours cramoisi des fauteuils crapauds sans avoir à trop souffrir des  comparaisons et de non moins éventuelles jalousies.

Nuls gougnafiers ni faquins, ni clampins  ni manants de basse estrasse encore moins de purotins ne venaient ici turluter les gourgandines, pousser sa goualante sur le piano à queue, se la jouer belle, pétuner d'importance en crachant dans des mouchoirs de batiste, pas de grimauds ni de potaches des universités d'alentour,non, rien que du beau monde, haricotier comme le voulait la tradition du lieu, cauteleux de cautèles savantes, gras du bide, peut-être, bas du plafond, certainement,  mais riches à   ravir, vétilleux sur les dessous certes,  mais gros rieurs ,amateurs de coquecigrues, de calvados vieilli en chêne et de jeunes pensionnaires souriantes et polies à la cuisse longue, au ventre rebondi, aux seins généreux, et aux reins ardents aptes à allumer une mèche qui souvent , avec l'âge, tardait à flamber.

Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.

La bonne fortune de Madame Lucienne avait certes attiré la convoitise de quelques parisiens qui étaient venus, mocassins bicolores, costume de nankin, bagouze d’évêque et présomption de pape voir d'un peu plus près leurs chances  de voir s'étendre leur pactole. Mais il leur avait fallu vite déchanter. La daronne avait à son service et solde  une poignée d'argousins qui ayant le doigt dans toutes les tirelires melliflues n'entendaient pas que des fesse-mathieux et de ruffians venus de la capitale leur ôtassent si je puis dire le nectar des canines. IL avait suffi que la Daronne s'en vienne débagouler comme la Nemours contre le Roi et tel que le raconte Brantôme, auprès de quelqu'esgourdes complaisantes pour qu'aussitôt ces quelques flambards s'esbignent sans barguigner ni demander leur reste ni même payer l’addition «  cadeau de la maison »,bref  un n'y revenez pas sans fla-fla ni trop de délicatesse que les rastaquouères comprirent derechef. Jamais ils ne revinrent traîner dans l'alentour avec l’œillade gourmande de futurs proprios.

Certes tout ne fut pas toujours si rose au 43 ! Pensez ! un ramassis de donzelles vivant tout au long du jour et de la nuit en close intimité cela ne peut donner que matière à potiner, jaboter, raconter et rire et de se fâcher pour un rien, un client trop mafflu qui porte un lorgnon d'or, une nasarde mal comprise qui se termine en soufflet, des riens vous dis -je,des momeries  souvent quelquefois des béguin de cœur pour des gommeux de passage, ou, une fois, pour une pensionnaire qui fit pleurer la petite Rose et l'interdit plusieurs jours de clients, qui s'en plaignirent. Ce fut une autre fois la venue d'une gueuse, belle comme l'enfer, brune aux longs cheveux et au nez droit, danseuse à l’œil noir, andalouse sans doute, qui dans ce monde tout blond, de suif, de bougies, de lait, de blanc, frappait l’œil et suscitait des priapées timides mais néanmoins présentes et réveillait au fond des bourses et des bedaines des rêves enfouis. Elle bramait sa gueusaille avec un aplomb qui vous mettez a quia et portait sur elle, à même la peau, qu'elle avait mat, des brimborions d 'argents et de cuirs destinés à éloigner le mal  dont elle lisait la venue et le pouvoir dans la fumée des quinquets, la nuit, tard, quand tout le monde était parti ou que les derniers clients ronflaient à l'étage d'un sommeil d 'enfant.

Effrayée Madame Lucienne y avait mis bon ordre et la priant de s'esbigner dés potron-minet non sans lui avoir , par générosité chrétienne et peur panique sans doute, très largement donné de quoi vivre et voyager jusqu'à la Capitale où la belle comptait aller rejoindre un compagnon de route, joueur de guitare.

Comme il sied à toute réussite il y eut maintes rumeurs, ont-dits, histoires , potins, ragots et médisances mais la carrière du 43, comme un brigantin voguant vers le septentrion,  peu à peu entra dans la légende malgré les capons, les couards, et les couilles molles. Je veux en porter ici témoignage et pourrai vous parler des heures de la jolie Rosette qui, rôdeuse des faubourgs, après moult aventures se vit échoir ici où elle resta douze ans et où je la connus.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Bravo merci Lacome

j'avais déja utilisé la plupart des mots que vous re-usez mais qu'importe!!

j'ai particulièrement aimé : "ici ça ne sent pas la ribote, nous ne sommes pas chez un étalier (et )on ne couche pas à la brune  la donzelle sur l’étal comme un faix sur (son) l' épaule (et un malotru). Ici, ça babille, pétille et lutine, point de goguenardise ni de badauderie (qui finissent ..) ni  piètres billevesées. Ici on ne baille pas( de) pécune ; d’ailleurs ici on ne parle pas d’argent, on échange un (des) trésor (contre un autre.(..

avec les quelques menues corrections

J'avais projeté d'utiliser bancroche dans le sens aussi de bossu(e) qui était une " qualité' que l'on recherchait aussi chez les gourgandines en sérail..mais la phrase était bancale et j'ai rayé puis oublié.Mais je ne suis pas tellement fanatique des mots oubliés, venette  par exemple auquel je préfère vesce, scrogneugneu également peut etre parce que ma mère l'utilisait volontiers comme interjection comme saperlipopette et que je prefere quant à jurer les foutredieu, palsambleu et autres gentilleries dont Brassens nous tressa une jolie guirlande.
J'ai utilisé en revanche d'autres mots que j'aime -et j'en ai oublié beaucoup -qui sont en désuétude, ce que je regrette fort.
Morigèner m'est tombé aujourd'hui sous la langue.N'est-il pas savoureux et précis.?

Daron, daronne,gueuserie gueusaille, gommeux,estrace, haricotier ( qui aime les procès) nankin mais j'aurais voulu aussi utiliser andrinople, zinzolin, garance, nacarat, ponceau  ( qui sont tous avec le carmin et d'autres des nuances de rouge)

Cordialement

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile.
Je m'abonne

L'édition

suivi par 119 abonnés

Boulevard des Mots-dits

À propos de l'édition

Poisons et délices. Morsures et baisers. Mots croisés. Entrecroisés. Partagés. Les mots sont le rêve et la matière sur lesquels se dévoile la certitude du monde. Et l'aveu qui garde le silence du 

secret. 

A votre tour, entrez dans la ronde. Venez participez à la grande Parade, celle du lexique joyeux, du vocabulaire virevoltant... 

Les mots pour le dire, les mots pour ne rien dire, les mots derrière les mots, les mots pour jouer, les mots pour les mots. Tous les mots de la terre... Une édition pour tous les mordus de la langue. Sauce ravigote si possible !

 

Illustration: © Ben 1992