Pierre-Louis Rolle
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bully Pulpit

Suivi par 30 abonnés

Billet de blog 31 oct. 2012

La Californie se prononce sur l’étiquetage des produits OGM

Pierre-Louis Rolle
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Flickr : MillionsAgainstMontsanto

Un article de Charlotte Persant, doctorante à Princeton University

  Le 6 novembre prochain, les habitants de l’Etat de Californie devront voter pour élire le prochain président des Etats-Unis et se prononcer pour ou contre l’étiquetage obligatoire des produits contenants des OGM. L’Etat de Californie est un état qui pratique régulièrement la démocratie directe depuis un siècle. Si la proposition 37 est adoptée, la Californie deviendra le premier état à imposer l’étiquetage systématique de tous les produits commercialisés contenants des OGM. Une révolution alimentaire dans un pays où selon les estimations entre 40% et 70% des produits contiennent des OGM. L’enjeu est à la mesure de la guerre que se livrent depuis plusieurs semaines les lobbies des deux camps.

            Le combat est déséquilibré. D’un coté, le camp en faveur de la proposition 37 invoque le droit de savoir (the right to know) afin de garantir la liberté de choix de son alimentation. De l’autre, les puissants lobbies alimentaires refusent que l’Etat impose une réforme de cette ampleur et accusent l’autre camp d’instiller le doute sur la sécurité alimentaire. Ils envahissent les espaces publicitaires de campagnes négatives dans les medias et invoquent l’augmentation immédiate des prix de l’alimentation comme conséquence directe de cette proposition. A ce jour, plus de 35 millions de dollars ont été dépensés par les industries agroalimentaires contre 7 millions de dollars environ par les défenseurs de l’étiquetage des produits OGM.

© NoProp37

            Le décalage phénoménal des ressources financières mobilisées est un résultat direct de la décision de la Cour Suprême Citizens United (2010). Les grands groupes agro alimentaires Monsanto, Pepsi, Nestle, coca-cola ont dorénavant la possibilité légale de dépenser sans aucune limite afin de mener des campagnes indépendantes. Dans ce cas précis, les grandes entreprises concernées ont mobilisées leurs ressources pour financer des publicités négatives dans les medias. Jusqu’à présent, la décision de la Cour a d’ailleurs eu des conséquences surtout au niveau des états fédérés. L’impact des sommes dépensées, pour contrer cette proposition est frappant. En septembre, les divers instituts de sondages annonçaient des intentions de votes en faveur de la proposition 37 autour de 61% contre 25% contre. Début octobre les sondages indiquent des intentions de votes qui se resserrent entre 48% pour et 40% contre. A mesure que le débat s’intensifie et que les campagnes négatives envahissent les écrans, les intentions de votes en faveur de la proposition 37 baissent.

            Pourtant, si la Californie vote en faveur de cette proposition, la révolution sera plus symbolique que réelle. Le projet de loi exclu de nombreux produits tels que la viande, l’alcool et les produits laitiers. La proposition vise à interdire l’utilisation de l’appellation « naturelle » pour les produits contenants des OGM et veut imposer un étiquetage spécifique. Néanmoins la seule existence de cette proposition et le débat qu’elle entraine ont déjà modifié sensiblement les représentations. La proposition instille le doute dans l’esprit des californiens là où il semblait y avoir un consensus.

            Pourquoi mettre en exergue, sur des emballages, la présence d’OGM si ce n’est pour interpeller le consommateur ? Sommes nous si sûrs de vouloir acheter des produits contenants des OGM ? Le doute s’installe dans les esprits. Souvenons nous de cette phrase d’Alfred Sauvy  « Bien informés, les hommes sont des citoyens ; mal informés ils deviennent des sujets.» L’information est aujourd’hui l’enjeu de ce débat. Cette réforme s’inscrit dans un mouvement plus large, celui qui vise à inscrire un droit à être informé dans la pratique juridique californienne.

            Le mouvement pour le droit de savoir (The Right to know mouvement) est né dans les années 1960 à la suite du célèbre ouvrage de la biologiste Rachel Carson intitulé  « le Printemps Silencieux » (1962). Ce livre provoqua un débat national sur la dangerosité des pesticides et la pollution de l’environnement.  Depuis, ce mouvement a eu pour ambition d’instaurer un « droit de savoir » c’est à dire un accès à l’information par le droit afin d’éviter toute manipulation des citoyens. L’accès à une information indépendante  est l’essence de la liberté de choix et conditionne l’existence même de la citoyenneté.  Le débat américain sur les OGM a donc des spécificités qui le différencient de son homologue européen. En effet, le principe de précaution tel qu’il s’est développé en France repose sur la notion de sécurité. Aux Etats-Unis, le fondement juridique du mouvement pour le droit de savoir est différent car il repose sur le principe de liberté et la pratique de la transparence qui en découle.

            Ainsi, la proposition 37 a le mérite de lancer une conversation qui ne se limite pas aux frontières de la cote Ouest car au delà de l’étiquetage, l’enjeu est celui de la dangerosité des OGM. La Californie va t-elle initier une « révolution alimentaire » ? Réponse le 6 novembre prochain.

Charlotte Persant
Doctorante à l’Université de Princeton (USA), Boursière Fulbright 2012-2013.
Diplômée de Sciences Po Lyon et  de l’Université Paris II - Assas
Stagiaire au Congrès des Etats-Unis 2009/2010
University of Virginia (USA) alumn

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal
À Perpignan, l’extrême droite s’offre trois jours de célébration de l’Algérie française
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire Louis Aliot (RN) met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à « l’œuvre coloniale ».
par Lucie Delaporte
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange
Journal — Terrorisme
Attentat terroriste à Oslo contre la communauté gay : « Ça nous percute au fond de nous-mêmes »
La veille de la Marche des fiertés, un attentat terroriste a été perpétré contre des personnes homosexuelles en Norvège, tuant deux personnes et en blessant une vingtaine d’autres. En France, dans un contexte de poussée historique de l’extrême droite, on s’inquiète des répercussions possibles. 
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan
Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin