Philippe LEGER
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Carnets d'Europe

Suivi par 34 abonnés

Billet de blog 22 août 2021

80 000 oliviers partis en fumée : cagnotte ouverte pour les sinistrés de Kabylie

Au moins d’août 2021, la Kabylie a été ravagée par de gigantesques incendies. En cause : le réchauffement de la planète. À Saint Etienne, l’association culturelle Numidya et ses partenaires ont initié une cagnotte au profit des sinistrés.

Philippe LEGER
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Suite aux terribles incendies qu'a subis la Kabylie parmi tous ceux qui ont touché l'Algérie, l'association culturelle berbère Numidya et ses partenaires - "Les Émissions Berbères" de "Radio Pluriel" ainsi que Christian Bourbon, ambassadeur de l'ONG "Planète Urgence", initient une cagnotte au profit des sinistrés de ces incendies d'une intensité jamais vue », découvre-t-on sur la page Facebook de l’association culturelle berbère Numidya.
Très tôt, cette association de « Sainté » (surnom donné à la ville de Saint Etienne par ses habitants) et ses partenaires ont pris la mesure des enjeux.

La solidarité, « valeur agissante et universelle des Kabyles »

Au pied de la mairie de Saint Etienne, le chapiteau de l'association Numidya et ses partenaires © Philippe Lèger

L’association Numidya promeut la culture berbère et transmet ses valeurs, « elles sont universelles » insiste sa présidente Malika Sidous.
À Saint Etienne, Numidya participe, entre autres manifestations, à la « Semaine de l’Égalité » et à « Tour de Babel » (la fête du livre).
Pour manifester la solidarité de la ville avec les paysans et habitants de Kabylie, le maire de « Sainté », Gaël Perdriaux,  a mis ce samedi 21 août à la disposition de l'association le chapiteau, les tables et les grilles, situés au pied-même de l’hôtel de Ville.

La présidente Malika Sidous, entourée de bénévoles et sympathisants de l'association culturelle berbère Numidya. © Philippe Lèger


C’est sous ce chapiteau municipal que nous avons fait la connaissance de Malika Sidous, la présidente de l'association Numidya, assistée de ses bénévoles.
Elle précise que la cagnotte a été initiée avec les « Émissions Kabyles », animées par Mohand Amaloul de Radio Pluriel, une radio associative basée à Saint-Priest et qui émet dans la région lyonnaise (Ndr : depuis 1981) … L’écrivain Christian Bourbon, ambassadeur de « Planète Urgence » (ONG), apporte son concours avec un don de 80 livres et comme commissaire aux comptes. »

Pas moins de179 morts et 80 000 oliviers partis en fumée !

« Pas moins de 179 morts, des milliers d’hectares dont 800 hectares d’oliviers partis en fumée, continue la présidente. À 100 oliviers par hectare, le compte est vite fait : ce ne sont pas moins de 80 000 oliviers réduits en cendres. Les habitants ont tous perdus…  Par-delà le puissant symbole représenté depuis toujours par l'olivier, pas seulement dans la culture kabyle, son huile d'olive est une ressource vitale. Là-bas, sans elle, beaucoup de parents ne pourront pas nourrir leurs enfants. Et il faut reconstruire des maisons, elles-aussi ravagées par le feu à cause du manque de moyens… Pas de lances à incendie (Ndr : encore moins d’avions bombardiers d'eau algériens*)… seulement des branchages ! Et du courage et de la détermination. À ce drame, ajoutez celui de la pandémie du coronavirus, une autre tragédie pour l’Algérie… Les habitants sont pris en tenailles... piégés comme des rats ! »

Un don... un livre.

« La collecte s’effectue dans une clarté totale. Les comptes seront rendus publics »

Plus prosaïquement, l'association Numidya et ses partenaires ont séquencé l'action en 4 étapes :

  • 1 - Collecte de fonds ;
  • 2 - Contacts et rencontres avec les représentants des comités de village ;
  • 3 - Recensement région par région du nombre d'oliviers à planter ;
  • 4 - Achat des oliviers, sur place, en Kabylie.

« Les comptes seront contrôlés par Christian Bourbon, officiant comme commissaire aux comptes. Ils seront rendus publics. Tout s'effectue dans la transparence, nous exigeons une clarté totale. Nous continuerons à y veiller tout au long de l'opération » assure la présidente.

Le texte admirable sur l'olivier de Mouloud Mammeri, présenté par Yasmina. © Philippe Lèger

Malika Sidous se rendra sur place afin de prendre contact avec les comités de village de la région de Tizi Ouzou et Béjaïa.
Un rapide décompte montre l’ampleur de la tâches. Rien que pour les oliviers, il faut réunir pas moins d'un million deux-cent-mille euros (80 000 x 15 € le plant).
« Les pépinières algériennes fourniront les plants … Il faudra des bras pour les mettre en terre, une occasion de sensibiliser les jeunes Stéphanois… Et attendre encore 5 ans pour que les oliviers donnent des fruits… »
Ce dernier point signifie que la population kabyle de la région de Tizi Ouzou et Bejiaïa devra tenir au moins 5 années sans cette ressource économique, pourtant très importante pour sa survie..
La somme de 1 million 200 000 euros sera-t-elle réuni à Sainté ? Probablement pas. Raison pour laquelle ont parle ici « d'initialiser la cagnotte ». Dans toute la France, sinon l’Europe, à l’image de l’association culturelle Numidya, la diaspora kabyle et ses partenaires activent leurs relais... Les petits ruisseaux font les grandes rivières.

Interview de Malika Sidous, présidente de l'association culturelle berbère "Numidya". Lapsus de votre serviteur : il s'agit bien de 80 000 oliviers à replanter (pas... 800 000 !) © Philippe Léger

Le réchauffement climatique a aggravé la dimension des sinistres

Selon une étude parue dans le journal « Le Monde » du 20 août 2021 sous la plume de Pierre Breteau, l'Algérie n'est pas le seul pays concerné  dans cet espace qui s’étend de la zone arctique à la Méditerranée. En cause :  le réchauffement climatique, responsable de « mégafeux » .
En Grèce, les surfaces ravagées par les incendies ont été multipliées… par 11 !
La Finlande n’est pas non plus plus épargnée, ni la France (4 fois plus de surfaces dévorées par le feu en cette période de l’année) ; l’Espagne a été également sévèrement touchée (1,6 fois plus qu’en temps « normal »).
Hors d’Europe, le Maroc et surtout, l’Algérie, paient le tribut au réchauffement planétaire.
Derrière les chiffres publiés par « Le Monde » pour l’Algérie (3 857 ha contre 2 425 ha en moyenne) se cachent des drames, des tragédies humaines, mais aussi économiques. Notamment en Kabylie, dans les wilayas (départements) de Tizi Ouzou et Béjaïa.

*« Durant trois jours, le renfort apporté par deux Canadair  (Ndr : ainsi q'un avion de liaison), en provenance de France, ainsi qu'un bombardier d’eau espagnol, a été crucial pour freiner l’avancée du feu », selon France Info.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener