Retour à l'édition "Cheval, mon ami"

Digressions autour du cheval

1996-fanfan-michel

Bientôt 26 années partagées avec ce cheval !

Acheté à la naissance dans un désir égoïste, débourré un peu au pif, il a été et est toujours un compagnon, un ami. Avec lui, j'ai connu tant de bonheur !

Les joies des randonnées, quand on se lève dans les petits matins frisquets pour porter le fourrage, quand on traverse cette si belle nature de la France, de la Camargue à la Drôme sauvage, des Causses arides aux forêts sombres et mystérieuses des Ardennes.

Les plaisirs sensuels des caresses de son encolure et de ses naseaux, l'odeur un peu musquée et de cuir de sa sueur dans l'effort, l'émotion de son hennissement complice dans le lointain, le parfum fleuri de son crottin : tout chez lui m'a toujours attiré et séduit !

Que de fois son calme serein m'a remonté le moral dans les moments de découragements. Quand j'étais perdu, ne savais où retrouver mon chemin. Quand harassé de marcher à ses côtés, je l'implorais de m'accepter sur son dos malgré la pente raide d'une draille ! Jamais mon cheval ne m'a déçu !

C'est le long de son encolure, dans le poil fin, sous la critère, qu'en hiver j'ai glissé ma main pour la réchauffer !

Oui, j'ai commis bien des erreurs en le débourrant, trop vite exigeant qu'il fasse ce que je lui demandais, sans faire suffisamment preuve de patience comme il l'aurait mérité.

Oui, au moins 15 fois, il m'a jeté par terre, parfois douloureusement mais jamais par méchanceté, toujours dans des mouvements brusques de peur. De ces pelles, je ne lui en ai jamais voulu, m'en faisant le reproche en raison d'un apprentissage certainement trop rapide.

Le cheval est un sage, d'une patience incroyable. De quoi nourrir l'âme de son propriétaire. Un maître zen en quelque sorte !

Le cheval est généreux et si vous avez sa confiance, on ne voit pas les limites de ce qu'il est prêt à vous donner.

C'est grâce à mon compagnon que je me suis penché sur l'éthologie. C'est en partie grâce à lui que je me suis progressivement élaboré une philosophie de vie basée sur le respect de notre environnement. Comment celui qui aime les chevaux dans le vrai sens du terme ne pourrait-il pas être en même temps un écologiste convaincu ?

Non, les animaux ne sont pas des "machines". Ils sont intelligents, sensibles, bienveillants, généreux, empathiques. Nous en avons tant à apprendre d'eux !

Cher compagnon, j'ai essayé de respecter tes besoins essentiels : une nourriture naturelle de qualité, suffisamment d'espace pour t'ébattre en mon absence, un autre cheval à tes côtés pour éviter que tu ne te sentes trop seul, un sol correct sous tes sabots.

Mais la vie que je t'ai proposée a-t-elle répondu à ces besoins ? Après 26 ans, je me pose encore parfois des questions !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.