Festival de Biarritz : "Las Buenas intenciones" d'Ana García Blaya

Trois enfants vivent alternativement sous le toit de leurs parents séparés : une mère rigide et un père musicien dont ils partagent la liberté. Mais face à la crise économique de l'Argentine des 1990, leur mère décide de partir vivre avec eux au Paraguay. Tandis que leur père n'ose pas s'y opposer, Amanda, l'aînée, souhaite rester avec son père à Buenos Aires.

"Las Buenas intenciones" d'Ana García Blaya © DR "Las Buenas intenciones" d'Ana García Blaya © DR
Film en compétition long métrage de la 28e édition du Festival Biarritz Amérique latine 2019

La réalisatrice et scénariste Ana García Blaya évoque les années 1990 et ses souvenirs d'enfance auprès de son père séparé de sa mère. Le point de vue est pleinement assumé dans sa subjectivité, rendant hommage à un père dépassé par ses responsabilités parentales mais offrant une liberté d'expression et de découverte musicale forte à ses enfants. Le père incarne la liberté qui ne souffre pas des contingences quotidiennes tandis que la mère systématiquement tendue semble vouloir s'enfermer dans une vie sans âme mais à l'abri du besoin. La cinéaste rend hommage à ce père dépassé par les événements, qui accepte sans rechigner la décision de la mère de ses enfants de mettre fin à la garde alternée pour partir avec eux dans un autre pays.
Systématiquement dénigré aux yeux de ses enfants par une mère qui insiste pour faire de lui un père totalement irresponsable qui ne tient aucune de ses promesses, le père est ici un personnage touchant malgré ses faiblesses que les choix de mise en scène tendent à rendre sans conséquence.
Le film est notamment construit autour d'une bande originale des musiques de l'époque témoin de la transmission musicale du père à ses enfants, tout autant que des vidéos enregistrées des moments passés en famille avec l'imperfection de l'image de l'époque. Même si le père est au centre du récit, tout comme sa fille aînée, le film constitue davantage la reconstitution de l'ambiance d'une époque où les difficultés économiques de la décennie sont surtout appréhendées à partir du regard des enfants bercés avant tout par l'amour de leur père et qui n'ont que faire de la bonne définition officielle du parents socialement accepté. Ainsi, malgré son parti pris de mise en scène en immersion au sein de ce microcosme familial, le film n'a cependant rien des enjeux documentaires, excluant les moments de difficultés pour ne montrer que la chronique d'un père ayant tellement intégré le regard excluant des autres, qu'il finit par abandonner toute prétention à vivre son existence parentale.
Dans ce cadre, les « bonnes intentions » sont partagées par le père comme par la mère dont le déménagement doit permettre d'offrir de meilleures conditions économiques aux enfants, en négligeant en même temps totalement le rôle inhérent au père.
En réalisant son premier long métrage, Ana García Blaya incarne elle-même le rôle de son père puisque son film comporte une grande partie de films réalisés en vidéo qui à l'époque étaient réalisées par son père. En plus de l'hommage, la réalisatrice filme une histoire de transmission. Il est aussi question du récit dramatique de la souffrance cornélienne pour des enfants qui n'en sont plus tout à fait et qui doivent prendre des décisions que les adultes pris dans des conflits alambiqués, ne savent plus assumer. Un point de vue original sur la subjectivité de l'enfance qui sait pleinement assumer le flou du point de vue subjectif propre à cet âge qui n'a rien d'innocent.

 

Las Buenas intenciones
d'Ana García Blaya
Fiction
86 minutes. Argentine, 2019.

Couleur
Langue originale : espagnol

Avec : Javier Drolas, Amanda Minujín, Ezequiel Fontanela, Carmela Minujín, Sebastián Arzeno, Jazmín Stuart, Juan Minujín
Scénario : Ana García Blaya
Images : Soledad Rodríguez
Montage : Rosario Suárez
Musique : Ripe Banana Skins
Production : Nos ( Joaquín Marques Borchex), Tarea Fina (Juan Pablo Miller), Bla Bla Cine (Juana García Blaya, Ana García Blaya)
Ventes internationales : Films Factory

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.