International Film Festival Rotterdam 2020: "Um animal amarelo" de Felipe Bragança

Un cinéaste brésilien frappé d’une étrange malédiction s’en va en quête de lui-même alors que son pays chute dans un désastre politique profond.

"Um animal amarelo" de Felipe Bragança © DR "Um animal amarelo" de Felipe Bragança © DR
Le Brésil, ce gigantesque territoire d’Amérique du Sud, brasse toute une histoire féconde héritière en traumatismes liés aux origines esclavagistes. Le pays traverse un moment politique trouble avec une présidence qui a rarement atteint des sommets d’extrémisme depuis ces dernières décennies. Au moment des heures les plus sombres de la dictature brésilienne dans les années 1970, le cinéma livrait déjà une œuvre culte du tropicalisme : Macunaïma (1970) de Joaquim Pedro de Andrade. Um animal amarelo de Felipe Bragança, un demi-siècle plus tard, poursuit les questionnements lancés par Macunaïma autour de l’identité brésilienne traversée par la malédiction de ses violences politiques. De concert avec les enjeux cinématographiques de Kleber Mendonça Filho et Karim Aïnouz dans leurs derniers films qui marient étroitement une connaissance accrue du cinéma de genre et la nécessité profonde de réveiller la conscience politique du citoyen spectateur, brésilien notamment, Felipe Bragança propose à travers une valse avec l’étrangeté fantastique du réalisme magique de saisir le Brésil d’aujourd’hui dans ses questionnements profonds, en développant un récit liant Brésil, l’Afrique lusophone du Mozambique et le Portugal. Cette longue odyssée d’un cinéaste en quête de lui-même qui reçoit le lourd héritage du drame vécu et porté par son grand-père, ne cesse de désigner la brésilianité contemporaine dans sa capacité à assumer sa paternité en se dégageant d’un sentiment de puérilité liée à une sexualité problématique. Transcendant le cinéma de genre dont l’ADN repose sur des interrogations politiques à l’instar du cinéma de John Carpenter, comme il l’avait illustré dans La Fille alligator son précédent long métrage de fiction, Felipe Bragança continue d’explorer la liberté de ton et d’associations métaphoriques que permet sans cesse le cinéma.

 

UM ANIMAL AMARELO | TEASER OFICIAL | 2020 NOS CINEMAS © Olhar Distribuição

 

shellac-a-yellow-animal-poster-2941
Um animal amarelo
de Felipe Bragança
Fiction
115 minutes. Brésil, Portugal, Mozambique, 2020.
Couleur
Langue originale : portugais

 

Avec : Higor Campagnaro (Fernando), Isabél Zuaa (Catarina), Catarina Wallenstein (Susana), Tainá Medina (Luiza), Sophie Charlotte (Sofia), Matamba Joaquim (Cesarino Boavida), Lucília Raimundo (Seixas), Herson Capri (Sebastião), Thiago Lacerda (Ricardo), Adriano Luz (João da Beira), Diogo Dória   (Barão), Matheus Macena (Juliano), Marcio Vito(Carlos), Samuel Toledo (Fernando)


Scénario : Felipe Bragança
Images : Glauco Firpo
Montage : Marina Meliande, Karen Black
Musique : Jonas Sá, Ricardo Dias Gomes
Son : Fernando Henna
Décors : Dina Salem Levy
Production : Duas Mariola Filmes, O Som e a Fúria
Producteurs : Marina Meliande, Luís Urbano
Vente internationale : Shellac

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.