Le drame existentiel de l'internaute colonialiste

Dans une colonie d'Amérique latine de la fin du XVIIIe siècle, le corregidor Don Diego de Zama attend désespérément une lettre du vice-roi pour être muté.

"Zama" de Lucrecia Martel © Shellac Sud "Zama" de Lucrecia Martel © Shellac Sud

Sortie DVD : Zama de Lucrecia Martel

Dans un monde colonial en décomposition où les années de guerre d'Indépendance vis-à-vis des couronnes européennes sont toutes proches, un haut fonctionnaire esclavagiste consentant s'ennuie profondément comme les Internautes contemporains devant leurs écrans en mal d'un ailleurs qui n'arrive pas. En plongeant dans un récit historique adapté d'Antonio Di Benedetto, Lucrecia Martel poursuit son analyse de personnages qui jouissent d'un confort social dans un monde en décadence. L'histoire de Zama est atemporelle dans ce qu'elle va interroger le mal-être contemporain sur la sphère sociologique du virtuel. Comme si Internet était l'équivalent pour les individus qui en jouissent des nouvelles terres à conquérir sans complexe pour les conquistadores avides de sensations fortes. Ce film est donc un anti film d'aventure condamnant de manière perspicace l'esprit colonialiste de toutes époques en prenant à rebrousse poils le genre cinématographique. La cinéaste signe une anti-épopée, celle de la fabrication politique d'une certaine Amérique toujours actuelle. Quelle liberté pour un fonctionnaire colonialiste responsable de la vie et de la mort des Indiens asservis ? Une rébellion comme l'a été celle des privilégiés qui ont pris part aux luttes pour l'Indépendance quelques années plus tard ? C'est aussi ce portrait historique d'une libération qui n'a pas eu lieu que reflète la description du personnage éponyme qu'est Zama. Pour le décrire, Lucrecia Martel enferme son personnage dans des cadres intérieurs claustrophobiques avant de lui laisser une dernière alternative dans une échappée belle loin de la civilisation coloniale qu'il côtoyait jusque-là. Lucrecia Martel affirme une fois encore un ton singulier en toute indépendance artistique qui n'appartient qu'à elle et laisse encore songeur quant à l'éventail de ses assimilations offertes à l'entendement intellectuel.

 

 

shellac-zama-packshot-2554
Zama
de Lucrecia Martel
Avec : Daniel Giménez Cacho (don Diego de Zama), Lola Dueñas (Luciana Piñares de Luenga), Matheus Nachtergaele (Vicuña Porto), Juan Minujín (Ventura Prieto), Rafael Spregelburd (le capitaine Hipólito Parrilla), Nahuel Cano (Manuel Fernández), Daniel Veronese (le gouverneur)
Argentine, Brésil, Espagne, République Dominicaine, France, Pays-Bas, Mexique, Suisse, USA, Portugal, Liban, 2017.
Durée : 114 min
Sortie en salles (France) : 11 juillet 2018
Sortie France du DVD : 4 décembre 2018
Couleur
Langue : espagnol - Sous-titres : français.
Éditeur : Shellac Sud
Bonus :
Livret



 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.