Sexualité frustrée et terreur : un cocktail de cinéma de genre argentin

Durant une nuit chaotique dans une ville argentine, sexualité frustrée, terreur, morts-vivants, crapules politiques et vengeance s'entremêlent dans l'horreur.

"Terror 5" de Sebastián Rotstein et Federico Rotstein © Rimini Éditions "Terror 5" de Sebastián Rotstein et Federico Rotstein © Rimini Éditions

Sortie DVD : Terror 5 de Sebastián Rotstein et Federico Rotstein

La terreur, c'est l'enjeu de ce film et 5 c'est le nombre d'histoires de ce programme de sketches. Le tout a pour point commun une nuit chaotique dans un espace urbain. Une première histoire est servie en intégralité en guise d'ouverture du film avec des lycéens qui ont inversé les rôles vis-à-vis de leurs professeurs : refusant l'inéluctabilité des rapports de soumission, ils ont décidé de les torturer. Et c'est le fait de pouvoir devenir bourreau qui offrira à un pré-adulte la possibilité de perdre sa virginité. Dans toutes ces histoires, sexualité frustrée et passage à l'acte d'une violence bestiale est le motif redondant, qui permet d'évoquer les relations « je t'aime moi non plus » d'un jeune couple potentiellement aromantique, le snuff movie, le harcèlement de tout un groupe contre un jeune homme vierge, des hommes seuls dans leur voiture en mal de sexe et la corruption politique protégée par la justice du pays, incarnant l'horreur du patriarcat dans toute son ampleur.
Il ressort de tout cet ensemble un vrai désir de cinéma avec de multiples références, une volonté de créer de véritables mises en scène en faisant appel à de bons acteurs de cinéma vus dans de nombreux film argentins, mais le tout est bien trop brouillon. La faute à un scénario des plus bancal qui cherche à lier maladroitement les segments d'histoires sans aucun point de vue. Quatre histoires sont présentées dans un montage parallèle sans cohérence dans les potentielles relations que l'on pourrait établir entre elles. Le film aurait pu se prêter à l'analyse sociale et politique de l'Argentine d'aujourd'hui toujours marquée par les stigmates de la dictature (cf. la séquence de la torture des professeurs) et la corruption politique. Le montage ne vient pas non plus sauver l'ensemble en l'absence d'une unité de récit prévu par les réalisateurs. Il ne s'agit pas non plus d'un navet, quelques bonnes idées pointant leur bout de nez ici ou là, mais il est facile de se perdre en chemin en tant que spectateur. Heureusement, les acteurs portent assez bien le film, merci à eux ! Il faut encore souligner l'excellente initiative de l'éditeur Rimini de permettre de faire connaître le cinéma de genre argentin quasiment inconnu des salles en France.

 

 

5xz4
Terror 5
de Sebastián Rotstein et Federico Rotstein
Avec : Rafael Ferro (Palacios), Jorge Prado (Miguel Aquino), Gastón Cocchiarale (Bruno), Walter Cornás (Juan Carlos)
Argentine, 2016.
Durée : 78 min
Sortie en salles (France) : inédit
Sortie France du DVD : 5 février 2019
Format : 2,35 – Couleur
Langue : espagnol - Sous-titres : français.
Éditeur : Rimini Éditions

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.