Homo eroticus ou la revanche de l’avatar

Pedro ne sort plus de chez lui après avoir été exclu de la faculté pour actes de violence. Devant sa webcam, il propose des performances érotiques avec de la peinture fluo sur son corps dénudé et son exhibition lui permet de recevoir une rétribution financière.

"Hard Paint, le garçon fluo (Tinta Bruta) de Filipe Matzembacher et Marcio Reolon © Optimale "Hard Paint, le garçon fluo (Tinta Bruta) de Filipe Matzembacher et Marcio Reolon © Optimale
Sortie DVD : Hard Paint de Filipe Matzembacher et Marcio Reolon

Après leur premier long métrage de fiction Beira-Mar (2015) Filipe Matzembacher et Marcio Reolon proposent un nouveau film toujours savamment construit esthétiquement, autour de la construction queer dans un pays, le Brésil, toujours plus homophobe et conservateur. Après l’ailleurs d’un voyage vers une résidence au bord de la plage dans Beira-Mar, les réalisateurs choisissent de faire le portrait de l’ici et le maintenant de Porto Alegre, une ville qu’ils connaissent puisqu’ils y sont nés et y vivent. Autour de la chronique de vie de leur personnage principal, Pedro, se dessine l’évolution d’une ville, par le passé beaucoup plus libre et tolérante qu’à l’heure actuelle. En effet, Pedro y déambule avec anxiété ne sachant pas si les regards des habitants à son égard sont homophobes, associés au drame dont il est responsable ou encore à sa présence sur le Net, ou bien simplement encore animés d’une indifférence profonde à son égard. Toujours est-il que Pedro s’est enfermé dans une image de lui qu’il tente de maîtriser au mieux en s’enfermant dans sa chambre et se tournant vers l’extérieur en construisant un avatar performant de lui-même sur Internet. Il lui faudra passer par le lâcher-prise d’une relation amoureuse réciproque pour entrevoir une nouvelle possibilité de vivre en dehors du statut de victime de situations oppressantes à l’égard de l’affirmation de son identité non normée.

Les réalisateurs comme dans leur premier film ne se contentent pas d’une chronique initiatique faisant l’éloge de la différence dans une société peu ouverte aux communautés LGBTQ+, ils embrassent littéralement le corps social dans leur récit pour rendre compte d’une construction individuelle étroitement liée avec ce qui se passe dans le reste de la société. Ils réussissent ainsi à saisir des problématiques contemporaines en usant de nuances dans la communication de leurs personnages souvent peu loquaces et pour lesquels seuls la violence physique et la sexualité apparaissent comme la seule expression physique efficiente. Une réflexion pertinente à portée universelle sur le mal-être de l’individu harcelé par sa prétendu marginalité qui doit lutter pour ne pas rester au seul état de victime impuissante.

 

 

hard-paint-le-garcon-fluo-edition-limitee-dvd
Hard Paint (le garçon fluo)
Tinta Bruta
de Filipe Matzembacher et Marcio Reolon
Avec : Shico Menegat (Pedro), Bruno Fernandes (Leo), Guega Peixoto (Luiza), Sandra Dani (Avó), Frederico Vasques (Beto), Denis Gosh (Igor), Camila Falcão (Paula), Áurea Baptista (le juge), Kaya Rodrigues (Ana), Larissa Sanguiné (le voisin), Zé Adão Barbosa (Sérgio), Gabriela Greco (la défenseuse publique), Janaína Kremer Motta (Veronica), Marcelo Restori (le vendeur de bière), Eleonora Loner
Brésil – 2018.
Durée : 118 min
Sortie en salles (France) : 15 mai 2019
Sortie France du DVD : 28 novembre 2019
Couleur
Langue : portugais - Sous-titres : français.
Éditeur : Optimale


Bonus :
Entretiens
Bandes-annonces

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.