Retour sur le séisme social et politique de Lula en 2003

Une journée dans la maison de campagne d’une riche famille brésilienne perturbée par l’élection en 2003 de Lula à la présidence du pays.

"Domingo" de Fellipe Barbosa et Clara Linhart © Condor "Domingo" de Fellipe Barbosa et Clara Linhart © Condor
Au sujet de l'édition DVD : Domingo de Fellipe Barbosa et Clara Linhart

Ce troisième long métrage coréalisé par Fellipe Barbosa, poursuit la longue réflexion sur le mal-être profond résultant de la division des classes sociales au Brésil, après Casa grande (2014) et Gabriel et la montagne (2017). Le coréalisateur, aux côtés de Clara Linhart, a cette fois-ci laissé le champ libre au scénariste Lucas Paraizo pour rendre un hommage déclaré et explicite au film fondateur d’un nouveau cinéma latino : La Ciénaga (2001) de Lucrecia Martel. En effet, Domingo reprend le principe du huis clos d’une famille dans une maison familiale pour interroger toute la réalité sociale et politique d’un pays à travers le dispositif du théâtre classique de l’unité de lieu, de temps et d’action. Ce principe n’est pas non plus éloigné du portrait corrosif de Luis Buñuel à l’égard de l’élite sociale dans L’Ange exterminateur (El ángel exterminador, 1962) l’esprit surréaliste naturellement en moins. L’hommage rendu n’empêche nullement ici au film de développer son propre point de vue et sa propre mise en scène, chaque personnage disposant notamment d’une écriture très développée dans la logique du film choral là où Lucrecia Martel prenait tous les personnages comme un seul personnage. Le point de vue corrosif est d’une grande efficacité et permet rétrospectivement de se rendre compte de la réalité sociale et politique du Brésil mettant par ailleurs en perspective la réalité actuelle du pouvoir politique soumise à la folie du personnage Bolsonaro. Chaque personnage, qu’il s’agisse d’un enfant comme d’un adulte, est une véritable pièce du puzzle offrant au final une vue globale de la violence des divisions sociales au Brésil. Domingo (dimanche en portugais) est le jour du repos où chacun lâche sans retenue ce qu’il est dans tout l’exercice de l’excès de son pouvoir, le jour du Seigneur pour les chrétiens où au Brésil est élu une nouvelle figure christique athée en la personne de Lula. Tous ces parallèles métaphoriques s’avèrent, dans la lignée du cinéma de Lucrecia Martel, extrêmement féconds ! En complément du film, le documentaire réalisé par la télévision par Gonzalo Arijón juste après l’arrivée à la présidence de Lula, recueille les témoignages de Brésiliens de divers horizons politiques sur le changement politique et social alors en cours dans le pays.

 

 

81huyfvocol-sy445
Domingo
de Fellipe Barbosa et Clara Linhart

Avec : Ítala Nandi (Laura), Camila Morgado (Bete), Augusto Madeira (Nestor), Martha Nowill (Eliana), Michael Wahrmann (Eduardo), Ismael Caneppele (Miguel), Silvana Silvia (Inès), Clemente Viscaíno (José), Chay Suede (Mauro)

Brésil, France, 2018.
Durée : 94 min
Sortie en salles (France) : 10 octobre 2018
Sortie France du DVD : 26 mars 2019
Format : 1,85 – Couleur
Langue : portugais - Sous-titres : français.
Éditeur : Condor Entertainment

Bonus : Lula, la gestion de l’espoir un documentaire réalisé par Gonzalo Arijón (61’, 2015)

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.