Quelles origines pour les Argentins nés sous la dictature ?

Mario a des doutes sur ses origines : serait-il un de ces enfants kidnappés par les militaires de la dictature argentine à leurs parents assassinés ? Il entraîne dans ses interrogations son ami Santiago issu d'un milieu plus aisé pour rencontrer les Mères de la place de Mai qui militent toujours pour retrouver leurs enfants et petits-enfants.

Parution du roman graphique Vies volées de Matz & Mayalen Goust

Au centre de ce récit porté par Matz qui plonge une nouvelle fois dans l'histoire de l'Argentine après Julio Popper, se trouve la dénonciation d'un poids toujours plus lourd à porter pour la nouvelle génération d'hommes et de femmes nés sous la dictature. Nés en captivités, les bébés des parents qui ont été sauvagement et systématiquement assassinés par le régime militaire, ont été placés dans des familles proche du pouvoir en place avec l'atroce idéologie que ces enfants bénéficieraient d'une influence « normale » éloignée des pensées progressives alors en cours. Cette histoire est d'une brûlante actualité même si cette question est le plus souvent éludée notamment dans le cinéma argentin contemporain qui parvient à la connaissance du public français. D'où l'intérêt pour ce roman graphique édité par Rue de Sèvres de s'emparer de ce sujet à l'aide du subtil trait de dessin de Mayalen Goust qui fait disparaître son trait de crayon derrière le souci réaliste visant à reconstituer une architecture des lieux que les personnages traversent. Ce graphisme est ainsi au service du réalisme d'un récit totalement dédié à un drame contemporain. Si l'histoire ne s'encombre d'aucun récit périphérique au témoignage principal, on peut être déçu des limites du récit proposé qui se développe autour d'histoires amoureuses qui n'est qu'un prétexte à proposer des personnages au sein d'une intrigue et le manque également de développement autour des explications entre enfants et parents lorsque la question des enfants volés est évoquée. Il n'en reste pas moins un récit qui n'a rien d'anodin où une histoire d'amour peut flirter dangereusement avec le drame dans des circonstances où tout un pays n'en a pas fini de faire le deuil de son passé, la courageuse obstination des Mères de la place de Mai à Buenos Aires le rappelant sans cesse.




couverture-vie-volee
Vies volées. Buenos Aires place de Mai
de Matz (scénario) & Mayalen Goust (dessin)

Nombre de pages : 80
Date de sortie (France) : 10 janvier 2018
Éditeur : Rue de Sèvres

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.