Fin du partenariat entre Cinélatino et San Sebastián autour de Cinéma en Construction

L'initiative "Cinéma en Construction" créée en 2002 entre le festival Cinélatino, Rencontres de Toulouse (France) et le festival de cinéma international San Sebastián, 18 ans après leur création, le partenariat vient de se terminer.

cine-en-construccion
L'initiative "Cinéma en Construction" consiste à soutenir les longs métrages latino-américains en post-production dans leur finalisation. Esther Saint-Dizier, une des ambassadrices de ce projet depuis ses débuts au sein de Cinélatino où elle est également présidente d'honneur et membre du comité de la programmation long métrage de fiction, présente la nouvelle situation dans laquelle doit évoluer dorénavant ce dispositif.

 

Cédric Lépine : Dans quelles conditions Cinéma en construction a été réalisé cette année et qu’en est-il de Cinéma en développement ?

Esther Saint-Dizier : Cette dernière session commune à Cinelatino, Rencontres de Toulouse et au festival de San Sebastián, n’a pu se dérouler dans les conditions initialement prévues les 26 et 27 mars, en raison de la crise sanitaire inouïe qui nous a contraint, après annulation du festival, à recourir aux technologies du virtuel pour ne pas pénaliser les projets portés par les réalisateurs.trices et producteurs.trices latino-américain.e.s sélectionnés.

La réception des 204 inscriptions s’est déroulée normalement jusqu’au 21 janvier et la sélection des 6 films de cette 37e session a eu lieu après la délibération commune aux deux comités de sélections. 

Très vite après l’annulation du festival, nous avons décidé d’organiser en ligne cette nouvelle édition à l’adresse des membres des 3 jurys concernés et des professionnels que nous avons invités sur la videolibrary créée avec la plateforme Cinando. Dès le 30 mars, le dispositif était opérationnel et est resté accessible aux intéressés jusqu’au 23 avril.

Les jurés des différents prix se sont réunis en visioconférence les 2 et 3 avril et ont décerné leur prix respectif. Les Prix Cinéma en Construction Toulouse, le Prix Special Ciné + en Construction et le Prix des Distributeurs et Exploitants Européens ont fait l’objet d’un communiqué de presse le 3 avril.

Nous sommes très reconnaissants à nos fidèles partenaires pour leur engagement indéfectible à nos côtés et aux cinéastes et producteurs-trices des 6 films sélectionnés pour avoir accepté sans hésitation les conditions spéciales dans lesquelles s’est déroulée cette session.

Compte tenu de la nouveauté de la formule et des délais restreints proposés nous avons été surpris de la participation nombreuse des professionnels que nous avons invités à voir les films sur la plateforme. Nous avons dû prolonger la durée de cette opération pour satisfaire aux demandes des uns et des autres.

Plus de 130 professionnels ont participé à cette 37e session de Cinéma en Construction avec près de 900 visionnements comptabilisés représentant une durée totale de 922 heures.

 

 

Cédric Lépine : Comment envisagez-vous à l’avenir le maintien de cette partie professionnelle de Cinéma en Construction : comment peut-elle évoluer ? Qu’est-ce qui peut changer selon vous à partir du point de la date actuelle ?

Esther Saint-Dizier : La direction de San Sebastián a décidé de mettre un terme à 19 ans d’étroite collaboration.

Toulouse garde le libellé « Cinéma en Construction », tandis que San Sebastián réorganise son Industry Club.

Nous travaillons donc à de nouvelles collaborations avec d’autres festivals, les discussions sont bien avancées et nous espérons pouvoir annoncer prochainement cette refondation de Cinéma en Construction avec de nouveaux partenaires, dans le contexte très évolutif de la production, de la distribution et diffusion du secteur audiovisuel mais en restant toujours fidèles à la vocation et aux valeurs fondatrices de Cinéma en Construction 

Les professionnels du cinéma, producteurs, industries techniques, distributeurs, programmateurs de festivals, agents de ventes et exploitants jouent un rôle essentiel dans la vie d’un film, leur rôle reste primordial tout comme la projection en salle, à l’heure des consommations audiovisuelles online.

Plus de 200 films sont passées par les séances biannuelles de ce dispositif à Toulouse et à San Sebastián au cours de 36 sessions et 18 ans d’existence.

La visibilité internationale à laquelle accèdent les films sélectionnés, les prix décernés concernant la post-production, la promotion, la distribution et la diffusion sont désormais des paramètres intégrés aux schémas de la production elle-même.

Cinéma en Construction, qui peut afficher un bilan éloquent, poursuivra sa route à Toulouse et continuera à promouvoir les cinémas d’Amérique latine, d’aujourd’hui et de demain.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.