"L’Évasion d’un guérillero" un livre de John Gibler

En 1996, Andrés Tzompaxtle Tecpile est enlevé, détenu dans une prison clandestine et torturé par l’armée mexicaine. Il a réussi à s’enfuir et livrer son témoignage.

Parution du livre L’Évasion d’un guérillero de John Gibler

John Gibler est un journaliste qui a mené plusieurs investigations extrêmement détaillées sur le Mexique contemporain à travers les violences que subissent les citoyens de ce pays qui est censé être une république démocratique. En se concentrant sur le cas de la disparition forcée d’Andrés Tzompaxtle Tecpile et de la torture qu’il a subie en 1996, le journaliste met en lumière une violence endémique qui a pris durant la décennie suivante une ampleur sans précédent. Le nombre de disparus, sous le prétexte de faire la guerre au narcotrafic de la part d’une politique présidentielle qui ne trouve d’équivalent que dans un régime dictatorial, comprenait entre décembre 2006 et juillet 2012, 25276 êtres humains. John Gibler s’attarde sur la disparition de cet homme en réunissant diverses sources d’informations qu’il livre dans un ouvrage paru pour la première fois dans son édition originale en 2014. Depuis, les éditions toulousaines d’Ici bas (ex CMDE) toujours passionnément impliquées dans la dénonciation des atteintes aux droits élémentaires de l’Homme aux quatre coins de la planète et plus particulièrement au Mexique, en ont proposé une version française sous les soins des traductions de Simon Prime et Anna Touati.

John Gibler multiplie ici ses points de vue pour rendre compte de la situation intenable de la détention forcée et développant en même temps une réflexion éthique sur le droit pour lui de témoigner de la violence pour la dénoncer sans jouer le jeu de l’oppresseur. La réflexion révèle ainsi une précieuse intégrité du positionnement journalistique dans le souci de s’éloigner des dynamiques coloniales d’exercice multiséculaire de l’usage de l’écriture. Après Mourir au Mexique. Narcotrafic et terreur d’État, publié précédemment chez le même éditeur toulousain, John Gibler livre ainsi un hommage déchirant et incontournable sur la réalité des disparitions dans le Mexique contemporain, dans une logique de criminalisation et d’éradication gouvernementales des revendications sociales dans la continuité des exactions criminelles des années 1970.

 

 

9791090507357-1-75
L’Évasion d’un guérillero. Écrire la violence
Tzompaxtle. La fuga de un guerillero
de John Gibler
Préface de Joseph Andras, illustrations de Yoel Jimenez
Traduction de Simon Prime et Anna Touati

Nombre de pages : 288
Date de sortie (France) : 29 janvier 2021
Éditeur : Ici bas
Collection : Les réveilleurs de la nuit

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.