Parabole de l’oppression

Aux frontières d’un Empire oppressif, un magistrat reçoit la visite du colonel Joll usant de la torture et des souffrances les plus atroces à l’égard de ses victimes pour obtenir des aveux dans le but de prouver l’existence d’ennemis au-delà des frontières : les Barbares.

"Waiting for the Barbarians" de Ciro Guerra © M6 Vidéo "Waiting for the Barbarians" de Ciro Guerra © M6 Vidéo
Sortie DVD : Waiting for the Barbarians de Ciro Guerra

Victime de la fermeture des salles de cinéma durant le confinement, Waiting for the Barbarians est passé de son statut privilégié de film mis en valeurs au sein de la programmation des festivals de Venise et de Deauville en 2019, à une sortie directe en France en DVD un an plus tard. Voilà encore une démonstration nette de la part de quelques distributeurs, qui ont pourtant moins de fragilités économiques que d’autres, du peu de confiance qu’ils peuvent avoir dans les films dont ils ont pourtant acheté les droits de diffusion en France. Cette coproduction entre les USA et l’Italie tournée au Maroc, avec un réalisateur colombien émérite qui concouru aux Oscars dans la catégorie du meilleur film étranger et des acteurs masculins à la renommée internationale (Mark Rylance, Johnny Depp et Robert Pattinson) au service de l’adaptation du livre du romancier et Prix Nobel de littérature J. M. Coetzee qui signe lui-même le scénario… pouvait être gage de grandes promesses… Trop peut-être.

Quand il abordait la culture indigène colombienne dans Les Oiseaux de passage et L’Étreinte du serpent, le réalisateur Ciro Guerra entrait dans un sujet indépendant nourri par sa propre fascination pour les cultures mises en avant et leur rencontre avec le langage cinématographique, mobilisant un road movie initiatique aussi bien que la tragédie shakeaspearienne.

Pour sa première réalisation anglophone, la personnalité du réalisateur disparaît ici complètement et s’impose une logique de séparation hiérarchique des tâches devant et derrière la caméra qui nuit à l’ensemble du film. Ainsi, on trouve de nombreux figurants qui jouent autant les décors qu’une méprisante vindicte populaire manipulable à souhait. Au centre du cadre sont mis en scène Johnny Depp et Robert Pattinson, alors qu’il ne s’agit que de seconds rôles à l’interprétation peu convaincante, proche de la statue de cire pour Johnny Depp : pour jouer un tortionnaire, il s’est certainement inspiré de la composition de Sergi López dans Le Labyrinthe de Pan (2006) de Guillermo Del Toro, mais n’apporte absolument rien de plus comme si l’acteur était devenu une marionnette sans vie, se contentant d’associer son nom au générique pour permettre la production du film de se lancer. Le mérite revient tout de même à ces deux acteurs de se servir de leur charisme et de leur symbole de la masculinité pour dénoncer l’horreur de leurs personnages.
L’universalité de la métaphore de l’Empire totalitaire obsédé par la nécessité de se créer des ennemis afin de justifier la privation de liberté de ses administrés, est un thème qui peut effectivement autant s’appliquer aux exactions des paramilitaires auprès des villageois en Colombie, que les armées américaines en Irak comme en Afghanistan pour continuer à imposer leur arbitraire, leurs barbares prenant la dénomination « terroristes ».

Le combat humanitaire pour la justice et l’équilibre implicite entre les peuples est bien porté par le personnage du magistrat interprété avec conviction par Mark Rylance, avec ses ambiguïtés en ce qui concerne son propre complexe de culpabilité à l’égard de victimes auxquelles il ne parvient pas à voir en eux une individualité subjective. Le propos est juste et méritait une réflexion politique plus développée qui n’a malheureusement pas été possible ici. Trop soucieux de faire plaisir à ses acteurs, producteurs, l’auteur original du film, le chef opérateur Chris Menges considéré comme un maître incontesté… Ciro Guerra n’a pas pu faire autre chose qu’une réalisation trop sage du livre, qui ne dépasse jamais la simple illustration.

 

 

waiting-for-the-barbarians-dvd
Waiting for the Barbarians
de Ciro Guerra
Avec : Mark Rylance (le magistrat), Johnny Depp (le colonel Joll), Robert Pattinson (Mandel), Greta Scacchi (Mai), Harry Melling (un soldat), Gana Bayarsaikhan (la femme), David Dencik (un employé de bureau), Joseph Long (Baker), Sam Reid (le lieutenant), Wil Coban (le général), Hami Belal (un homme de main du colonel Joll), Laura Cosac (la femme de Baker), Younes El Mejjad (le petit garçon)
Italie, USA, 2019
Durée : 115 min
Sortie en salles (France) : inédit
Sortie France du DVD : 2 septembre 2020
Format : 2,39 – Couleur
Langues : anglais, français - Sous-titres : français.
Éditeur : M6 Vidéo


Bonus :
Making of

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.