Derrière le folklore péruvien, le drame de l'ostracisme

Dans la campagne péruvienne, Segundo apprend le métier de l'art du retable avec son père Noé, admiré de tous. Un jour, il découvre son père dans une situation que la société conservatrice n'est pas prêt d'accepter.

"Mon père" (Retablo) d'Álvaro Delgado Aparicio © Damned "Mon père" (Retablo) d'Álvaro Delgado Aparicio © Damned

Sortie DVD : Mon père d'Álvaro Delgado Aparicio

Au cœur des beautés de la campagne péruvienne, avec sa lumière, ses larges paysages s'étendant à perte de vue, un drame se prépare. Et pourtant, l'histoire débute dans une relation père-fils très forte où la transmission d'un savoir-faire reconnu et apprécié de tous se fait au quotidien par des gestes simples. Le film partage la découverte d'une tradition proprement péruvienne : l'art du retable où le portrait d'une famille peut être réalisé telle une mise en scène théâtrale au format réduit avec ses personnages modelés et peints. Cette mise en scène naïve et simple de la représentation des rapports sociaux est d'autant plus forte qu'elle aura pour contrepoint la violence de cette même communauté pour l'un des leurs, comme en témoigne la scène de mutilation sur la place publique d'un voleur de vaches. Magaly Solier qui joue la mère du personnage principal, a été révélé avec Madeinusa (2005) de Claudia Llosa qui faisait le même constat très amer : l'opposition entre la beauté de la représentation d'une communauté péruvienne rurale et la violence de son archaïsme conservateur. En bonus de cette édition DVD, le court métrage El Acompañante d'Álvaro Delgado Aparicio (2012) exposait la même situation des liens entre un père et son fils, réunis autour de l'art du retable et divisés par une sensibilité condamnée par la société. Le drame est développé avec une grande subtilité à partir du point de vue de l'adolescent qui construit son propre point de vue dans la société au-delà de la pensée globale machiste auquel les jeunes hommes de son âge immédiatement le rattachent. Segundo réalise dans ce contexte un cheminement rapide vers la maturité et l'indépendance de son regard, qui n'est pas son douleur, notamment en passant par la violence de l'ostracisation que son père et lui vont subir de la part d'une société qui les avait jusque-là placés à une place honorifique. La chute est bouleversante mais la reconstruction et l'affirmation du jeune homme qui représente la nouvelle génération en est d'autant plus forte. Ce premier long métrage fait des choix de mise en scène d'une grande pertinence à travers son rythme lancinant, sa direction d'acteurs et la volonté de casser l'image folklorique d'une communauté quechua. L'art du retable irrigue et inspire profondément la conception du film lui-même, où les mêmes rires des figurines peuvent cacher des cris d'opprobre. Ce film s'inscrit parmi les plus beaux témoignages cinématographiques de la relation père-fils, thème universel servi dans l'écrin de l'expression très locale de l'art du retable.

 

 

mon-pere-dvd
Mon père
Retablo
d'Álvaro Delgado Aparicio
Avec : Amiel Cayo (Noé), Junior Bejar (Segundo), Magaly Solier (Anatolia Paucar), Mauro Chuchon (Mardonio), Ubaldo Huamán (Don Genaro), Hermelinda Luján (Perpetua, la grand-mère), Ricardo Bromley López (Jeremias), Claudia Solís (Felícita)
Pérou, Allemagne, Norvège, 2017.
Durée : 101 min
Sortie en salles (France) : 19 décembre 2018
Sortie France du DVD : 18 avril 2019
Format : 2,35 – Couleur
Langues : quechua, espagnol - Sous-titres : français.
Éditeur : Damned
Bonus :
El Acompañante d'Álvaro Delgado Aparicio (22 min, 2012)

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.