Festival des 3 Continents de Nantes 2018 : "Faust" d'Andrea Bussmann

Ce film programmé en compétition officielle de la 40e édition du Festival des 3 Continents de Nantes est un poème visuel invoquant le mythe de Faust dans une démarche expérimentale filmée en 16mm.

40e Festival des 3 Continents de Nantes 2018 : Faust d'Andrea Bussmann

"Fausto" d'Andrea Bussmann © DR "Fausto" d'Andrea Bussmann © DR
C'est une belle ouverture d'esprit dont fait preuve le festival des 3 Continents avec la sélection de ce film réalisé en 16 mm avec une totale indépendance où la réalisatrice se retrouve à toutes les étapes de la création de ce film, du montage, au scénario, au son comme à l'image. Cette réalisation se fait également en coproduction avec une autre figure incontournable du cinéma indépendant mexicain naviguant entre le Canada et le Mexique : Nicolás Pereda. Rares sont les films à pousser aussi loin la démarche de l'indépendance du cinéma d'auteur qui ose convoquer les fantômes et les mythes avec une caméra devenue esprit, dans la lignée du cinéma de Jean Epstein. La réalisatrice anthropologue est allée faire des images sur les plages de l'État d'Oaxaca au Mexique, rapportant des témoignages d'hommes isolés du reste de la société parlant en anglais, en espagnol, en arabe et en français. Ces hommes pourraient être les descendants de ces colons fuyant il y a quelques siècles la vieille Europe en quête d'un nouveau paradis et pour cela vendant leur âme au diable selon un pacte faustien. La quête de l'Eldorado des conquistadores ne se mêle-t-elle pas en effet à la recherche de l'éternelle jeunesse de Faust ? C'est une piste possible de ce poème cinématographique où la caméra tenue et dirigée par Andrea Bussmann elle-même vient sonder aussi bien l'obscurité environnante que celle de ses personnages saisis en prises de vue réelle, dans une démarche documentaire. C'est bien le sens du montage, l'écriture subtile d'un récit apparaissant avec la voix off d'un mystérieux narrateur qui fait émerger l'espace fictionnel. Le contrat faustien du spectateur nécessite ici de quitter toute grille de lecture cartésienne pour entrer pleinement dans la poésie du film, dans une invitation à rêver à travers les mythes que recèle un lieu.

 

 

Faust
Fausto
d'Andrea Bussmann
70 minutes. Mexique - Canada, 2018.
Couleur
Langues originales : espagnol, anglais, arabe, français

Avec : Victor Pueyo, Fernando Renjifo, Ziad Chakaroun, Alberto Núñez, Gabino Rodríguez
Scénario :
Andrea Bussmann
Images :
Andrea Bussmann
Montage :
Andrea Bussmann
Son :
Andrea Bussmann
Producteurs :
Andrea Bussmann, Nicolás Pereda

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.