Billet de blog 26 mai 2021

"Vers la bataille" un film d’Aurélien Vernhes-Lermusiaux

Dans les années 1860, un photographe français accepte de partir au Mexique suivre avec ses prises de vue la guerre menée par l’armée impériale de Napoléon III pour coloniser le pays.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Vers la bataille" d’Aurélien Vernhes-Lermusiaux © Rezo Films

Sortie nationale (France) au cinéma du 26 mai 2021 : Vers la bataille d’Aurélien Vernhes-Lermusiaux

Pour son premier long métrage de fiction, Aurélien Vernhes-Lermusiaux s’est pleinement donné les moyens d’un projet ambitieux dans cette histoire en costumes, western français contemplatif en terres mexicaines. Il est ainsi question de l’un des premiers reporters de guerre à partir d’une inspiration libre de sources historiques. Dans cet attrait pour le champ de bataille à l’autre bout du monde, on retrouve certes des thématiques contemporaines associées aux recherches plastiques de films inspirés par Jauja de Lisandro Alonso, Zama de Lucrecia Martel, Aguirre de Werner Herzog ainsi qu’Apocalypse Now de Coppola mais l’esprit de démesure baroque en moins. Au cœur du film est interrogé l’esprit colonisateur français il y a 150 ans comme maintenant, issu d’une même dynamique qui n’a toujours pas disparu au fil du temps où il s’agit toujours de semer la mort à l’autre bout du monde dans la folie pour un pouvoir politique de justifier son exercice par le contrôle de l’Autre. Et l’altérité que Louis, le photographe français du film joué avec conviction par Malik Zidi entre rage retenue et fausse apparence pacifique, cherche à saisir avec sa caméra sur un champ de bataille, il la trouvera dans son propre aveu profond de désir de mort.

À l’instar de son personnage principal, Aurélien Vernhes-Lermusiaux ne se contente pas de réaliser un beau film contemplatif inspiré par des grandes œuvres de l’histoire du cinéma, il cherche à interroger sans cesse le regard du spectateur dans sa propre contemporanéité. Dans cet objectif, la composition musicale originale de Stuart A. Staples du groupe Tindersticks, crée une âme telle une turgescence de la mise en scène du film. La musique incarne aussi bien le personnage principal, ses états d’âme que les paysages quasi mystiques dans lesquels il s’inscrit et plonge même jusqu’à en épouser la terre.
Une singulière odyssée à apprécier pleinement au cinéma en grand format pour fêter le retour de la réouverture des salles de cinéma !

Vers la bataille
d’Aurélien Vernhes-Lermusiaux
Fiction
89 minutes. France, 2019.
Couleur
Langues originales : français, espagnol, anglais

Avec : Malik Zidi (Louis), Leynar Gomez (Pinto), Thomas Chabrol (le général Trochu), Maxence Tual (le déserteur), Cosme Castro (le lieutenant Barbu), Andrew Leland Rogers (Matthew Sullivan), Nelson Camayo (l'officier mexicain), Olivier Chantreau (Marcus), Sébastien Chassagne (Francis), David Ojalvo (le soldat américain)
Scénario : Aurélien Vernhes-Lermusiaux et Olivier Demangel
Images : David Chambille
Montage : Thomas Glaser
Musique : Stuart A. Staples
Son : Jocelyn Robert, Julien Roig, Emmanuel Croset
Décors : Jaime Luna
Costumes : Catherine Rodriguez
Maquillage : Ana María Jauregui
Casting : Pierre-François Créancier et María Casadiego
Assistante réalisateur : Célie Valdenaire
Scripte : Maria Prual
Production : Noodles Production
Producteur : Julien Naveau
Directeur de production : Diego Urgoiti-Moinot
Producteur associé : Jérôme Vidal
Coproductrice : Diana Ramos Medina
Distributeur (France) : Rezo Films
Ventes internationales : Be for Films
Presse : Rachel Bouillon

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie