Festival de Biarritz 2018 : "La Muerte del maestro" de José María Avilés

Un homme s'occupe d'une villa dans la campagne équatorienne, au fil des mouvements de la nature.

Film en compétition long métrage de la 27e édition du Festival Biarritz Amérique latine 2018

"La Muerte del maestro" de José María Avilés © DR "La Muerte del maestro" de José María Avilés © DR
Deux hommes creusent une tombe et la mort est annoncée dès les premières scènes. La nature est omniprésente pour le personnage principal qui s'occupe des arbres, de son veau qu'il dépèce suite à une mort soudaine, de la propriété vide de ses propriétaires. Ses activités égrainent ses jours, imperturbablement. Et pourtant, une certaine inquiétude plane, celle de la fragilité de la vie. Car l'Équateur a connu un terrible tremblement de terre en 2016 et le réalisateur en a fait le deuil sous la forme de ce film, pour déclarer aussi son amour d'une nature avec laquelle il est toujours essentiel de pouvoir rester connecté. C'est ce que propose de partager avec le spectateur ce film, qui travaille aussi la forme sonore, un montage où le rythme suit celui de la nature, une lumière en harmonie avec les éléments. Une belle leçon d'humilité !

 

La Muerte del maestro
de José María Avilés
Fiction
63 minutes.
Équateur - Argentine, 2018.
Couleur
Langue originale : espagnol

Avec : Marcos Andrango , Wenceslao Tipán
Scénario : José María Avilés, Felipe Troya
Images : José María Avilés
Montage : José María Avilés, Sebastián Schjaer

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.