Billet de blog 26 nov. 2021

"Frida viva la vida" un documentaire de Giovanni Troilo

Une nouvelle exploration de la vie et de l’œuvre de l’artiste Frida Kahlo à partir de sa dualité de femme publique forte et d’artiste explorant l’intimité de sa souffrance.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sortie nationale (France) du 24 novembre 2021 : Frida viva la vida de Giovanni Troilo

Frida Kahlo est devenue depuis plusieurs décennies déjà une icône artistique du Mexique même si les mœurs et les traditions ne sont pas toujours prêtes à assumer toute son histoire. Le réalisateur italien Giovanni Troilo a voulu réinterroger la personnalité de l’artiste à partir de la découverte de nouvelles analyses et de nouveaux objets remis en avant par des historiens de l’art et responsables de musée. Le documentaire donne ainsi la parole à Hilda Trujilo qui dirige le Musée Frida Kahlo, la photographe mexicaine Graciela Iturbide, la photographe Cristina Kahlo (petite-nièce de Frida Kahlo) James Ole, professeur d’art au Wellesley College et assistant-curateur au Musée Davis d’art latino-américain, Carlos Phillips, assistant directeur du Musée Frida Kahlo, des musées Diego Rivera Anahuacalli et Dolores Olmedo ainsi que la danseuse Laura Vargas. Le regard des femmes est ainsi bien représenté ce qui n’est pas anodin compte tenu de l’exploration autobiographique que Frida Kahlo n’a cessé de mener dans son œuvre artistique.

"Frida viva la vida" de Giovanni Troilo © Eurozoon

L’actrice et réalisatrice Asia Argento se fait la narratrice distanciée du documentaire pour rappeler à travers son incarnation la modernité toujours confirmée de l’artiste mexicaine. Les passages fictionnels où la dualité de Frida Kahlo est interprétée en noir & blanc est un peu maladroite et n’apporte pas grand-chose à la compréhension de l’artiste. Cette dualité a encore nourri un film de fiction récent Dos Fridas (2018) réalisé par Ishtar Yasin et interprété par Maria de Medeiros confirmant ce thème central dans la mise en perspective de l’œuvre artistique picturale. Les intervenants du film se défendent de voir en elle une féministe même si ses peintures comme sa place de femme dans une société extrêmement machiste a énormément contribué à faire bouger les lignes.

Frida viva la vida
de Giovanni Troilo
Documentaire
98 minutes. Italie, 2019.
Couleur
Langues originales : anglais, espagnol

Avec : Asia Argento
Scénario : Giovanni Troilo, Jacopo Magri, Marco Pisoni, d’après une histoire de Jacopo Magri et Marco Pisoni
Images : Valerio Coccoli
Montage : Maria Fantastica Valmori
Musique originale : Remo Anzovino
Production : Ballandi Arts et Nexo Digital
Producteur exécutif : Ognjen Dizdarevic
Produit par : Mario Paloschi, Claudio Montefusco et Franco Di Sarro
Distributeur (France) : Eurozoom

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès