Festival de Biarritz : "Malambo, El Hombre bueno" de Santiago Loza

Gaspar est danseur de malambo, danse traditionnelle tout droit issue de la culture des gauchos argentins. Il s'entraîne intensément dans le but de concourir à un championnat malgré les souffrances que lui impose son corps.

Film en compétition long métrage de la 27e édition du Festival Biarritz Amérique latine 2018

" Malambo, El Hombre bueno" de Santiago Loza © DR " Malambo, El Hombre bueno" de Santiago Loza © DR
Dans la lignée de la redécouverte des danses traditionnelles argentines que proposait Carlos Saura dans son film documentaire Argentina, le malambo est une danse traditionnelle apparue exécutée exclusivement par des hommes en habits de gaucho (équivalent du cow-boy en Argentine). Autour de cette figure, Santiago Loza propose une fiction au récit atemporel en noir & blanc avec des personnages interprétant leur propre rôle. La beauté de la chorégraphie est ici au service d'une réflexion permanente de la représentation excessivement masculine du gaucho à l'époque moderne. Le réalisateur détourne les codes du film sportif avec la success story à la clé. Le championnat est ici un prétexte rapidement évacué pour le protagoniste plongé dans la solitude d'un exercice corporel régulier où la victoire n'a plus aucun intérêt, détournant l'idéologie de la saga filmique Rocky. Le personnage s'affirme avant toute chose dans son corps en mouvement alors que ses émotions sont plus difficiles à exprimer dans leurs rapports à l'autre. La discipline de l'apprentissage du malambo devient un long chemin hiératique, où le personnage souffre dans son corps avant de se révéler à lui-même et devenir au moment où il s'attendait le moins, un homme bon. Un beau film sur la sensibilité masculine qui se cache derrière une représentation très masculine du gaucho.

 

Malambo, El Hombre bueno
de Santiago Loza
Fiction
71 minutes. Argentine, 2018.

Couleur
Langue originale : espagnol

Avec : Gaspar Jofre (Gaspar), Fernando Muñoz (Fernando), Nubecita Vargas (le colocataire), Pablo Lugones (Lugones), Gabriela Pastor (la thérapeute), Carlos Defeo (le médecin)
Scénario :
Santiago Loza
Images : Ivan Fund, Eduardo Crespo
Montage : Lorena Moriconi
Musique : Zypce
Son : Guido Deniro
Costumes :
Victoria Luchino
Assistante à la réalisation : Anabella Bacigalupo
Producteur : Diego Dubcovsky

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.