Dominique Bry
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

Papiers à bulles

Suivi par 198 abonnés

Billet de blog 14 oct. 2010

Lucky Luke contre Pinkerton

Lucky Luke contre Pinkerton, quatrième tome des aventures de Lucky Luke d’après Morris parait le 15 octobre. Il est l’œuvre d’Achdé au dessin, et de Daniel Pennac et Tonino Benacquista au scénario. Le trio a concocté une aventure haute en couleurs et riche de sens. 

Dominique Bry
Misanthrope sociable. Diacritik.com
Journaliste à Mediapart

Lucky Luke contre Pinkerton, quatrième tome des aventures de Lucky Luke d’après Morris parait le 15 octobre. Il est l’œuvre d’Achdé au dessin, et de Daniel Pennac et Tonino Benacquista au scénario. Le trio a concocté une aventure haute en couleurs et riche de sens.

© Achdé-Pennac-Benacquista/Dargaud

Lucky Luke a un nouvel ennemi : « la loi en personne, le bras justicier du président Lincoln, le nouveau héros du pays »... Allan Pinkerton, légendaire fondateur de la première agence de détectives privés aux Etats-Unis et éminence grise d’Abraham Lincoln pour les questions de renseignement militaire lors de la guerre de Sécession est au centre de cette nouvelle aventure du cowboy solitaire loin de son foyer.


A partir de faits réels (la vie d’Alan Pinkerton et le complot de Baltimore), Pennac et Benacquista ont écrit une aventure qui tire (plus vite que son ombre) sur le fichage des citoyens, l’utilisation (sinon la création) de la rumeur d’un attentat imminent, la suspicion et la délation érigées en mode de vie, l’emprisonnement abusif… et la surpopulation carcérale. Un Lucky Luke politique en somme ? Les auteurs s’en défendent. Le lecteur prendra un plaisir certain en suivant les péripéties croquignolesques et dérisoires des Dalton pris entre les feux croisés d’Alan « We never sleep » Pinkerton qui vénère les secrets (surtout ceux des autres) et ses chères fiches ; de Jolly Jumper et ses boutades savoureuses, de Lucky Luke, éternel et flegmatique redresseur de torts.

© Achdé-Pennac-Benacquista/Dargaud

Lucky Luke contre Pinkerton est un album aux grandes qualités, utilisant les ressorts comiques de la série avec bonheur : la bêtise des Dalton, la droiture et l’indépendance de Lucky, les agissements d’un sombre personnage comploteur. Le choix de Pinkerton comme méchant de service est d’ailleurs un des atouts majeurs de cet album, avec ce personnage paradoxal et ambivalent que fut ce professionnel du renseignement, abolitionniste et battant en brèche les libertés en fichant tout le monde… au XIXème siècle. Pennac et Benacquista se sont approprié Lucky Luke, évitant l’écueil de l’auto parodie.

Très documenté, presque « sérieux » par endroits pour qui ira relire l’histoire des Etats-Unis, l’album distille surtout un humour lettré, délaissant les jeux de mots trop faciles au profit de mots d’esprits subtils et décalés. Comme ceux de Jolly Jumper : « le rodéo, c’est comme le tango, il faut être deux… Et c’est toujours moi qui mène la danse ». Ou bien lorsque Lucky Luke et le fidèle destrier surveillent (patiemment mais sûrement) des faux–monnayeurs :


© Achdé-Pennac-Benacquista/Dargaud

Pour enfin les voir hors d’état de nuire (après avoir essuyé le feu nourri des colts des représentants de l’ordre) :


© Achdé-Pennac-Benacquista/Dargaud

Drôle et bien écrit, avec un scénario, enlevé et maîtrisé de bout en bout, graphiquement irréprochable, Lucky Luke contre Pinkerton est une réussite, un album intelligent et impertinent. Un évènement à ne pas rater. – D. B.


© 

Lucky Luke contre Pinkerton, Daniel Pennac - Tonino Benacquista – Achdé, Lucky Comics (Dargaud), 9 € 95, parution le 15 octobre 2010

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat