Cité 14, sombre Eldorado

Intrigue fouillée, personnages attachants, réflexion sur le bien et le mal et métaphore de l’inhumanité des mégalopoles et des hommes, tels sont les principaux ingrédients de Cité 14, série ambitieuse aux indéniables et multiples qualités.

Intrigue fouillée, personnages attachants, réflexion sur le bien et le mal et métaphore de l’inhumanité des mégalopoles et des hommes, tels sont les principaux ingrédients de Cité 14, série ambitieuse aux indéniables et multiples qualités.

La série de Pierre Gabus et Romuald Reutimann est une perle qui a séduit nombre d’amateurs lors de sa sortie en 2007 aux éditions Paquet. Publiée sous la forme d'un feuilleton à raison d’un livret par mois au prix de 1 euro (aventure éditoriale remarquée et légèrement polémique... qui n’a pas convaincu l’éditeur pourtant à l’origine de l’idée). Arrêtée au bout d'un an, la série avait laissé les fans dans l’expectative et l’angoisse de ne jamais revoir un jour Michel, Hector, Vanira, Tigerman et consorts. Brillant, inventif et sombre, Cité 14 renaît aujourd’hui aux Humanoïdes Associés. L’aventure continue avec la réédition de la saison 1 en quatre albums entre mars et juillet 2011… au prix unitaire de 12€90 (soit le prix de la série complète !) et avant l’arrivée de la saison 2.

 

Aux portes d’une cité hypothétique et baroque peuplée d’humains, d’animaux et d’extraterrestres, un éléphant au passé trouble suit le parcours des immigrants aspirants citoyens de la Cité 14. Il se heurte d’emblée à la corruption et aux humiliations. Dans cet Ellis Island figuré, il découvre très vite que l’Eldorado possède un autre visage…

 

Dès le premier chapitre (Etes-vous anarchiste ?), le lecteur est plongé au coeur d'une aventure au rythme jubilatoire et vertigineux, du sommet de la Tour Bambell aux bas-fonds grouillants de la cité. Outre Michel l’éléphant, Hector le castor, journaliste de son état et Vanira la sulfureuse et énigmatique caniche sont les protagonistes principaux d'une chasse au crime impliquant des politiciens véreux, des racketteurs dyslexiques, un super-héros ambigu, un chef de gang mafieux, un magnat local, un patron de presse... Avec des trouvailles narratives et des dialogues remarquablement écrits, Cité 14 est une bande dessinée « totale », qui construit son univers et se nourrit de celui-ci. Les auteurs ont inventé une autre réalité, ils ont imaginé des langages, des usages. Ils ont conçu une ville, écrit son histoire, à la frontière du polar, du fantastique et de l’uchronie.

 

Les détails architecturaux, vestimentaires, corporels fourmillent ; Cité 14 est une enquête policière et une fable à l'humanisme désabusé qui renvoie au roman noir et au cinéma de genre avec cette ville en personnage principal, à la fois conséquence et cause de tous les maux. Gabus et Reutimann ont concocté une histoire haletante à la construction complexe mais parfaitement maîtrisée : les récits croisés, les différences de focalisation s’imbriquent parfaitement et maintiennent le lecteur en haleine. La cité tentaculaire, l’iconographie 50’s, le melting pot... sont autant de métaphores qui font de Cité 14 une oeuvre fascinante.

- D.B.

 

 

 

 

 

 

Cité 14, tome 1, Tour Bambell, de Pierre Gabus et RomualdReutimann, Humanoïdes Associés, 72 pages, 19.5 x 26.7 cm, Noir et blanc, 12.90 €, mars 2011.

Cité 14, tome 2, Rififi sur les docks, de Pierre Gabus et Romuald Reutimann, Humanoïdes Associés, 72 pages, 19.5 x 26.7 cm, Noir et blanc, 12.90 €, sortie le 20 avril 2011.

A paraître :

Cité 14 Saison 1 (T3) L’étrange passe-temps du commandant Bigoodee, mai 2011

Cité 14 Saison 1 (T4) On s’évade comme on peut..., juin 2011

Cité 14 Saison 2 (T1) Chers corrompus, septembre 2011

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.