Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

Papiers à bulles

Suivi par 199 abonnés

Billet de blog 27 oct. 2010

Burns, Moulinsart Burns

Dans Le Trésor de Rackham le rouge,Tintin reprend ses esprits dans la cave du château de Moulinsart. A l'aide d'une poutre et d'un drap, il fabrique un bélier, perce le mur de briques et se retrouve dans le bric-à-brac amassé par les frères Loiseau. C'est (à peu près) là que commence ToXic, le nouvel album de Charles Burns.

Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart
© 

Dans Le Trésor de Rackham le rouge,Tintin reprend ses esprits dans la cave du château de Moulinsart. A l'aide d'une poutre et d'un drap, il fabrique un bélier, perce le mur de briques et se retrouve dans le bric-à-brac amassé par les frères Loiseau. C'est (à peu près) là que commence ToXic, le nouvel album de Charles Burns.

© 

Doug, houpette tintinoïde, est réveillé par son Milou (Snowy en anglais), le chat noir Inky pourtant mort. Il délire sous l'effet des cachets et découvre dans l'usine voisine une réserve d'œufs rouge et blanc en tous points semblables aux champignons explosifs de L'Etoile mystérieuse (The Shooting Star en anglais), avant d'être expulsé par un mugwump dans l'Interzone du Festin nu de William Burroughs.

© 


Flashback. Une soirée punk-arty pour laquelle Doug a préparé un cut-upà la Burroughs justement. Par un trou dans le mur, il découvre dans l'usine abandonnée, un autel avec cierge et fœtus de porc devant l'autoportrait de Sarah, adepte des Polaroïds bondage.

© 


Burns brouille les repères en superposant au gré d'allers-retours permanents Hergé et Burroughs, avec deux dessins différents: la ligne claire «vive et colorée» franco-belge et les noirs profonds de Black Hole.

© 

Il avance par collages, par réorganisations apparemment aléatoires, par réminiscences. Tintin donc («Avant même de savoir lire, je contemplais ces albums, je les absorbais», raconte Burns), les cut-ups de Burroughs (qu'il lisait à l'époque à laquelle se déroule ToXic), des souvenirs («Je voulais faire une bande dessinée qui se déroulait pendant la période punk originelle que j'ai vécu dans la baie de San Francisco à la fin des années 1970»), des travaux personnels (la photographie du cœur en viande hachée se retrouve dans One Eye, le «journal photographique» de Charles Burns) et des albums précédents (Doug a la tête et parfois les bulles de Rob dans Black Hole).
Jamais très loin de l'autofiction, Charles Burns explore d'album en album, d'une série à l'autre, l'Amérique adolescente des années 1970 en filant la métaphore de la maladie qui se propage de l'un à l'autre et ronge les corps, de l'infection et du parasite, du vertige, du traumatisme et de son pendant médical, la contention médicamenteuse.

© 
© 


Le titre même de la série (ToXic - X'ed outen VO, c'est-à-dire «biffé») fait référence à la croix tracée par Rob sur un calendrier pour tenter de se désacoutumer de la camisole chimique, «à la manière des prisonnier qui comptent les jours qui les séparent de leur libération, précise Burns. Mais c'est aussi une référence à l'ensemble de la culture punk dans laquelle vous vous “biffez” de la société mainstream».

© 

Tout comme Le Trésor de Rackham le rouge prolonge Le Secret de la licorne, ToXic doit se poursuivre dans un second tome (La Ruche). Les mugwumps emmènent leur nouvelle reine vers l'espèce d'énorme termitière où elle doit procréer. Et Burns a déjà annoncé qu'il devrait s'inspirer alors des bandes dessinées sentimentales américaines (romance comics)...

______________________________________

© 

ToXic de Charles Burns

Edition Cornélius, collection «Solange»

56 pages, 21 euros.

Les citations de Charles Burns proviennent d'une interview donnée par Charles Burns à Comic Book Resources et la plupart des renseignements d'Emilie Le Hin, qui a traduit ToXic en français.

Le titre de l'article fait allusion à une chanson de Public Enemy, Burn Hollywood burn

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l'extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l'éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal — Climat
Face à la sécheresse, organiser collectivement la solidarité
La sécheresse est en train de dévaster l’Inde et le Pakistan. Ce type d’épisode, de plus en plus fréquent, ne se limite plus aux pays en voie de développement. En France, une vingtaine de départements font déjà l’objet de mesures de restriction d’eau.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Asie
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt