A bord de l’étoile Matutine

A bord de l’étoile Matutine est une aventure à trois voix. Celle de Pierre Mac Orlan, auteur du roman éponyme paru pour la première fois en 1920, celle de Riff Reb’s le dessinateur qui s’est attelé en 2009 à mettre en images les mots de l’auteur originel, celle, enfin, du narrateur de cette histoire de pirates à la bichromie inventive et sombre.

A bord de l’étoile Matutine est une aventure à trois voix. Celle de Pierre Mac Orlan, auteur du roman éponyme paru pour la première fois en 1920, celle de Riff Reb’s le dessinateur qui s’est attelé en 2009 à mettre en images les mots de l’auteur originel, celle, enfin, du narrateur de cette histoire de pirates à la bichromie inventive et sombre.

A bord de l’étoile Matutine © Soleil A bord de l’étoile Matutine © Soleil
Pour ce premier opus de la toute nouvelle collection Noctambule (Soleil Production) proposée par Clotilde Vu, le dessinateur Riff Reb’s a sans conteste réussi son pari d’adapter Pierre Mac Orlan et de nous conter avec talent les aventures maritimes et terrestres de ces gentilshommes de fortune, hères marins, meurtriers, violeurs, étrangement non dénués de morale – cette dernière se situant à des lustres de la morale commune, admise, légale…

 

L’histoire des marins de l’Etoile Matutine commence par la fin. La fin d’une ère, la fin d’une épopée, la confession putride d’un criminel en rupture de ban et en quête d’absolution. C’est la voix du narrateur, voix off et voix d’outre monde, qui, pour soulager sa conscience, nous offre de suivre ce récit de piraterie que l’on ne peut qualifier de haut en couleurs puisque celles-ci sont désespérément solitaires. Comme il soliloque, solipsiste, pour atténuer ses souffrances.

Etoile © Soleil Etoile © Soleil

 

Pierre Mac Orlan avait décidé de narrer une aventure sans faits d’armes ou presque, sans abordage, sans tempête, sans ce qui fait ordinairement le sel des histoires de pirates. Loin de l’iconographie dédiée au genre, mais empruntant néanmoins au panthéon des aventures maritimes les grands noms et les figures de la flibuste (George Merry, Mac Graw, TheFlying Dutchman, le trésor de Flint…), A Bord de L’Etoile Matutine raconte le périple du Schooner battant pavillon noir, hollandais ou français, au gré des escales, des lieux de mouillage et des buts poursuivis.

 

A bord de l’étoile Matutine © Soleil A bord de l’étoile Matutine © Soleil
Il s’agit d’un voyage initiatique pour ce vieux forban, pour cet ancien frère de la côte, qui est monté à bord parce qu’il avait trop rêvé en écoutant les conversations des matelots de passage et parce qu’il avait dû fuir sa Bretagne natale pour avoir tué une jeune fille de son village. Il quittera Vera Cruz en proie à la peste, abandonnera d’anciens compagnons à leur sort sur une île déserte, il tentera de ne pas écouter les cris des mouettes qui lui souffleront des paroles de revenants…

 

Riff Reb’s nous embarque dans cette épopée en s’inspirant de la trame choisie par Mac Orlan, en treize saynètes, treize points de passage illustrant les quêtes et les échecs de ces marins, jusqu’à la soumission au Roi George pour certains, jusqu’au gibet pour d’autres (et non des moindres), ou l’exil et la solitude à défaut. Il a choisi une couleur par chapitre, comme si chacun des épisodes se devait d’être unique, jouant avec les teintes et les ombres. Le trait de Riff Reb’s est appuyé, noir comme ses personnages, il se fait parfois caricatural et iconoclaste sans être délibérément burlesque, fourmillant de détails, et, de surcroît, d’un réalisme saisissant. Les gueules sont difformes, les regards creux et naïfs, les marins sont tour à tour sanguinaires et lâches, et l’aventure se termine en un feu d’artifice rougeoyant, désespéré.

 

A bord de l’étoile Matutine © Soleil A bord de l’étoile Matutine © Soleil
Les mots de Mac Orlan, les dessins de Riff Reb’s et la voix de ce narrateur repentant nous portent tout au long de cette aventure au lyrisme et à la poésie désenchantée. Ecoutez la voix de ce pirate, à qui Mac Graw a enseigné l’art d’écrire, pour qu’aujourd’hui il raconte l’histoire de l’Etoile Matutine ; et n’entende plus le diable souffler à ses oreilles.

 

 

DB

 

A bord de l’étoile Matutine © Soleil A bord de l’étoile Matutine © Soleil

 

A bord de l’étoile Matutine, de Riff Reb’s d’après Pierre Mac Orlan, Soleil Productions, Collection Noctambule, 17 € 95, 112 p., 27 mai 2009.

 

Un cahier de cinq pages d'esquisses complète l'album, montrant le travail et l'attention portée aux détails.

A bord de l’étoile Matutine © Soleil A bord de l’étoile Matutine © Soleil
© Soleil Production

 

Présentation de la collection Noctambule par Clotilde Vu : « Noctambule est une collection de romans graphiques où les auteurs pourront certes adapter des romans, des nouvelles ou des contes ancrés dans leur mémoire, leur vie ; mais aussi proposer des récits intimistes. C’est en quelque sorte une passerelle, au sens large, entre littérature et bande dessinée. »

 

Prochaines adaptations prévues : Le Dernier des Mohicans (par Cromwell), Le Joueur (par Stéphane Miquel et Loïc Godart), L’Île aux trente cercueils (par Marc Lizano), Alice au pays des merveilles (par Claire Wendling).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.