Billet de blog 7 juin 2022

Sur un abus de prescription de psychotropes légaux en guise de prise en charge

La parole du malade est trop systématiquement ignorée et le temps de sevrage minoré [quand il n'est pas contre-indiqué].

André Bitton
Président du Cercle de réflexion et de proposition d'actions sur la psychiatrie (CRPA), ancien président du Groupe information asiles (GIA), ex-psychiatrisé.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Témoignage.

7 juin 2022.

Bonjour,

J’apprécie beaucoup le sérieux ainsi que l’indépendance d’esprit de votre association. Je n’ai jamais revendiqué le statut d’ancien malade mais je déplore les lacunes et l’aspect coercitif de plus en plus présents en psychiatrie. (On ne peut même plus y fumer librement !).

À l’heure où les droits les plus élémentaires des patients semblent bafoués au nom du « Pas de moyens, c’est de toute façon pour leur bien », je souhaite participer pour la première fois, longtemps après mon expérience, à votre association.

J’espère que le récit suivant n’est pas trop long. J’en suis d’autant plus sûr que mon dossier d’ordonnances est en grande partie conservé.

Je suis âgé de 61 ans et j’ai été hospitalisé librement en 1990 et 1991 à trois reprises, pour une durée totale de trois mois et demi.

Mon père, médecin du travail dans le Nord, lui-même lourdement médicamenté, m’encourageait (en s’en mêlant à l’occasion) à poursuivre une thérapie d’abord très légère. La stabilité professionnelle primait sur le reste.

La précarité de mon activité non choisie d’architecte m’a d’abord conduit à un burn out aggravé par la prise de stimulants (Ordinator) après la fermeture de l’agence lilloise qui m’employait.

Lors de ma première hospitalisation à Paris, mon rapide rétablissement après 15 jours d’Anafranil a surpris le chef de service. Cela m’a été confirmé par le psychiatre (recommandé à Lille) qui me suivait. Lui-même s’intéressait à l’aspect délinquance de mon adolescence que j’ai confessé pour le convaincre de m’accepter alors qu’il me refusait son aide.

À l’Anafranil et ses rapides inconvénients a succédé une période d’intense médicamentation. En deux ans et demi, à raison de deux séances par semaine certaines périodes, j’ai essayé, souvent à haute dose, 42 sortes de substances, d’après les ordonnances conservées.

Certaines ordonnances étaient parfois (rarement) refusées en pharmacie et je me rappelle les doses massives de Solian que je devais aller chercher à la pharmacie centrale, avec parfois 23 de tension, suite à une deuxième hospitalisation censée m’aider à aborder un nouvel emploi qui m’attendait (que j’ai bien sûr abandonné).
Mis à part l’aide ponctuelle de ma mère, il n’y avait aucun accompagnement.

Mon psychiatre m’encourageait parfois à entrer « durablement » dans un « service », m’assurant qu’il n’y avait pas d’autre solution.

Le suicide d’une de mes sœurs, psychologue, à 32 ans, et les répercussions sur le travail en intérim m’ont quasiment mis à terre. Je me disais souvent : « Le suicide t’est interdit. ».

Je me suis rendu à plusieurs reprises en urgence au CPOA de Sainte Anne mais je n’ai pas pensé à alerter sur la succession rapprochée de médicaments .

J’ai finalement accepté l’hospitalisation à Epinay-sur-Seine et, en un mois et demi, j’y ai pris près de 45 kg. Aucun contrôle cardiaque n’a été fait, ni durant le séjour ni à la sortie. Et toujours aucun accompagnement en vue, sauf parfois celui de ma mère.
Il a fallu une nouvelle série d’essais et une chute dans un bar (où heureusement j’étais connu) pour me décider à cesser cette thérapie.

Le psychiatre a tenté, seul, de me retrouver à mon domicile et a alors conseillé, en mon absence, à ma mère présente de m’interner, puisque mon caractère empirait, ce qui nous a définitivement choqués.

J’ai tenté durant peu de temps de consulter à nouveau mais je n’étais plus en confiance. Tout était à refaire, en bricolant au niveau professionnel.

Il m’a fallu plusieurs années, souvent stressantes, pour me sevrer progressivement avec des médecins généralistes auxquels je ne parlais pas de mes antécédents psychiatriques.

Il me reste un goût amer de ces années, aussi à cause de la solitude. Par exemple, peut-être à la suite d’un entretien calamiteux sous sédatifs, l’ANPE ne m’a jamais transmis d’offre d’emploi ni financé de formation en 12 ans d’inscription pour des emplois aussi variés que possible. J’étais toujours en décalage, soit à côté de la plaque ou pas assez handicapé. (J’ai essayé d’intégrer des ateliers protégés.)

Je ne dénigre pas la psychiatrie, elle est nécessaire, peut-être plus que jamais dans ce monde qui montre des limites de toutes sortes. Mais ce que je ne comprenais pas il y a 30 ans me paraît toujours plus accentué, jusqu’à l’horreur de la contention, couramment utilisée par manque de moyens certes, mais aussi presque encouragée ! À l’époque, de simples incidents avec des infirmiers pouvaient être ignorés. Le plus marquant est celui de cette infirmière qui me plaquait un bol contre les lèvres durant mon sommeil. Aucune explication ni défense ne m’a été donnée par le médecin sinon : « Vous lui en voulez parce qu’elle s’appelle Jacqueline comme votre mère ! »…

La parole du malade est trop systématiquement ignorée et le temps de sevrage minoré.

--------------------------

Rubrique Témoignages

2021-03-20 - Neuroleptisé dès l’âge de 18 ans, mort à 43 ans…

Pour retrouver cet article sur le site du CRPA, cliquer sur ce lien

CRPA - Cercle de Réflexion et de Proposition d’Actions sur la psychiatrie
Association régie par la loi du 1er juillet 1901 | Réf. n° : W751208044
Président : André Bitton. 14, rue des Tapisseries, 75017, Paris.
Pour nous contacter, cliquer sur ce lien

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement