Solidarité des salariés, pas celle des riches

Le gouvernement veut frapper une nouvelle fois. En évoquant l'idée de travailler un nouveau jour gratuitement afin de financer la dépendance : nouvel affront contre les salariés ! Bien que cette possibilité semble être des plus humaines, elle cache une nouvelle fois un manque de solidarité de la classe des privilégiés, devant les besoins de nos concitoyens en situation de dépendance.

Une fois de plus, la fameuse solidarité intergénérationnelle est mise sur le devant de la scène. C’est la ministre de la Santé Agnès Buzyn, qui a évoqué cette nouvelle possibilité afin de pouvoir financer la prise en charge des personnes en situation de dépendance.

Cette méthode a déjà été mise en place en 2003 par Jean-Pierre Raffarin. En effet, il a crée une journée dite de « solidarité ». La cause de cette démarche provient du drame que la France a connu pendant la grande canicule de 2003, ayant couté la vie à 15 000 personnes, des personnes âgées en majorité. Cette journée rapporte à l’Etat 2,37 milliards d’Euros qui sont réparties à 42 % pour les personnes en situation de handicap, et le reste pour les personnes âgées.

Ce qui est donc proposé aujourd’hui, c’est d’avoir « deux lundis de Pentecôte travaillés ». Nous rentrons à nouveau dans une dimension où nous devons tous nous responsabiliser devant la dépendance de nos anciens et des personnes en situation de handicap. En d’autres termes, faire porter le seuls poids de la responsabilité sur les seuls producteurs de richesse. Bien entendu, le lien entre les générations est indispensable et la solidarité une valeur essentielle dans toute société, mais de quelle solidarité parlons-nous ? Ici, je pointe cette procédure gouvernementale qui consiste depuis Raffarin, d’une part à mettre en place une logique de solidarité unilatérale, et d’autre part, une procédure ayant pour but de déguiser une augmentation des prélèvements obligatoires.

En effet, cette solidarité est à sens unique. Ce sont toujours les mêmes classes qui doivent être solidaires : les dominés entre eux, et les dominants également entre eux sans que jamais ces deux solidarités ne se rejoignent. Ces 2 jours dits de « solidarité » économiseraient environ 5 milliards d’Euros, mais à quand la solidarité pour la classe dominante ? L’argent, il y en a ailleurs que dans les poches des travailleurs et des travailleuses. Par exemple le CICE mis en place en 2013 qui devait créer un million d’emploi, a couté prés de 48 millions d’Euros à l’Etat depuis sa création. Des dividendes records, jusqu'à 50 milliards d’Euros par an qui fait de la France la championne d’Europe. Une fraude fiscale annuelle de 60 à 80 milliards, dont 40 à 60 pour la seule optimisation fiscale. Des profits atteignant un nouveau record de 93 milliards en 2017. Puis cette année, Emmanuel Macron a modifié l’Impôt sur la Fortune qui fera perdre entre 3 et 5 milliards d’Euros à la nation selon les calculs de Bercy. De plus, la diminution des impôts sur les entreprises s’évalue à environ 1 milliard d’Euros.

Toute cette masse de richesse ne pourrait-elle pas servir à la solidarité ? Si nous accumulons toute cette richesse (220 milliards € environ), et que nous la rapportons à l’économie voulu par l’Etat pour les deux journées de solidarité (5 milliards €), cela représente 2,1 % de la richesse de la classe dominante citée plus haut. Est-ce que la Bourgeoisie ne pourrait-elle pas se passer de 2 % de ses bénéfices, dont ils sont le produit de l’exploitation de l’homme par l’homme, des allégements d’impôts ou encore de la fraude fiscale ?

Pour terminer, que l’on ne vienne pas nous dire que les riches sont malmenés dans ce pays. Le capital cumulé des 500 plus grandes fortunes de France s’élève en 2015 à 460 milliards d’Euros, soit 5 fois plus qu’en 1996. Ce même montant n’était « que » de 200 milliards en 2009 juste après la crise économique ? La crise a du bon pour certaines personnes… De plus, la France est le deuxième pays où les riches vivent le mieux dans les pays de l’Union Européenne, et la France sera le 4ème pays qui comptera le plus de millionnaires dans le monde en 2022 devant l’Allemagne et la Grande-Bretagne.

Pourquoi cette classe sociale avec ses privilèges et son exploitation assumée ne devrait-elle pas faire tomber quelques billets pour la solidarité ? Mais bien évidemment, le ruissellement ne fonctionne que dans un sens.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.