Cl R
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Des livres et nous

Suivi par 431 abonnés

Billet de blog 18 avr. 2020

On a tous en nous quelque chose de Johnny

«Johnny a tué mon père» est un roman drôle et touchant qui se dévore sans faim. Après «Je de société» et «Bouddha boudoir», Elsa Lévy confirme son talent à écrire un récit juste assez décalé pour que s'y glisse une grande tendresse envers son personnage, Louise Langlois, jeune adulte de vingt-cinq ans au regard adolescent, et sa famille, secouée par le deuil.

Cl R
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Levy, Elsa. JOHNNY A TUÉ MON PÈRE (French Edition) . Édition du Kindle. © © Déborah Révy


Lorsque Louise observe son père faire ses lacets dans son costume bleu de soie, et puis lui dire au revoir, elle ne pense qu’à une chose : attraper à temps son train pour Paris et arriver  à l’heure pour ouvrir la librairie de la rue Lepic, où son sympathique et ivrogne de patron la rejoindra plus tard. Mais quelque chose s’est déréglé ce jour-là : déjà, Johnny vient de mourir, ensuite Lionel arrive très tôt avec les bras chargés de biographies à vendre, et puis un sms de sa mère lui apprend qu’elle accompagne son père chez le médecin. 

Au fil des pages, nous partageons l’irruption du déchirement dans l’histoire de Louise. Ses souvenirs s’accrochent au fil de la vie de Johnny qui défile en continu sur les écrans. Son intime sentiment d’étrangère, à elle-même, à la vie qui se déroule comme dans un film de série B, s’interpose entre le réel du deuil et son intrinsèque impossibilité. 

Bernard Langlois, son proviseur de père, rockeur dans l’âme, changeait tous les trois ans de lycée comme de pays, sans consulter sa femme ni sa fille. Il a fait de Louise une apatride, étrangère au regard sombre, sous son sombrero, rebelle, fille de Bashung et de Camus. 

Il y a quelque chose d’un clown punk dans ce texte d’Elsa Lévy qui n’hésite pas à écrire dès les premières pages : « À ce moment précis de la cérémonie, toujours figée derrière ce vieux pupitre, mon père à ma gauche coincé entre quatre planches et le prêtre sur ressorts à ma droite, je savais qu’il n’était plus question de drame, mais de miracle. »  

Son oeil en alerte épingle le comique surgit des pires moments de la vie et d’une magnifique inversion transgressive les retourne comme on ôte élégamment un gant en une lucide rédemption.

Pas de place pour d’hypocrites lecteurs. Chochottes des sentiments et puritains de la langue, passez votre chemin, le livre sort en auto-édition et n’a pas bénéficié de la sagacité de sept correcteurs différents, vous y trouverez chemin faisant trois coquilles et un crustacé, qui n’ôtent rien au sel des pages. 

Il était prévu qu’il sorte dans une grande maison d’édition mais à la lecture du contrat il n’a pas été possible de discuter de certaines clauses très abusives. Le confinement est arrivé là-dessus et Elsa Lévy a décidé de lui donner le jour par elle-même. Le roman coûte moins que deux ou trois baguettes de pain, ce qui n’est pas rien pour qui vit de plume et de scène.

Mais tout ceci Elsa Lévy vous le dira bien mieux par elle-même sur son site :

http://www.elsa-levy.com/johnny-a-tue-mon-pere

PROLONGEMENTS 

https://www.babelio.com/livres/Levy-Johnny-a-tue-mon-pere/1217595

https://simplement.pro/c/5002

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois