Exilés et réfugiés, frères et sœurs de sang

Combien de réfugiés sont encore accueillis dans le monde dans des conditions insalubres ? Entre le nationalisme qui monte et la stabilité du néolibéralisme en tant qu'idéologie indépassable, l'indifférence fraye son chemin dans le plus grand des silences.

Contrairement à mon habitude, ici pas d'analyse sur la politique Européenne ou Française du droit d'Asile, pas de critique politique sur la tendance néolibérale ou nationaliste, créateurs d’égoïsme et de lâcheté. Ici, je propose de prendre une pause, afin de savourer quelques mots d'espoirs dans une époque qui baisse le regard devant ses responsabilités en matière d'asile et d'accueil pour les personnes en détresse.

            

FUYANT MISÈRES ET TANKS

"Ils arrivent "chez nous" sur notre monceau de terre

Voulant juste voir grandir leurs gosses loin de la misère

Voulant juste réaliser ce pourquoi ils sont nés : vivre

Ils ont traversé la mer au péril des flots, à la dérive...

Fliqués, tabassés, ghettoïsés, car nous ne voyons que menaces

Peurs médiatisées et politisées qu’ils ne prennent "notre place"...

Plutôt sauver les riches, plutôt sauver les banques

Que femmes, hommes, enfants, fuyant misère et tanks

Lavons nos cerveaux de Sarko, de Zemmour, Le Pen et TF1

Redevenons vivants et tendons nos mains à ces frères humains

Chaque parcelle de terre appartient à chacun

Migrants, peut-être le serons-nous demain..."



Gérald Prévot

 

MIGRATION PLANÉTAIRE

Nous les nomades et les migrants
Nous sommes de tous les temps
De toutes les histoires
Et de tous les territoires

On a toujours voulu nous empêcher
Chez les nantis de nous installer
Mais pour fuir la misère ou la guerre
Nous allons toujours vers les pays qui prospèrent

Quand les peuples ne sont pas heureux chez eux
Ils changent simplement de lieu
Ce n’est pas une folle aventure
C’est presque une loi de la nature

Il vous faut prendre de la hauteur
Et donc de la grandeur
Il vous faut prendre de la distance
Et ne pas réagir en urgence

Lutter contre les migrations
C’est aller contre la créatrice évolution
Ce n’est pas en mettant des barrières
Qu’on arrête ce qui de nature prolifère

Rien n’est jamais définitivement établi
C’est cela la loi de la vie
Demain vous adopterez toutes nos croyances
Et c’est nous qui assurerons votre descendance

Comme vous-même vous l’avez fait autrefois
En ne laissant aux indigènes aucun choix
Sauf celui d’un lent génocide
Ou celui d’une vie sordide

Nous ne sommes pas meilleurs que vous
S’il le faut nous vous mettrons à genoux
Les dominants toujours se dépravent
Et finissent par devenir des esclaves

Alors afin d’économiser de l’énergie et du sang
Ne pourrions-nous pas aujourd’hui faire autrement
Au lieu de renforcer en vain les frontières
Trouver enfin une solution planétaire

Pour que l’humanité atteigne son âge de raison
Ensemble nous pouvons organiser une juste redistribution
Mais si nous acceptons d’un côté l’abondance
Et de l’autre côté une extrême indigence

Les migrants continueront à vous envahir
Et vous continuerez de plus en plus à les haïr
Il n’y a pas d’autre issue à cette lutte fatale
Sauf la déflagration finale 


ÉTRANGER EST L'ÉTERNEL
Éditions Edmond Chemin 2015, réédition 2016. - 148 pages

 

 

Comment ne pas terminer sur ce merveilleux poème du pasteur luthérien Martin Niemöller, écrit dans les années sombre de notre histoire. Après avoir soutenu l'arrivée au pouvoir de Hitler avant de sortir de son somnambulisme, et devenir un opposant politique. Condamné aux camps de concentration dont il sortira vivant, sa poésie est un espoir contre l’indifférence, l’égoïsme et contre l'apathie politique.

 

Quand ils sont venus me chercher

« Quand ils sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.

Quand ils sont venus chercher les juifs, je n’ai rien dit, je n’étais pas juif.

Puis ils sont venus me chercher,

Et il ne restait plus personne pour dire grand chose. »

 

201806eca-greece-wearehumans

2016 ANDREJ ISAKOVIC/AFP/Getty Images

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.