Portfolio

San Francisco, un banc à la place du ruisseau

  1. San Francisco, un banc à la place du ruisseau

    À l’angle de Dolores Street et de 16th Street, au milieu de la cohue citadine où tout est frénésie, bruit et poussière, il y a la Mission Dolores Church, une chapelle catholique érigée en 1776 par la première mission espagnole implantée en territoire amérindien (celui des Ohlones et des Miwoks). En fait, c’est le plus ancien édifice de San Francisco qui jouxte l’un des plus anciens cimetières de Californie. Pour contempler la tombe des Premiers Américains et des premiers colons, seconds sur la ligne d’arrivée que fut le Ruisseau de la Douleur (Arroyo de los Dolores/Creek of Sorrow), on peut prendre place sur un banc taillé à même la roche. Une roche sculptée, scellée ou assemblée par des géants sortis des bois (après tout, Muir Woods n’est pas loin).  Une roche grise, grise comme la terre de ce jardin en juillet, aux entailles encore fraîches, aux parois rugueuses sauf pour l’assise qui a été polie pour les fesses du visiteur/de la visiteuse (car n’est pas pionnier/pionnière qui veut). Voici un banc fort ingénieux qui accueille les êtres solitaires comme les familles nombreuses. Chacun y trouve son bloc rocailleux: allongé, assis, assis-debout, debout, ou en équilibre vacillant, tout cela dans un étagement de confort et de non-confort. Pour nous rappeler à notre condition de mortels (à quoi sert de courir ?) et remettre les pendules à l’heure de l’Histoire (à qui appartient la hutte au milieu des fleurs, plantes et cailloux ?). Pendant ce temps-là, quelques âmes distraites parcourent les allées du cimetière de la Mission Dolores, guettent l’apparition de Kim Novak  (femme ou fantôme ?) qui pourrait s’échapper de l’ère pré-botox et se recueillir sur la sépulture de Carlotta Valdes.

  2. Mission Dolores, hutte ohlone

  3. Mission Dolores, sépultures

  4. Mission Dolores, St François d'Assise

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.