Portfolio

Berlin, la banquette aux cent tulipes

  1. Berlin, la banquette aux cent tulipes

    Qu’on y débouche par hasard ou par curiosité, l’avenue au nom si poétique Unter den Linden (Sous les Tilleuls) offre aux promeneurs, des touristes pour la plupart, le loisir d’occuper ou de contempler les bancs publics verts de Berlin, nombreux en ce lieu historique où passait le Mur maudit jusqu’en 1989 (dont les pans mortifères s'égrènent à travers la ville) et où se dresse la monumentale Porte de Brandebourg depuis 1791 (que le conflit Est-Ouest avait plantée derrière le Mur). Le ciel froid d’avril frappe l’avenue de sa grisaille pluvieuse. On eût aimé s’y aventurer à une autre époque de l’année, voire à une autre époque tout court, celle de la palette postimpressionniste d’un Max Liebermann. Pour l’heure, entre ciel et terre, le gris domine. La banquette verte, avec son massif de tulipes blanches et noires à l’arrière-plan, fait exception. Banquette en lattes de bois, neuf exactement, et au piétement en fonte. Les lattes d’un vert sombre sont comme des rails sur l’océan. Les pieds en demi-cercles pourraient servir à Max Ernst s’il venait à passer là. La banquette est inégalement mouillée par la pluie. Elle invite le regard à jauger l’instant. S’asseoir ou ne pas s’asseoir ? Venir à Berlin pour ça, des gouttes de pluie sur un banc public. Et des étiquettes, qu'on devine militantes ou publicitaires, collées à la hâte sur la première latte. Des autocollants qu'on dirait arrachés par des esprits bienpensants (les messages étaient-ils séditieux ? offensants ?). Ou tout simplement effacés par le temps. Pas le temps de l’Histoire dont témoigne la Friedrich Strasse avec le Musée du Mur, qu'ils auraient mieux fait d'appeler le Musée des Horreurs, et le faux Checkpoint Charlie avec son souriant Charlie made in US ou pas. La banquette, elle aussi, est abîmée par le passage du temps. La peinture verte s’écaille, le bois se fissure. La banquette à assise variable, permettant une vue sur la Pariser Platz redevenue célèbre et fréquentable et une vue sur le magnifique gazon bordé de tulipes à longue floraison, a été, on le devine, de tous les récits. Récits que semblent relayer les tulipes noires, espèce étonnante appelée Queens of the Night (Reines de la Nuit), qui, en plein jour, forment un curieux contraste avec les tulipes blanches. À la fois deuil et page blanche.

  2. Les tulipes noires et blanches de Berlin 

  3. Berlin, l'avenue Unter den Linden

  4. Berlin, Pariser Platz et la Porte de Brandebourg

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.