esther heboyan
Abonné·e de Mediapart

Portfolio publié dans

Édition

Espaces et écritures

Suivi par 36 abonnés

Portfolio 15 juil. 2018

Un 14 juillet au hasard de la RATP

Et la vie à bord d'un bus? Éphémère, c'est un moindre mot. Un passage. Un trajet entre deux points.

esther heboyan
Ecrivaine, traductrice, chroniqueuse. Universitaire. Domaines d'intérêts: la place des individus dans la société, littérature nord-américaine, cinéma, musique...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. E. Heboyan, 2018

    Un 14 juillet au hasard de la RATP

     

    Un samedi un peu moins ordinaire que d’autres mais pas si extraordinaire. Drapeaux, nation, démonstration de force militaire, etc. En attendant le feu d’artifice à la Tour Eiffel. Et dans quelques heures, la coupe du monde de foot, la victoire tant espérée. Des symboles et de leur sens construits sur le fil du temps. De lieu en lieu, de nation en nation, on connaît l’histoire –  connue, inconnue, révisée jusqu’à la rendre méconnaissable. Ou simplement oubliée.

    Un bus en ce samedi après-midi, tout ce qu’il y a d’ordinaire par temps de canicule. Irrespirable, empesté d’odeurs citadines – pollution, transpiration. Dans la chaleur suffocante, les sons se frelatent, les paroles s’abîment, comme les Montres Molles de Salvador Dali. Le temps, la mémoire, la mort.

    Le bus 62 fait de son mieux entre Porte de Saint-Cloud et Bibliothèque François Mitterrand. Il roule, s’arrête, roule pour faire gagner du temps, s’arrête pour signifier une destination. Les passagers montent, descendent. En solo, en duo, en quartet. Tous et toutes voudraient arriver le plus vite possible. Canicule oblige. Réflexe de survie. Le temps, l’anticipation, la vie.

    Mais la vie, qu’est-ce donc ?

    Et la vie à bord d’un bus ?

    Éphémère, c’est un moindre mot. Un passage. Un trajet entre deux points. Pour les plus chanceux, assis ou debout à l’avant du véhicule, un point de fuite – peut-être. D’habitude on est très sérieux à bord du bus. Ou très triste. Parfois très seul. Comme ces êtres dont plus personne ne réclame l’existence : clochards et clochardes, vieux et vieilles. Qui font semblant d’avoir une vie.

    Les autres, ceux et celles qui ne sont ni sdf ni quatrième âge, se croient à l’abri. Àl’abri du temps, de la maladie, de la guerre, des migrants, des ouragans, de tout ce qui leur semble si lointain. Paris sera toujours Paris. Le bus 62 est leur territoire, leur symbole, leur cri d’allégeance à la vie. Une femme, la quarantaine, se croit immortelle, déjà immortalisée à bord de son bus, le cul statufié sur son siège. Une candidate pour le Musée Grévin lorsque le vent de l’histoire aura tourné. Dans le mauvais sens. Ou bien le vent a-t-il déjà tourné ?

    « Non ! » crie-t-elle à l’homme qui veut s’asseoir à côté d’elle. Il a lui aussi la quarantaine.

    L’homme est noir. La femme est blanche. Tout est dit, croit-on. Mais non. De gestes violents (elle) en paroles violentes (lui), la scène surréaliste vire au cauchemar. Elle va se plaindre au conducteur qui arrête son bus et fait un signalement à la police. Des voix, blanches et noires, s’élèvent pour contenir la situation. L’homme, finalement, descend par la porte avant restée ouverte. Le chauffeur tente de le retenir mais l’homme lui échappe. Vite, une photo de l’individu qui s’éloigne à pied (pour continuer le signalement ?) et le bus repart. La femme, elle, s’est trouvé une place à l’arrière du véhicule. Le hasard fait bien les choses.

    La vie à bord du bus 62 reprend son cours.

    Et les Montres Molles de Salvador Dali se font l’écho des larmes de bronze que verse Rosa Parks, passagère à Memphis. Le temps d'une utopie. 

     

     

     

     

  2. E.Heboyan, 2018
  3. E.Heboyan, 2018
  4. E.Heboyan, 2018

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les documents ultra-confidentiels saisis par le FBI
L’inventaire de la perquisition menée par le FBI au domicile de Donald Trump, en Floride, a été rendu public vendredi. Les agents fédéraux ont saisi dans la villa de l’ancien président plusieurs documents classés top secret et diverses notes, dont l’une concerne Emmanuel Macron. Trump est soupçonné d’avoir mis en danger la sécurité nationale.
par Patricia Neves
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Énergies
Pétrole : les effets « très limités » des sanctions occidentales contre la Russie
Le pétrole est plus que jamais une manne pour Moscou. En dépit des sanctions, la Russie produit et exporte pratiquement autant qu’avant l’invasion de l’Ukraine, selon le rapport de l’Agence internationale de l’énergie, et les prix se sont envolés.  
par Martine Orange
Journal
Projet de loi immigration : des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck