Billet de blog 15 juil. 2020

Londres au cinéma : coups de foudre et lendemains (3/4)

Londres filmé dans Une éducation (2009) de Lone Scherfig et Deep End (1970) de Jerzy Skolimowski.

esther heboyan
Ecrivaine, traductrice, chroniqueuse. Universitaire. Domaines d'intérêts: la place des individus dans la société, littérature nord-américaine, cinéma, musique...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Londres au cinéma : coups de foudre et lendemains (3) 

Londres ou l’éveil à la sexualité.

Une éducation (An Education, 2009) de Lorne Scherfig qui se déroule au début des années 1960 à Twickenham, une banlieue au sud-ouest du Grand Londres, relate l’éducation sentimentale et sexuelle de Jenny (Carey Mulligan), une lycéenne de 16 ans, intelligente et rebelle. David Goldman (Peter Sarsgaard), un homme bien plus âgé qui semble détenir les clefs d’une existence palpitante, lui ouvre littéralement les portes de la capitale. Entre une balade initiatique à Oxford et un voyage troublant à Paris, la jeune fille suit le charmeur de Twickenham dans un Londres jusque-là inaccessible, magnifié par la puissance de l’argent, en contraste avec Twickenham qui ne propose que rigueur familiale et rigidité institutionnelle, ou au mieux, une liberté bricolée.

À Londres, Jenny arrive partout comme on pénètre dans un temple, timidement, révérencieusement, pour être initiée à toutes sortes de plaisirs et de sensations fortes. La musique envoûtante de Ravel à l’église baroque St. John’s à Westminster est une première étape symbolique, empreinte d’innocence. Un dîner chic dans une ambiance de velours pourpre et de jazz lascif marque un pas vers la jouissance instinctive des sens. Une séance d’enchères chez Christie’s affirme le pouvoir jubilatoire de l’argent sur l’œuvre d’art destinée à rejoindre la masse d’objets hétéroclites sans finalité aucune dans un appartement situé à Cumberland Terrace. En fait, l’éducation de Jenny par Goldman et son couple d’amis est de moins en moins glorifiante puisque l’argent sale reste le motif de leurs excursions. Au célèbre Walthamstow Greyhound Stadium, les courses de lévriers servent de prétexte à une rencontre avec un nommé Rachman, sans doute inspiré de Peter Rachman, baron des taudis londoniens et marchand de sommeil notoire. Pour la lycéenne de banlieue, Londres se révèle être une supercherie.

Contrairement à Une éducation, Deep End (1970) du réalisateur polonais Jerzy Skolimowski nous plonge dans un Londres peu exaltant, voire glauque, pour conter l’éveil à la sexualité et aux émotions d’un jeune homme de quinze ans, Mike (John Moulder-Brown), qui s’éprend de sa collègue Susan (Jane Asher), une belle rouquine employée à la piscine et aux bains publics de Newford Baths. Londres fournit un cadre banal, en extérieurs comme en intérieurs, où les gens s’adonnent à leurs activités. Sans rendre la ville reconnaissable, Skolimowski tente de saisir une ambiance particulière, privilégiant l’habituel, l’anodin, l’inintéressant. On est à Londres, mais on pourrait tout aussi bien être ailleurs, par exemple dans le Nottingham de Samedi soir, dimanche matin (1960) de Karel Reisz adapté du roman d’Alan Sillitoe. La vie semble engageante, pourrait être tonique, mais les personnages passent à côté de leur vie.

Le matin sous un ciel gris, agrippé au guidon de son vélo, Mike sillonne Angel Lane, une longue rue commerçante à Stratford à l’Est de Londres. Une pulsation semble l’habiter, le pousser vers un objectif non encore défini. Pendant que la voix rageuse de Cat Stevens chantant But I Might Die Tonight (Mais il se pourrait que je meure ce soir) suggère une quête sinueuse. À force d’épier Susan, comme un soir dans un quartier sordide de Soho grouillant de rabatteurs et de touristes, Mike se retrouve dans l’alcôve d’une prostituée à la jambe plâtrée et se gave de hot-dogs pour tuer le temps. Il est tenu à l’écart des événements excitants. Il ne s’en approche qu’en fantasmant la réalité ou bien en décochant désordre et violence. Pour traduire l’obsession de l’adolescent, Londres devient un huis-clos aux portes verdâtres, aux carrelages souillés, aux murs écaillés, aux couloirs que l’on repeint de rouge sang. La couleur chez Skolimowski n’est pas signe de vie, mais de mort. L’amalgame des couleurs franches, saturées, crée une froideur dérangeante. Hormis la rousseur de Susan qui crée de l’intensité sensuelle, l’usage de la couleur se veut agressif, malsain. Les personnages sont filmés contre des tracés géométriques délimitant des pans de couleurs comme les volets d’une vie à tout jamais incrustés dans du ciment, de la faïence ou du verre. Lorsque Susan finit par rejoindre Mike au fond de la piscine (d’où le titre du film), le bassin est affreusement vide.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony