esther heboyan
Abonné·e de Mediapart

Portfolio publié dans

Édition

Espaces et écritures

Suivi par 36 abonnés

Portfolio 24 févr. 2020

Gens de Lisbonne à leur métier

En voyage ou pas, j’aime regarder les gens travailler. J’aime photographier les gens sur leur lieu de travail. Souvent, c’est à leur insu ; quelquefois, avec leur accord. Voici quelques clichés pris à Lisbonne en septembre 2015.

esther heboyan
Ecrivaine, traductrice, chroniqueuse. Universitaire. Domaines d'intérêts: la place des individus dans la société, littérature nord-américaine, cinéma, musique...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. E.Heboyan, 2015

    En voyage ou pas, j’aime regarder les gens travailler. J’aime photographier les gens sur leur lieu de travail. Souvent, c’est à leur insu ; quelquefois, avec leur accord. J’aime aussi les filmer. C’est plus rare. 2016 : Grégory, vendeur-animateur de liqueurs sur le marché de Noël à Arras se prête au jeu, décrit non pas la saveur des liqueurs mais le savoir-faire du maître verrier qui a produit les bouteilles, de vraies merveilles. J’aime observer les gens dans leur quotidien. En pleine activité, lorsqu’ils donnent le meilleur ou le pire d’eux-mêmes. En banlieue parisienne, une gérante d’un salon de coiffure franchisé qui réprimande et humilie sa stagiaire : ça m’est insupportable. Je l’imagine en Tante Fétide débarquant chez la Famille Addams. Un chauffeur de taxi jovial et sûr de sa mission dans Paris intra-muros qui dit ne pas craindre les chiens, contrairement à ses confrères, dit ne rien craindre du tout vu tout ce qu’il a vu sur terre, et comme preuve son penchant pour les films gore, les corps démembrés, le sang qui gicle. Euh, Chauffeur, déposez-moi plutôt à la gare de King’s Cross pour le Poudlard Express.

    Il m’arrive d’observer sans photographier. L’écrivain faisant des dédicaces dans le salon de son éditeur. L’institutrice comptant ses élèves sur un quai de métro. Le vieux vendeur de journaux debout derrière son chariot à la gare du Nord. La caissière du supermarché qui n’a pas envie de sourire ce jour-là. Le cadre quarantenaire de la banque qui plaisante avec une des employées. La doctoresse de la clinique qui se plaint des dysfonctionnements du système. L’accordéoniste de rue qui interprète pour la millième fois « Otchi Tchornye » (Les yeux noirs). Par quels chemins, quels détours, quelles ambitions ou passions, quels accidents de la vie en vient-on à exercer tel ou tel métier ? Les gens sont-ils heureux, malheureux ? Pour les uns, combien de factures à payer, de projets avortés, de douleurs tues ? Au programme des semaines et années à venir : rester digne, se procurer quelques menus plaisirs – malgré tout. Pour les autres, combien de séjours au ski, de villégiatures en Vendée, de week-ends-shopping à Londres ? Mais aussi : combien de rêves brisés ou de tragédies endurées, l’argent ne fait pas le bonheur, dit-on. Quoi qu’il en soit, aux quatre coins du monde, le travail reste une nécessité. Cause d’aliénation et de déshumanisation ou source d’enrichissement et d’épanouissement. Une réalité et une quête universellement partagées, par-delà les frontières et les langues.

    Voici quelques images de Lisboètes dans l'exercice de leur métier.

    No 1: Libraire itinérante dans un parc de Lisbonne.

    No 2 : Couturière animant un stand dans un parc de Lisbonne.

    No 3 : Deux serveurs de restaurant passant commande à la fenêtre.

    No 4 : Porteuse de petits pains ronds dans une rue de Lisbonne.

    No 5 : Femme de ménage à l'entrée de la galerie commerçante EmbaiXada.

    No 6 : Cireur de chaussures au centre-ville de Lisbonne.

    No 7 : Jeune cuisinière s'appliquant à garnir des pommes de terre avec une farce à la morue. Une vieille recette de la Casa Portuguesa, Rua Augusta.

    No 8 : Jeune vendeur de patates à la morue.

    No 9 : Garde nationale portugaise. Jour de manifestation. On ne rigole pas.

    No 10 : Garde républicaine devant le palais présidentiel à Belèm.

    No 11 : Mariana, conductrice de tuk-tuk à Lisbonne, aime son tuk-tuk plus que tout.

    No 12 : Vendeuse en uniforme jaune de la compagnie Yellow Boat (Bateau Jaune). Sur les rives du Tage.

  2. E.Heboyan, 2015
  3. E.Heboyan, 2015
  4. E.Heboyan, 2015
  5. E.Heboyan, 2015
  6. E.Heboyan, 2015
  7. E. Heboyan, 2015
  8. E. Heboyan, 2015
  9. E.Heboyan, 2015
  10. E. Heboyan, 2015
  11. E. Heboyan, 2015
  12. E. Heboyan, 2015

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com