esther heboyan
Abonné·e de Mediapart

Portfolio publié dans

Édition

Espaces et écritures

Suivi par 36 abonnés

Portfolio 26 août 2017

Marseille, les aventuriers des bords de mer (1)

Quoi de plus réjouissant qu’une ville dans laquelle on marche pour marcher. Et si la ville a poussé au bord de l’eau, on voudrait voguer sur les vagues. L’appel du large, le navire blanc a levé l’ancre. Mais il paraît que le rivage a de quoi nous éblouir encore. Lieu de retour ? Lieu de départ ? L’espérance, quoiqu’il en soit. Presque un luxe en ces temps de tristes voyages.

esther heboyan
Ecrivaine, traductrice, chroniqueuse. Universitaire. Domaines d'intérêts: la place des individus dans la société, littérature nord-américaine, cinéma, musique...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. E. Heboyan, 2017

    Marseille – les aventuriers des bords de mer (1)

     

    Quoi de plus réjouissant qu’une ville dans laquelle on marche pour marcher. Et si la ville a poussé au bord de l’eau, on voudrait voguer sur les vagues. L’appel du large, le navire blanc a levé l’ancre. Mais il paraît que le rivage a de quoi nous éblouir encore. Lieu de retour ? Lieu de départ ? L’espérance, quoiqu’il en soit. Presque un luxe en ces temps de tristes voyages autour de la Méditerranée.

    Sur le Vieux Port, les bateaux de pêche ont livré leurs prises. L’effervescence du matin n’est plus. Les mulets patiemment évidés alignés dans les bacs voudraient en finir avec leur épopée. Après la mort du mulet, point de salut. Court bouillon ou barbecue. À l’intention des lève-tard qui flânent devant les étals en faisant la moue, la grande roue promet une vue imprenable à 50m de hauteur.

    Pour ce qui est de la vue imprenable, la concurrence est rude. Marseille a déjà son arsenal frappe-l’œil –  le Fort Saint-Jean depuis le XVIIème siècle, les galeries du MuCEM (Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée) depuis 2013, et bien sûr la Basilique Notre Dame de la Garde, « la Bonne Mère » qui veille, qui veille.

     Dès l’entrée dans la gare Saint-Charles, et partout dans les arrondissements du centre, le Sud est là avec ses étendoirs à linge. Aux fenêtres et aux balcons. Draps, serviettes, vêtements flottent au vent sur des kilomètres de fils. Le soleil donne l’hospitalité sans rechigner. Marseille est Istanbul, Athènes, Lisbonne – la fraîcheur du linge toujours d’actualité.

    Pour faire diversion : au Cours Belsunce, des parapluies ajourés, de fer dentelé tiennent à un fil. Entre les arbres et les immeubles. Les pigeons n’ont qu’à bien se tenir. Sinon viser juste leur fiente verdâtre. Avis aux passants étourdis : le parapluie ne fait pas l’abri. De mémoire de Marseillais, on n’a vu d’aussi jolis parapluies.

    La grande rue de la République, elle, s’est dotée d’un diadème de fil métallique. Pour crier haut et fort son nom. Des lettres cursives au-dessus de tout soupçon. À l’adresse de ceux qui n’ont pas de boussole. Qui pourraient se perdre entre le Vieux Port, la mer et la terre ferme.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  2. E. Heboyan, 2017
  3. E. Heboyan, 2017
  4. E. Heboyan, 2017
  5. E. Heboyan, 2017
  6. E.Heboyan, 2017
  7. E.Heboyan, 2017

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
par carlita vallhintes
Billet de blog
Cornichon
Si mal jugé.
par C’est Nabum
Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre
Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone