Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Eurojournalist(e)

Suivi par 181 abonnés

Billet de blog 3 déc. 2014

Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

«Ah oui, les retraites ne seront plus assurées…»

Le «modèle allemand» prend un sacré coup - Angela Merkel vient d‘annoncer que d‘ici peu, les retraites ne seront plus assurées. Message : «Débrouillez-vous…».

Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le «modèle allemand» prend un sacré coup - Angela Merkel vient d‘annoncer que d‘ici peu, les retraites ne seront plus assurées. Message : «Débrouillez-vous…».

Maman Merkel... © Moritz Kosinsky / Wiki Commons

(KL) - Le choix de l‘endroit, de l‘occasion et du contenu du message d‘Angela Merkel peut surprendre. Lors des festivités à l‘occasion du 125e anniversaire de l‘Assurance Sociale allemande, la chancelière a annoncé qu‘à l‘avenir, le niveau des retraites ne pouvait plus être assuré - changement démographique oblige. Comme si cette évolution n‘était pas à prévoir.

Le discours d‘Angela Merkel était remarquable. «Je suis convaincue qu‘à l‘avenir, seul un mélange entre la prévoyance d‘état, des entreprises et individuelle pourra garantir un niveau de vie correct aux retraités», a-t-elle déclaré. «Nous sommes appelés à prévenir la pauvreté des personnes âgées et de développer les solutions adéquates». Nous ? Prévenir ? La chancelière se moque du monde !

Après avoir crée le «nouveau précariat» par le biais des «mini-jobs» permettant au plus démunis de gagner 400 pauvres euros par mois, tout en les empêchant d‘accéder au marché de l‘emploi primaire, mais en embellissant les statistiques du chômage en Allemagne, l‘appel à l‘épargne et la prévoyance individuelle constitue un cynisme insupportable.

Comment veut la chancelière que les millions de «Hartz IV» (ceux qui touchent l‘aide sociale), les salaires minimas ou les familles puissent organiser leur retraite à leur niveau ? Pendant longtemps, les gens ont cotisé, juste pour constater qu‘ils ne toucheront qu‘une misère une fois arrivé à l‘âge de la retraite.

Ce qu‘Angela Merkel n‘a pas dit, c‘est que son constat représente l‘aveu de l‘échec de toute sa politique sociale. Dans une société vieillissante, ne plus être en mesure d‘assurer les retraites, c‘est au moins aussi grave que la relation entre le Président français et le chômage.

La politique allemande a donc échoué. Elle n‘aura servi qu‘aux grandes entreprises, aux actionnaires et aux banques - les braves gens ayant bossé dur toute la vie, peuvent se préparer à une vieillesse dans la pauvreté.

Son appel de trouver des solutions est également étrange. Elle s‘adresse à qui ? A vous ? A moi ? A son gouvernement ? A elle-même ? Actuellement, le gouvernement est la seule institution qui serait en mesure de changer les choses. Mais il ne fait pas grande chose, sauf annoncer que dans un avenir proche, les cotisations pour les retraites augmenteront, pendant que les prestations baisseront. Jolie perspective !

Le «modèle allemand» n‘est pas un modèle à suivre - au contraire. Il crée des inégalités sociales gravissimes et ce, non seulement en Allemagne, mais partout en Europe. Le seul moyen d‘éviter que la caste des politiques nationaux continue à ruiner nos pays et sociétés, ce serait effectivement la mise en œuvre des «Etats-Unis de l‘Europe», avec un seul gouvernement qui mène une politique dans l‘intérêt des peuples européens. Car ceux, qui aujourd‘hui sont responsables de ce froid social en Europe, sont aussi ceux qui se fichent pas mal du niveau de vie des retraités. Eux, ils n‘auront pas de souci à se faire, ils se la couleront douce sur les plages des plus belles destinations touristiques du monde. Comme toujours, ce seront les moins fortunés qui payeront. De leur personne.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier