Les solutions seront européennes

La conférence « 360 degrés autour de l'entrepreneur », organisée mercredi par l'Association Aide Entreprise, était un franc succès. Le combat pour une « juste justice » se décline désormais sur des notes européennes.

Le panel d'experts OSDEI - Philippe Padié, Nicolas Bortko, Patrick Follain, Georges Federman, Eric Fourié et Brigitte Vitale. © Eurojournalist(e) / CC-BY-SA 4.0int Le panel d'experts OSDEI - Philippe Padié, Nicolas Bortko, Patrick Follain, Georges Federman, Eric Fourié et Brigitte Vitale. © Eurojournalist(e) / CC-BY-SA 4.0int
   (KL) – Quand on veut se comprendre, la langue devient secondaire. Du moins, c’est l’expérience qu’ont fait hier presque 100 participants à la conférence « 360 degrés autour de l’entrepreneur » organisée à Strasbourg par l’Association Aide Entreprise. Cette conférence tournait autour des questions des entrepreneurs en difficultés, souvent lésés par des procédures marquées par des dysfonctionnements du système judiciaire. Si la moitié du public avait fait le déplacement depuis l’Italie, les autres participants venaient des quatre coins de l’hexagone et – tout le monde se comprenait parfaitement, grâce aux efforts énormes de la Présidente d’Aide Entreprise Brigitte Vitale et Luciano Murgia qui non seulement participaient activement à cette conférence, mais qui en même temps, traduisaient les interventions des uns et des autres.

La conférence commençait avec un vrai point d’exclamation – Sergio Bramini, conseiller du ministre de l’économie italien, lançait officiellement la « Fédération européenne pour un plus de justice », une fédération qui regroupera plusieurs associations françaises et italiennes qui combineront leurs ressources, expériences et talents pour lutter ensemble contre des procédures faisant un nombre incroyable de victimes, en France et ailleurs. Avec cette fédération, le travail des associations qui œuvrent dans ce domaine sera plus efficace et plus visible.

Il est important que ces procédures soient visibles, car ces procédures juridiques ont toutes un trait commun : elles se passent à l’ombre, ce qui constitue carrément une invitation aux abus de toute sorte. Pour augmenter la visibilité et donc, la prise de conscience de ce problème, cette nouvelle fédération lancera un « Journal Européen des Indépendants », une plate-forme journalistique qui traitera non seulement de l’actualité dans ce domaine, mais permettra surtout aux très nombreuses victimes de ces procédures de rendre leurs dossiers publics. Souvent, ces dossiers ne sont pas médiatisés, car ils sont complexes et systématiquement contradictoires, ce qui ne constitue pas vraiment une motivation dans les rédactions, de se pencher sur ces sujets.

En plus de ce nouveau journal spécialisé, une WebTV voit également le jour, permettant également de diffuser ces sujets sur des supports modernes et dans l’air du temps.

Les experts du réseau OSDEI, rattaché à l’association Aide Entreprise, ont ensuite présenté les différents aspects (médical, psychologie, droit, assurances etc.) du rapport que l’association a rédigé pour les instances politiques. Seule cette expertise énorme du terrain peut permettre aux partenaires publics de cette démarche, de se faire une idée réaliste de ces procédures et des dégâts qu’elle peuvent occasionner.

La conférence fut couronnée par l’intervention du Vice-Président de l’Assemblée Nationale Sylvain Waserman. Très impliqué dans cette démarche, Sylvain Waserman expliquait l’état des travaux menés actuellement par la « Commission Waserman », qui est en train d’analyser 30 dossiers préparés par Aide Entreprise pour identifier les racines de ces dysfonctionnements, afin de pouvoir les éradiquer. Avec beaucoup de patience, Sylvain Waserman écoutait les doléances des participants à cette conférence, qui souvent, étaient présentées avec beaucoup d’émotion, ce qui se comprend dans la mesure où certaines de ces procédures sont ouvertes depuis 40 ans, broyant les personnes concernées, leurs familles, leur existence.

Ensuite, les juristes OSDEI ont présenté le dispositif « SCIC Negotium », une structure permettant aux personnes concernées par ces procédures, de se relancer dans une activité qui ouvre de nouvelles perspectives de rebond.

Dans cette tentative de rendre la justice « plus juste », on assiste actuellement à un triple mouvement. D’une part, le travail de la « Commission Waserman » avance rapidement, ce qui constitue une nouveauté. Pour la première fois, un haut représentant du monde politique français s’engage réellement dans la quête d’une amélioration de la situation, un véritable soutien « d’en-haut ». D’autre part, le travail associatif devient de plus en plus structuré et professionnel et donc efficace, ce qui crée un mouvement « d’en-bas ». Et avec la nouvelle Fédération Européenne, les acteurs italiens et français portent ce dossier maintenant à l’échelle européenne et une chose est clair : il ne sera plus possible d’étouffer ou de taire ces dysfonctionnements.

La démarche, initiée il y a plus de 10 ans par l’Association Aide Entreprise et sa Présidente Brigitte Vitale, commence à porter ses fruits. Grâce à une attitude de « co-construction », les différents partenaires avancent ensemble dans la bonne direction et augmentent ainsi les chances d’obtenir de vrais progrès dans l’intérêt de centaines de milliers de personnes, dans l’intérêt de la santé publique et dans l’intérêt de la dynamique économique des pays concernés.

Jamais avant, une telle démarche avait de réelles chances d’aboutir à un résultat concret. Maintenant, grâce à la persévérance du monde associatif, grâce à l’engagement de responsables politiques haut placés en France et en Italie, grâce à des efforts de nombreux experts et spécialistes, cette quête d’une « juste justice » pourra réellement aboutir. Et nous, nous nous ferons un plaisir de vous informer quant aux prochaines étapes de ce dossier important.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.