Le rugissement de la pierre !

Petite fiction parlant de l'homosexualité, du travail, et de l'inceste. En créole réunionnais.

Lo pièr la ruzi oté !

Kan son mémé Fany, la lèsche lo rognon de cosson, elle la eu un pensé aigu pou toute bonne mémés lé atteinte de problèm articulaire, comme zot l’arthroz, ou enkor sat nana l’amour pou suce toute band z’os. Lo pié cosson, y lé un gourmet favori pou zot, un gout lé prononcé pou sat I lé doux et néna occune difficulté pou maché sous lo den. Son ti bouche lé fin, et li gagne avalé un tralé.

Quand son marmay, surnomé lo ti Liga y arriv pou vey ali, li sorte son ti bek do nez pou tremousse son ti boyo devant toute demoun dan la salle oussa y assiz po manzer :

_ Papy ! Papy ! Mon papy Johnetta, la mèt enkor amwin en salèr, ek un appareil pou aktiv mon lexitasion, li la mèt sa dovan mon parti génitale.

_ Out pépé la touzour était un gro cosson sa ! Kan gran matin lu té lève pou di a ou lé zoyeu, ou lété un bon marmay zentil pou li té karesse out zèf, ou lété bien zentil mounwa ! Ek un ti calin, ça ou té zamé dégouté !

_ Wé lé vré, sauf k’avan lu était zoli mon pépé. Koméla, lu lé couyon, mêm trè kouyon et en pliss son peau y pendouille partout.

_ Lé vré sa ! Mais son l’envi plote a ou bien, et malaxe ton fesse lé tellemen fou, ke li té pé pa oubli ton figur.

Liga la gagne son ti carte, et dossi néna mot doux écrit par son pépé :

 

Mariam ek son chips gout zambon parme

Mète dan son zassiette un arme

Son zeste lamour

Sans son brin sekour

Un brindille ak son matante

Lors de son ti mauvaiz pente

Baskule dan band gran fente

Ou lo band clé y vir bleue

Va rouv gran lo porte domoun zheureux

 

Lo zupe de Liga qui yaime mèt avan sortir ensemb son maris y porte lo robe, était kom un linze trè koloré, navé plein détail et motif dossu, un vrai kylt kréole. Son zupe té vert flashy, navé tissu épais, lo band dame té mète pa li, mais rienk lo zhomme, navé pa tro moyen pou mèt band motif plu spectaculaires pou fait ensemb un ot’ koulèr plu danzereu, et émouvan. Son ti kopain a Liga té un bougue té fé apel ali Pakcsa, lu té ouvrier, li té fabrique band marto, enclumes, et encore lu té payé artisanalement, come band vieu forgeron longtemp. Sauf ke li c’était un travay à l’intérieur un gran l’usine, oussa té fabrique band matériel pou marché forrain. Kom band ti forain y fait l’animation dan village, oussa lo band fédération, navé band métaux de tout type à confectioné. Band zobjet comme band pylones, la poutre zacier, kelke trucs plus lézé kom un ferronerie. Pou toute band petits portiyons, lo band cloture de maizon, d’air de jeu, band grand barrière de file d’attente, oussa lo band star y marche derrière lo band photographe, pour séparé un public d’un groupe do paparazi et de band agent sécurité, mais parfois té fé aussi ti travay kome band chaises, tables, fait main.

 

Tout sa té y déroule tous les zours aux ordres de supérieur par band zatelié o sein même do l’izine. Très vite navé remplacé par des départs d’anciens morts sur lo boulot. Lo fomme accroupi o sol y criyé : “ Sa fo pa fouété, ranz zot pétale ! “. Té voulé dir ke fo mèt band rendement, mèt a l’oeuvre, toute band façon ke zot patron y veu. Un rendement par déssi rendement, pou fé un meiyeur travay, mais surtou ke zot accident va vite arrivé si zot y kontinu fé la tay. Navé dan zot vestiaire do travayèr des cartes postales, band carte de voeux, té passe de main en main, té empilé partout dan band bazar ambian, navé des placard ek band casier pou ranze tout ça la, et zot zaffaire d’hommes ouvriers té mélanzé dan tout sat néna. Ici navé un louvrier oussa navé la tradition de clan ouvrier sans syndicaliste transmette ente zot, deu troi ti mot doux. Lo band moun lété pa trop kalifié, mé par konte lété assez compétan en l’alphabet pou écri band ti phrase, ti rime, dossi zot kazier oussa té ranz ceinture, sak, chaussure sécurité navé un ti fente pou glisse comme un lenvelope. Sans diplome, mé lé zass de la rime, band mot damour pou dragué, lété rempli par milié pou partaz sa ek le style du coin. Pakcsa lavé mèt un ti poème pou Liga dan un kazier :

 

Zeune fou en form

Out nez hibou énorm

Ton guèle en zorey do choux

Ek ton sové enmélé sans poux

Rincé et bo kom un loup

Mèt ton total d’un somme

O kou de marto n’assome

Personne ici na pwin bonhomme

Terrible nouvelle pou ton Tom

 

Là ou nana la mazie, li fé plu gran choz pou fé rentre larzen, pour lo spectak de bas d’gamme, navé comme rien pou fé concert la mizik ambiante hardkore. Un zour ou lu navé vu lo moman Liga, li était en conversation ek son fameu Papi Johnetta, li expliqua ke li navé ke son vie ek son fils lété fini, la tripote a li, pou oublie dopi longtemps ke son marmay lé marié à une demi molle préféré nomé Pakcsa, li était tout autrement po done ali bon ti plaizir, son pépé té aime ali, mais li té préfèr son kopain en aventure adulte, solitaire, entre lu et son famille. Ce poukwé li navé band préliminaire vu dan band vidéo, ek son ti marmay, et son surnomé “ bonne à barbe “, d’aiyeur lo pépé li rendai ali maladif de savoir tout sa. Lo momon y insista donc : “ cé pa facile conseille un ote moun ke li même avan ékoute a ou mêm !”. Parti de son constat, considéré comme un coriace explication, et démeusuré. Papi Johnetta, I mi a li à quatre patte en criant, gémissant, et pleurant : “ Hein ? Poukwé monde d’ange ! Kossa zot néna ral zot peau banane dan zot jonesse ? A part zot propre kabo ? Amwin mi na rien eu dotre ! Ke band godemichet mon momon ! Alé exploz zot taba sur un vidéo explication théologique ! “.

Cé do cette manière ke néna un la claque violement lo pot de crème a terre. Poukwé band femme, band zomme dan cette époque nana bon pé domoun la ni vézétarien ? Elle navé obligation d’être en rute everyday everytime, certaine band mounes affamées i yaime manze un tralé de soze, kom band légume gélatineu, gluante, ek band sauce. So band fomme i éprouve lo dézir do soulèv lo band cargaison do laitues, sans autres mains oeuvres annexes, navé rien té permet l’aide au travay. La corvé lété pa tro come un gro loto corvette, bien ke navé un choval ki était dur pou la saillie. Lo band demoun té zoué pa dan band ti jeu d’acteur, navé la classe ! Pou tout bande vizion do band personne i introdui band hypothèse pou band question “ Est ke li passera dans une soirée bientôt pou fé la pleine lune ? “.

 

Liga lété trè mince, li manzé ek sa faim, té nouri ali ek band délicatesse, ti cuiyère miel sur la langue, té yaime suce band baton lo sukre rouz et blanc, même si ti plat lo riz, té manze a li grain par grain kom moino, et non pa gro boussé pou avalé toute en même temp. Tou té doi être savouré au minuskule, kom son infiniment petit kabo. Comme dan son rêve de l’infinimen gran, navé son dieu divin en vizion 3D. Navé pa band grand zomme dan lo zourné, pou rode zindices ak band zintention, comme sat y lé ti geste de caresse sur les cuisses, pour enzendre lo compassion, mé pa po détériore un bien pou kelkun sans autorisation.

Kossa li navé permi a li de trouve sa normal ? Sous kel autre forme d’ordre lu navé pou rode un monarchie de band rue, li noré permi a met a li la puce dan son zoreil. Pou définir toute band risque ke li lé a court, Liga lu navé aimé les films de band dokumentair, via sat té spasse dan band ti village pommé et perdu, car son l’association de band film amateur et passionné de band vidéo, navé kom au fond un ti pensée de culture cinématographique, navé aussi la pèr de passe zot temp devant un l’écran, zuste pou un ti kour-métrage, veil au cas par cas toute band zoeuvre, falé un entité té controle tout ça sans ke l’oeil humain soit utilizé pou observer, traduire, et rend efficace de globalizé le band pensé commune. Comme komen en trente minutes, nou pé par un simple objet, mèt plutôt in sèl sujet. Son internet navé un effet verrouillé, offrait toutes band actualités pou zot ville, ek trois patelins aux environs, pou fé kom si nou prend en compte toute band zidée. Lo band départementaliste zot navé perdu un ti pé lo batay, face a band ti ville ki boycott band grand”. Tout sa té replié aux ti cas pour oublie toute band domoun ou nana gens heureux, ek un tralé larzen, té appel sa band gran fortune. Navé certain domoun té près pour pren zot compte ek cas de band moun sans relation, pou un enrichissement personnel. Larzen navé rien té distribué donc, comme deux trois zafèrs, ki té fait plaisir toute band demoun à sat qui en vivé encore. Car bokou doumoun lavé accepté toute band zoffre comme band dons do fruit ek band légumes, té yaime bar et renir, pou payer zot loyer, et offre aussi band gro quantité nourriture, ou bien la bouffe végétale, issus d’un carré la terre ou d’aéroponie. Band fomme navé pa l’amour mais bon, té fé zenfant kan même, té rente dan la kaz pou fé chauffe zot fesse ek band bébé, avan cryé par tradition déssi lo band balcon de zot appartment, “ Mon bébé la pété, alé chié y sen cochon ek la rak a terre la ! “.

 

Lo band marmays quan zot navé pa rien a part zot droi pou lo sexualité, sauf que deu troi navé zot paren pou fé l’amour ente zot. Lété kom si navé la soumission o plu vieux. Là ou navé rien de plus qu’un santage, navé pa kom band relation sexuel, mé té tripote toute, kom band vieu pervers. Lo droit amuse à zot, comme un zouet pou marmay. Té un genre de vie navé donc aucun sens sans la compagnie, de zot paren adoptifs, car navé kom band dan ti village un peu zenfant té koné pa zot paren.

Zot té échangés entre foyer dan band berso, ou de bras en bras, car le principe de cette municipalité, était de réservé le band ti bébé à une autre aventure unique et té fé aléatoirement parti du zeu, té falé ke band zenfant té gagne grandir sans appercevoir ke zot parent té pa le vrai parent jusqu’à la majorité à parenté et reproduire l’ancien mouvement familliale. Kom un principe de “ ou koné pa vo vré paren, mé o kas ou nana un acciden nana pa souvénir pou band domoun”, la ou nana le plu bas blesse, cé kan band demoun navé pa limite pou lé paren d’exerce zot role pou band demoun sympathique, a autorise pou peu de soz lo band émancipation. Bokou domoun, té croise Liga, pou remette a boire toutes bandes paroles pou lo marmay prodize. Le ti ami té comme un perroquet : “ Non, non, ainsi comme mwin martin, éloigne amwin toute band curiosité, fait pa sourde oreille, pren un compte ek mwin, kan na pli rien ki sava entre zot ! Tout sa y réconcilie, par band ti pipe, en soixante-neuf na suce a nou entre nou”.

 

Tout sa té voit, de moins en moins, l’amour fou vis a vis demoun, akoz band frékentation de band milieu du travay oussa nana la capacité a réduire la vie de couple, par band ti mot tendre et doux, comme band fameux poème la rozée y dégouline, un matin d’été :

 

Trempe ton madeleine

Dan lo coulis socolat

Out bouche lé pleine

Quand ou boi un soda

San ton chaine

Ou sa wa mon peau là

Même si out main lé saine

Dan mon corp ou lé la

 

Avec lo band intime désir, nana demoun lé lié par lo band bave de zot bousse, comme band zélément clé par mécanisme de prospérité, ek band bon zocasions pou commerce ek bonne demoun lamitié sincère. L’être intime ultime, pou band meilleur cadeau serait en quelque sorte, kome un bon l’ambiance de remplir zot nouveau, lo coupelle de sperme, pou band demoun lé trè hyziénique.

Cé pou sa band gourde la rempli, qui sava fait un tour po rejoindre son band délicieu zami, si navé comme un nom de roi des zimpots, en ville, l’homme navé pa effectué de manière décomplexé son bureau, mais plutôt son poste à collecter larzent, à porté de vue sur la route, ici té gagne mèt l’arzent en monnaie ou en billet, pou acheté une paix, car comme expliqué plutôt dan zot société l’arzent té utilizé surtout en cas de conflit majeur, et non pa comme qui croyai a l’élaboration d’un baratinaze, pou dépoze lo band pièce, soit disan pou fait l’évaluation d’une bourse, ou l’exploration de conception de nouvelles rues, pou agrandi lo ville, donc en cas de conflit mazeur ek la ville voisine, zot va trouv un moyen par l’argent, d’échanger des bébés ou des gens, zot paix té réduite à ces ti détail, pou avoir du sang neuf.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.