La Réunion moins puritaine que La France

La Réunion néna le syndrome de l’amérique libre, après la traite esclavaziste koloniale, zot l’île de La Réunion l’a subit un truc en commun ek les Etats-Unis d’amérique, bien que le système de métissage culturelle la pa pareil !

La Réunion moins puritaine que La France


La Réunion néna le syndrome de l’amérique libre, après la traite esclavaziste koloniale, zot l’île de La Réunion l’a subit un truc en commun ek les Etats-Unis d’amérique, bien que le système de métissage culturelle la pa pareil !

 


Mi la grandi la réunion bien ke mwin la zamé été né la bas, a vrai dire ma lé né en france, et ma la ariv bébé la ba La Réunion.

 

Zordui, mi la passé 24 ans sur ce ti l’île ; la bas mi lé direct ; branlé autant de fois ke mi veu dessi un film porno etc. Manz kochon ; écoute mizik américain, obscène, et aux paroles décalés, voir complètement interdite au mineur, et cela dès l’âge de 13 ans. La Réunion, mi té pourtant pudique a vrai dire ; mi lavé peur déshabille amwin en public, mi té yaime pa allé la plage ni allé la piscine, et par contre mwin té pa du tout croyant la bas, très zeune mi té dit toute le band moun chrétien ; mi lé athé.

 

Voilà, mon différence, zordi mi di té koma akoz mon papa lé blanc ; un zorey, mwin personnellement lavé chok amwin plu tard : kan ma lavé dékouvre le jazz et ke mi té koz ek d’otre moun ke kréole ; mi té koz ek band komorien, par exemple.

Zordui, mi voi ke mwin lavé un chemin totalement envié et aussi à contre sens de bokou d’autre éducation. Mi té bel et bien, un moun lavé la keu koupé ti marmay, et pli tard, ma la vi ke mwin lavé la po la poussé : ti marmay mon voisin sinoi té fé appel a li Kévin La Po ; et son dalon ; pèss kabo mal plishé, sous entendu bite mal épluché ! (voilà les soucis des détails) ; dont un autre voisin son surnom lété « Le minou », nout toute lavé surnom, navé un té appel «  boulette », l’autre « la pommade », un autre gar « poto » pa le mêm ke en france pou dire pote, mais bel et bien un autre marmay, ki voulait dire « gran kom un poto l’électricité » ou alors un « poto de zamal » c’est à dire une poutre de zamal, ou de cannabis. Avoir un gros poto dan la bouss : té veu dire pou nou, avoir un gros poutre de joint dans la bouche. Nou lavé toute kalité ti mot, pou désigne a nou, navé un peu té appel « grain de poule », voir aussi « gateau », pa pou dire « chat » mais bien un zaffaire sikré, ke nou yaime, amwin mi té appel un moun « makatia ». Navé toute zafèr pou fait la bas, zamé nou té a kour d’idée ; kan bien mêm nout toute té mète pa ensemb, navé kom ki diré, un mouvement pou agir, ou bien un délire à faire. Kan ma la réfugie longtemp dan mon sambre ; pou zoué zeu vidéo, ou bien kozé ; ma la vu vite fait le délire nir ; ici ou la bas ; Le Port, pardonnez moi du trip, attendre dessi un l’ordinateur, ke in moun i vien bour amwin ; un moun té prend bateau reskap, si li sava deux mois en mer, et li voi pi mwin : dovan mon l’ordinateur mi lé saze, et d’ailleurs mi té porte pa riske a la société en dehors ; kan zot té voir sirène l’alarme incendie ou de sécurité té sonne dan beaukoup de pavillon. Bien ke mi té voi pa tant que ça l’insécurité i reprézente : ma la vé fai bon peu vélo, avan fé vol amwin mon vélo, mi kroi mwin na un malédiction vis-a-vis ça ; car en effet ; mwin té voi souvent mon band vélo disparaître, et cela, même en France, ou ma la perd mon vélo dessus quai la gare.

 

Zordui i arrive bokou la mizère, si un kréol té voi amwin zordui manze kom mi manze ; li diré «  ta mère, un bougue kom li té totoch deux zassiette rougay saucisse, i manz mêm pi brède, encore plis strict ke kan nou té voi a li », mi pense ke sa cé l’ambianss ghetto pou band moun la fini sans espérance kom mwin. D’un côté, i rassure amwin ; mi voi aussi band moun lé un peu kom mwin ; et i encouraz a mwin de zour en zour a persévéré dan cette voie ; lé aussi un façon voir les choz, na trop domoun i manz trop, kom na tro domoun i manz pa ; avoir un ti nourriture devan nou, fo profité, mêm si kan ma la prend produi laitier, ou encore do bèr, mi sen a mwin koupable, mi koné pa trop poukwé ; zot va dire, « kwé ou la fini arriv a ce stade là ? » Ben a vrai dire mwin lé souven koncerné par ça ; mi voi pa du tout d’un point de vue diététique, mais d’un autre point de vue, mi pourré absolument passe band zournée, sans fait d’écart ; mais lé un peu dur a arrivé a ce stade, ce pourquoi mi pratique footing, pompes, abdos, et deux trois cordes à sauter, pou continuer a essayer fabrique encore le corps. Kar nout korp avant tout, cé un pillier pou conserve nos zidées, et nos zorganes ; mêm si ma la eu l’écho de la blague, kom koi  « l’intérieur de notre corps lé plus vieux ke l’extérieur », i voudré dire ke a mes trentes ans ; mes organes néna soixante dix ans ? Ben oté, lé fini en pourriture soman, na bo fé détox toussala, et non pa Botox ; ke mi voir pa franssemen mwin durée longtemps ; peut être pour ça mi lé fatigué parfois, kan mi pense aussi toute band zartifice néna, lé impossible razeunir les zorganes, ou décrassé tout ça, mon band poumons doi bien être touché ; toussa cigarette mi fume, et band zoint ma la krazé dopi l’adolescence ; fallait bien un bon rythme à prendre, mêm si mi semble être dans mes tords.

 

Zordui mi aborde le suzet des guerres de relizions, en France, nou lé conserné, demoun i aime pa tel ou tel relizion, la liberté d’expression oblizé, et li rapporte évidemment toussa li aime pa, li déclare sur la presse, les réseaux sociaux, les blogs, et encore band forum, bouche à oreille, dan le métro, dan les bus, transports en commun ou aux téléphones, toussat i koncerne a li en fonction de tel ou tel prise de position d’un croyant. Dire sat ou yaime pa dan un relizion ici en France lé pa tabou, cé d’ailleurs un suzet de prédilection pou bon pé domoun, mwin mi la remonté aux sources de ce zenre de discussion interdite ou inédite, et cé peut être avant la révolution française ke tout sa la bien délié, créer la crize, par la paranoïa, tel ou tel bougue i trafik sa dan tel ou tel rue, contre tel ou tel moun, li aime pa sa, li aime ceci, créer une confusion générale, pour bien organizé son band troupe ; ou komen détruire des prézuzés, ou komen détruire une science, ke nou tolère pas.

 

Kossa i lé franssemen cé avis, et ces diminutifs, ces raccourcis, et se band misère de vivre, ki justifie band kauze, ke nou mêm nou koné mêm pa poukoué nou défend tel ou tel principe ?

 

Kossa i lé réellement le band zangoisses, peurs, ou hémorazies ? Des plaies, des scarifications, des oedèmes, band cicatrices, band stigmates ? Kwé i lé réellement la pensée, est-ce un zafèr aux yeux de tous le monde ? Kroi sa i lé souterrain, un rolizion i agit en silence, dans l’ombre totale, oussa nou pourré pa voir l’oeil du diable ? Cé toute band zafèr ki devien de l’ordre du non explicable, ou alors de l’ordre du connu mai non constatable, soit en gros un zafèr vo mié pa mettre son nez dedan sous peine d’avoir band zennui bizarre a vie. Mi parle bien entendu de band zinitiation.

Krée un bougue, crée un fomme ; krée un être, ki pose problème, car sous forme mathématique, toute band problème néna zot solution, cé a dire, en gros band phénomène d’équation a résoudre, pou avoir un totale, etc. Bien ke mi lé pa du tout apte a apporter mon pierre à cette édifice. Mi présume tout de mêm sans parler de « Da vinci code » un livre ke ma la zamé lu. Ni mêm vu le film, ma la limite a mwin ange ou démon. Un train koma. Le pouvoir secret, i concerne pa mwin réellement, kar cé s’engouffrer dan band zidée, i lé abordé par band moun lé vraiment curieux, et néna aucune célébrité vis-a-vis de ça pou positionne a zot en danger.

 

Repéré le band vice, repéré le band intolérable, repéré sat nou gagne pa contrôlé, repéré toute band phénomène sans défense, repéré band moun lé incalculable, ou alors band naïf, niais, et un tralé karactère de voir komen la main peut être mise dessus. Cé en kelke sorte avoir la main sur pleins de capacités, et pleines de possibilité de développement de géniosité. Kom dan l’autre manga G.T.O ou le ti gar a chak fois li néna sa kriz de panique, li fé pète un centrale nucléaire. En gros, i résume bien kossa i pourré la peur d’un messie, ou la peur d’un christ. Cé a dire ke li seré dévastatrice, tellement domoun i transfert zot amour pou li, et adore a li. I mank zust lo vrai pouvoir sur li, et kan li vien dès que li lé torturé par un zenre de Ponce pilate, li soré di victime, et toussa domoun i bataille pou li, seré ke envie de venze a li ! Poussa néna bon pé domoun, i nana aucune peur, et ke zot aussi lé bien lobotomizé pou combattre toute band riske. Dé zenre de moun sans aucune sueur froide, et i réagit forcémen au quart de tour en cas d’alerte totale, ou plutôt band programmé apte a réagir a n’importe quelle urzence. Nou peu donc en déduire ke les opposés ne s’affronte pa dan ce band situation, mais bel et bien un opposé qui opère ensemble, pour être apte a agir et justifié une cause de la défense des éléments faibles. Nou peu donc pa prendre sa a la légère, en cas de revanche, ou de trouble dan les ordres qui gouvernent. Kar pou boukou domoun zot la bezoin de chercher un vérité.

 

Nana bon zafèr la fini oublier, et pourtant mwin parfoi kan mi voi un noir, mi parle koma  « oté band noir la, avant le début de la civilization européenne, et des blancs, zot té gouverne bien, mwin lé sur zot té koné dézà a cette époque komen fé un fusée nucléaire pour aller dans l’espace, ou ke zot lavé déza réalizer sa, mais zordui en 2020 en europe, bana la tellement eu de lessivage de cervo ke zot la fini oublié toussala ou alors zot i fé kroire anou band européen ke zot la pa le band vaisseaux spatiales pour voyazer dan l’univers ». Soit, mi rakonte la taille et mi fabule, dan ce cas la c’est a prendre ek un blague, ou soit lé vrai vraiment band noir la i troll a nou sérié, avoir un tel savoir pire que ça caché, ke sat nou voit dan le band chaîne télé de blanc type « national géographique » ou encore « NASA TV », voir mi koné pa quel chaîne de science, mi pense sérieuzemen ke depuis des millénaires, zot la fini komprendre la débilité du truc, et préfère pa trop dévoile toussa nou peu encore apprendre zordui. Soit band moun i kour vraimen la boutique pou allé achète manzé, l’un derrière l’autre à la caisse.

 

Si nou voi toussa trazédi néna dessu la terre, nou peu penser ke le diable règne en maître sur notre planète, en vérité non, car néna bon pé domoun i koné mêm pa l’existance du diable, kom moin kan mi té marmay, mi té koné pa kissa i lé satan et le diable, d’ailleurs zordui mêm ek mon band zenseignement biblique mi koné touzour pa kissa li lé, ni son mauvais côté, a croire ke ma la touzour vivre dan un monde de bizounours, ou un monde féérique. Comme Maïlys ? Peut être pa alors ! A vrai dire, mi lé touzour garant de ma personne, et avec mon gros parcours solo partout ou sa mi sa va marsé et ma la fini marsé, mi constate ke néna plu d’un moune lé touzour aussi à la recherche du gran pelerinaz, c’est à dire la grand marche solitaire, pou voir la vie autrement, l’autre homme qui se débrouille par li mêm, lé encore loin de mes idées, Robinson Crusoé est un exemple, tout comme la phraz mazik auquelle mi rate tout le temps, « si mi té sa va sur un île déserte, tout seul, kossa mi té ramène ek moin en priorité, attention mi néna droit a troi zobjet ». Tout le temps mwin té trompe amwin sur cette réponse, d’ailleurs ou koné néna bon peu zot i koné par coeur tout sa la ! Zot la appris depui zot vaisseau spatiale la haut dans un autre galaxy, comment vivre en parfaite autarcie sur un coin reculé d’un civilization sans manqué de ressource, (autarchie en 1896), quoi que nana bon peu domoun i kroi vraimen la solitude lé facile, a part pou deux trois grand chercher en thèse de doctorat, mwin mi voi pa réellement le bénéfice a avoir, tout comme ma claque kan ma la di pou la première fois en France ke mi té veu être autodidacte. A La Réunion, être autodidacte té passe bien, car en effet, apprendre seul té plus tentant ke ici en France oussa bana i jure par la solidarité communautaire, et de l’entraide entre gang, potes, amis, frères, sœurs la famille ke mi té crache souvent dessus là fait de moin sat mi lé zordui, a en demander si ma famille ke mavé a 8 ans, cé la mêm famille a 30 ans, car les têtes la bien changé depui. Mêm si a vrai dire, peut être ke le programme la forge a mwin mon expérience, la fé en sorte ke très jeune mi doit pa avoir de sentiment pour ma famille. Un coeur de pierre ? Mi pense pas ! Réellement, nou lé forgé a aimé son prochain kom en témoigne dan la bible, et sa ma la appris très adulte, soit néna deux années de cela, vers 28 ans. Jordui pou pa sentir amwin trop orphelin mi fréquente encore quelques lieux cultes, avec forcer de voir que néna bon peu lé touzour en famille, mi devré être un genre de orphelin de l’islam, ou un orphelin du christianisme, poussa bana la souven accueil amwin les bras ouvert, mais avec les désagréments ke mi voi, néna un peu de zeune ki vivent cette situation en plis exagéré voir pire que moins avant l’âge de dix ans, mi parle de genre de zeune recueilli par les ONG, les trucs comme Secours Catholique, ou Secours Islamique. Des zeunes dans circuits non royale du tout, mais bel et bien adopté a droite a gauche, touzour dan zot recherche de lozement, la solution miracle nou koné pa réellement. Mi parlerai pa de mon dalon sur LOU.LT ki té héberze des zeunes zuifs le samedi toute la zournée pou zot shabbat, akoz zot té doi pa être dan zot lieu habituel, ou sa nana l’électricité etc. Bref, dan toutes les lois ke ma la pu observé zamé ma lavé lu de tel chose ; néna bon peu domoun orphelin en France, ki zamé zot va dire ou expliqué zot situation, et ni komen zot la réussi a vaincre toussa mauvais souvenirs ou mauvaises étapes. Recueilli, accueilli, hébergé, dorloté, amuzé, combattus et pou deux trois de zautre mal finis. Fin quoi que, nou peu pa dire, nou lé touzour pa témoin, ma faiblesse viens pou band dernier cas d’injustice totale, un moun ki fé une bêtise, et li té téléguidé par je ne sais quel ordre, et que se retrouve dans les cages du monstre. Pourquoi? Comment ? Est-ce sa vie, son pièze, a vrai dire mi koné pa, cé ce que Maïlys la réexplique amwin si cruellement avec Barbe Bleu ou mi koné plu ki, navé touzour son zistoire la clé sur la porte, fo pa rouvrir sinon ou va rêt en dedan shé pu quoué. En tout cas, nou lé bassiné dès très zeune de compte, et de romance, raconté par nout band parent pou pa nou tente tel ou tel diable, la clé de nos enigmes souvent se retrouve dans sak la rakonte a nou, ou sat nou té chantonne gamin. Souvent nou voi partout des exemples de nos vies, dans cette apprentissage très tôt dans l’enfance, les rares moments de joie ke nou nana zordui, la plu être observé dès très tôt, cé kom dire, nou koné poukoué un marmay ou un bébé i pleure, ou poukoué li rire. Li té très intelligent d’ailleurs, un traumatisme enfant peut ressurzir des années plu tard. Et de ce fait, néna plus d’un métier ki explique toussala très facilement avec les moyens du bord. Tout comme ces gens qui baragouinent énormément après avoir ouvert des tonnes de livre sur tel ou tel sentiment, ou tel ou tel cas avéré.

 

Ecris mon mémoire dan ton l’histoire, et écrit lo fin !

 

Mi té pou pense ke bokou demoun navé la rage vaincre, boukou demoun té veu plus, bokou demoun té veu raffle toute le band trophé, ke navé bokou té cherche à tout prix un grand victoire au maximum ; force est de constaté toute nafèr néna de naze dan la vie de tous les jours, ke boukou demoun i enfou totalement de zot Look, ou bien encore de zotre Art de vivre, nana bon peu i porte la marke kom moin, i remarque a quel point lé valable pou paraître kom kelkun, a vrai dire nou lé forgé porte des marques repères, comme dan band supermarché, nou band moun i vive dan l’HLM, nou lé dan des rayons, nou lé un valeur, cé a dire, quelque chose qui représente kelke chose, mi koné pa réellement de koi ? Komestible ? Mangeable, perimable, ou encore, pour une activité physique, ou une activité créative, ou bien morale ? Bof, fo pa trop en tiré de nous, a vrai dire, nou lé sak nou lé, kom i di kréole, pouquoi rode plus loin lo boute ? D’ailleurs néna bon peu i cherche vraiment a plaire et a être un exemple, un icône, un modèle, un art, un enthousiasme, quelque chose qui déclanche en bokou demoun la volonté de vaincre, comme si nou té la toute ensemble en train de propose un commerce, ou plutôt propose nos atouts, nou doit en fait être commercialisé sous quelque emballage, et cet embalaz cé bien nout identité, et sat nou porte kom vêtement.

Pourquoi alors choisir la vie souple ou la vie dure ? Et bien la réalité des faits, est que néna bokou de violeur de sperme, demoun i kroiz zot zenfan avec la main et la parole zot parent, en espérant, cé le gros lot, i sa sortir du ventre de la mère, en quelque sorte, un moun ki voudré ke son enfant i rapporte a li le double de sat li la gagné dan sa vie, et cela en quelque mois. Une valeur du physique, ou de l’intelligence, tout compte fait, nou voi bien l’analyse de sat i espère gagner dans ce system monétaire. L’homme n’a donc une valeur marchande, et cela depuis bien avant le commerce d’esclave, aucune civilization que ce soit ancienne ou contemporaine a respecté comme il se doit les enfants et les adultes, pou traite a zot kom kelke chose d’exemplaire et d’idéal.

A vrai dire, kan nou voyaz de pays en pays, nou voi tel ou tel lé multiplié par mille et ou dix milles à longueur des marches, comme si navé un la di koma « bah ou fé out pays ici, et out visaz sora partout », alors la perpétré pendant des millénaires des identités comme ça a travers le monde, l’Inde néna tel ou tel visage, la Chine nana se visaz la, les Etats-Unis, ce vizaze, et la France li néna se visaze. A force kroire en sa, nou la espéré pou band publicité, ke chaque pays cé dé moun lé habillé de tel manière, et néna tel ou tel vizaz. Kom sa, bonzour le lobotomie pour tout le monde, et kan la pub i la pa le même vizaz habituellement, nou va crier dan la rue devant le panneau publicitaire  « oh ! Regarde cé un vizaz issus de la minorité silencieuz dan ce pays ».


Koi de plus mémorable, ou komen faire la traite négrière comme un sujet ki se vend et ki se bassine à longueur de journée, voilà recommercer la traite négrière, kom un bon livre, un bon documentaire, des spectacles, ou sa nou voir band noir néna chaîne dans des champs, kom un bon film au cinéma ke nou voudré voir absolument sous peine de manquer à la mémoire de nos zancêtres.

 

A vrai dire l’idée i déplaît pa moin, puiske moin même mi lé pa témoin de sa, ma la zamé vu un moun noir fé flagelle ali, même pa peut être sur un site porno, zot va dire ? Mais bon sang, a quoi bon voir sa ? Ou dira amwin koma, ben oui mé lé normal ça ; néna des zidées perverses et d’assoiffement de la violence vers ce band zimaz, lé a vrai vraiment salivant pou bon peu demoun de devoir exploité ces insolences visuelles, pou le bon vouloir de sat lé en mank de sensation dovan zot écran, ki pouré dire lé excitant ? Mi koné pa réellement, mé si mi parle de chiite qui se flagelle, cé a dire d’un shiite qui li même li voir la vie en grand pou Allah, et ke li fait le sang dan son dos en marchant dans la rue, ou va croire réellement cé sa la vie ? Moin par contre ma lavé vu pleins vidéos de ce genre, et juska encore ojourd’hui mi en parle encore, car ma lavé tapé « shiite Iran » sur youtube mi crois.

 

Bon sans parler de tout ça, ke bokou domoun voi kom mauvais délire, d’ailleurs mi té pou pense ke dan un temp la religion té un délire, mi peu dire amwin sans doute ke nana bokou i aimerai plaire a la gente féminine, koi de plus important que d’être bien sappé et d’avoir un vrai look et un vrai parfum pour savourer la galanterie coquine de sa maîtresse ? Ou kroi réellement être le bon exemple ? Moin par ma foi, mi pense surtout que moin la raté cette étape décisive de la vue, au bon vouloir dé choses mi pue encore, cé a dire ke mon l’odeur lé pa a prendre avec la légère même si mi baigne amwin encore. Mi noré plus même dire ke kan mwin té violé a 150kg, mi té pue le sperme, la merde et le pissat ! Quoi de plus bandan pou bana ? Zot i aime kochon komen don ?

 

Forcément mi pense ke nana bokou domoun i aimerai valoir quelque chose d’autres, déjà a la base les enfants, ki rêve souvent d’un avenir meilleur, bokou zenfant na pa l’arzen a profusion, comme dire Heenok, et que certainement bokou rappeur français la dit, faut faire croquer lo band ti frère, kissa i lé réellement le band ti frère ? Kar nana deux trois maman, la fini di amwin koma, mi koné mêm pa kissa i lé mon garçon, ni ki i lé le papa, avec toute band berceau la fini échanzé, et même band bébé échanzé dan la couveuse a l’hopital ; kan zot i voi bébé i nait a l’hopitale, et i prend dan les bras la maman pou mèt a li dan son couveuz oussa néna l’endroit des nouveaux nés, néna un ou deux i fé des échanze ou bien encore i inverse, voir pire i vole le bébé.

 

Kossa nou peu dire ? L’hopital public dans toute sa splendeur, komen in moun i aimerai avoir sa vraie portée, peut accepter ça ? I soré kom dire ke out zenfant lé un zumo d’un autre enfant, etc. En gros, i pourré dire ke out enfant i lé dan un tribu dès que li sorte de out ventre, o moin, nou reprend le combat traditionnel depuis Abraham et ses 12 tribus d’Israël.

Komsa nou lé kontent, ke néna un king, ou un queen, la distribue un porté zenfant un peu partout, et nana toute le band vizaze, tant pis si ou lavé donne a li déza un prénom, ou un ti nom gaté en sortant de out ventre, li peut être renommé très rapidement ou tardivement par d’autres noms, au moyen d’exile ou changement de carte d’identité etc. Kom dire aussi ke néna bokou demoun i aimerai vivre dan la clandestinité, et ke zot karte d’identité la fini déchiré ? Pourquoi ? Pour kel but sa mi koné pa dire a ou, mé néna bon peu la plus du tout envie être français, au sein même de la france.

 

Si effectivement, néna deux trois i voudré être plu français que un français, et ça c’est un autre syndrôme, nou pourré voir du côté de sat néna zustement peu de pognon, de ce fait nana bon peu i maîtrise encore mieux la langue ke un moun lé âgé, mi parle pa d’enfant surdoué, mais dizon par question de principe bokou la marmay la fini apprendre un vocabulaire très droit et très militaire, pou rien manqué au débat kan li nora son temps de parole ; de ce fait kan li néna son micro ; li rappel sans cesse ses combats, ses égalités, ses adversaires, ses rivalités etc.

Aucun principe ne démesure face à ça, c’est à dire entre autre, un droit a la connerie, tout bonnement ; tout sat i mank aux rythmes à prendre dans une vie communautaire lé rappelé a l’ordre « hé ou sa trop vite », « oh ou sa trop lent » ainsi de suite, question d’atout.

 

Pour oublier toute band conclusion merdique, nou pourrai toute ensemble abstient anou, d’un grand commerce, ce n’est pas boycotter quoi que ce soit, mé cé sat ma lavé appris néna un ti moment, en gros néna des zens ki kom l’orange d’israël lavé été boycotter par diverses associations d’extrêmes gauches, ou des islamistes, sous pretexte que carrefour té vende l’orange du colonialisme sioniste (chose que mi compren rien, sans évoquer des théories farfelus de complot). Mi pense avant tout alors, a toute domoun la eu réellement envie boycott band produit nestlé, ou danone et compagnie ? A quoi bon ? Ou croi vraiment un jour Nestlé et Danone sa fé manzé VEGAN ? I pourré déjà ke bokou la voulu faire du bio, alors si demain un Danone ou un Nestlé i komence dire, dan nout manzé nou gateau na pa le beurre, le lait de vache ou de brebis, ou bien encore band zexcuse kom sans gluten etc. Kossa Un Monde Vegan ou bien Madame Gaspard ça fait ? Si les gro groupe industrielles komencent à commercialiser du VEGAN pour des milliards de gens ? Mi koné pa réellement oussa i irait le progrès ? Et a qui en bénéficierai tout ce pognons ? Aux blonds ? Aux noirs ? Aux marrons ? Aux chinois ? Aux juifs ? Aux arabes ? Aux latinos ? Aux Zindiens ? Aux perses ? Aux arborigènes ? Nou koné pa réellement le principe du partaze des richesses dans cette haute sphère puisque tout bonnement nou y est pas dedans !

Vive zot vie les zamis et aprécie kontinuellement zot tradition punk, ou orthodoxe, le zuzemen dernier sa baiz nout toute !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.