Une histoire d'esclave

Une brève histoire fictive d'ancienne époque coloniale.

“ Lu navé pa toute son band zesclave samb li, navé un dé, la baré, té koné pi kossa, oussa ossi...”

Zistoir Zesklav

Mé mounoi, si li té enrazé navé de koi, la sorte par koté barière, pou alé oussa dan fé noir ? Pi personne i té veu fai travay la pou un pé lo grain maïs, d'ayeur toute band zesklav la té konte sa parey ti poule frais i gambade partout. Un par ci, un part là ba té po travay kom kouyon, lété parba tran netoi, navé sat té ranze partout. Bougue la té rezerve lo mové sort son band zesklav. Li té koné pi tro ki sa té son méyèr travayèr, kossa i té lo pli bo, lo pli tenass, lo pli misklé. Un bo zour, li sava trap son caross, li sava bat son karé, lo di son voizin "vien surveille lo troupo, reskap ou sa war par oussa zot i passe la nuite pou échapé kom klandestin ? ". Son voizin té appel " Babol" , té un gran bougue navé zépaule large, un air ti pé triste, type solitaire, Babol té évacue son stresse en fiman un pé tabac planté dan son champ, li té sur ke la band gar lavé taz a li ! Komen té possib lu té doi survey band domoun lé censé échappé, surtout ke ce soit dizan "Zesklavazist" navé pa tout sa larzen, et komen li té peu achète autant de " soit dizan zesklav " kan même ? Pou avoir toussa, en plis avoir autant pou son ti karé de champ, son ti jardin, son ti court, son ti périmète, po cultive sat la, té pa rentable ? Mais kom un bon bougue Babol i lé réglo, li en tant que blanc, lu té affirme ali ossi un pé, si nana noir i doit rebellé fodra corige bien toussala ! Car dopi longtemps li obéit aux lois du quartier, kissa sa fé sucre la canne sinon ?

Kom lu navé pa mèt fomme dan son propriété, navé rienk bougue té soit dizan dézà papa, té bien robuste, gayar, même pou déracine un gran zarbre, zot té gagne bien fait ça assez rapidement. Fait bouge un gros tronc té facile, zot manièr travay pou déracine sa par la force lo bras. La rentabilité, navé pa trop bézoin zoutils kome zordui, ni scié lo bois. Té grate le sol bien profond fé chavir tousa, et ek un pé la corde amaré, té travers toute lo parcelle, dopi la foret, pou transporte sa en tirant a plusieur synchronisé "ho hisse", déza imagine a zot, plus zeune encore si bato tran ramé a la force de la voile !

Pou manzé navé zot ration, bon pé lavé essay arrêt manzé pou crévé la faim kom Digolo, mé té maltraité pou ke bana i englouti, en rouvran grand la bouss, la cruauté du dominan, dan toute son zoeuvre en soit. Vivre pou fé war zafèr ki té agarde pa zot? Kissa noré voulu savoir a ce moment là, poukwé zot la quitte zot pays, entre un marin, oblizé par son gouvernèment de quitte zon pays ? "Exile a zot loin, band couyon, zot nouvelle terre lé a nou, mé zot la fé crime dan ton pays natale, nou vé pli de zot !" Bravran toute band risque, peut être mêm son sort té déza condanné, comme si ou té mèt vermine ek band vermine. Au fond toute le tenan la barre, du navire, té kondamné, zesklav kom marin navigatèr, éclairèr, pêchèr, contrebandier, voir pirate. Faut dire toute té pa légalement associé à un état, car navé aussi des bateaux pirates esclavagistes que té fé tout sa clandestinement par d'autres types de cargaisons et pour d'autres propriétaires riches. Retracé tout ça soré bien plus de difficulté a résoudre band zenime, face à tout ce merdier zuridique. Toute domoun té forcé fait, sauf cas contraire navé pa peur de creuvé pou rien. Obtempère ! Agis ! Purge ta peine ! Tou lé zour ou devra faire mieux, plus loin, plus dur, plus de preuve de courage ! Et di bien a toute demoun ou la combatu le diable. La plu part té pas vraiment zeune, té proche l'age adulte, navé un dé té peu pa cri réellement zot l'âge, et navé band vétéran marin, ké zot navé pi pied a terre dopi longtemps; parcourant mers et océans depuis quelques moments déjà. Comme surtout des navires commerçants.

Un gran matin, lo colon blanc mi un fouet dan lo ki de l'esclave noir, un dé koma, té garde so lesklav, li gagne pa fé ot soze kwé ? Lo colon ? la gagne un zérection, et li té tran ral son kabo dovan lo zesklav po mèt a li un fouet dan son ki. Souven, kan navé lo bougue té navé pi rien po boir et saoul son guèle, li té di son zesklav, alé descen au villaz rode un pé la gnole po lu. Té bien sur executé, sans réparti, car li navé bon pé soz, té gagne pa expliqué. Band zafèr ke li té compren que par band zémotion, un zesclav navé rien , donc lu té privé do parole, d'expression, lu doi obéir sans rochigné. Ni même savoir a koz i faut fait tâches après tâches, d'ailleurs quand son maître i di a li koma fo fé exactement sat li la domandé, li té calcule pa, sinon li té martirisé ! Alors li té sava en linze sale, pied nu , rode lo bouteille. Kom un bougue pa coiffé, pa baigné, navé pi gran soz, pou mèt ali en valèr. Té vraimen descendu lo pli ba nivo de respect; "alé rodé mon boutey ". D'ailleurs un zour, lo zesklav Digolo lavé ramène un boutey, mai li lavé trompé la marque , la trap un boutey whisky o lieu un boutey la rak lo rhum. La mèt fou do raze lo l'esclavagiste. Tabassan a li, akoz té pa sa li té vé boir. Band domoun, té koné tout sa la, mais dan zot façon agir navé pa un, qui té croi au changement. Rien té empeche a zot de battre a mort zot zesklav pour X raison. Une propriété propre. Domoun té trop faible pou azir autrement, toute nafèr té zuzé inutile, té le rojet de violence, par pure prise de conscience. D'ailleurs ce dernier point i té fai pa; tout bêtement ke band cerveau té dézà lobotomizé, t'façon si té koma, té peu pa être autrement, kossa ou vé fait ? Entre band domoun, ki té vé fait war la misère, ou komen un moun té roulé dan la farine, fé ali toute zafèr a l'envers ? Et un ot moune, ke té croire lu té bon dié en maltraitant toussala ?

Souven domoun, té vey sa kom lait sou lo fé, dan band plantation, kissa navé pliss encore ? Kissa navé moins ? Kel plantèr lé mort ? Kissa i roprend band bien, toute patrimoine ? La guerre zesklavazist té pou bientôt, ek toute sa té fine engranzé. Kan band domoun lavé tout sa la té serve un ti groupe, et pa forcement zot construction du pays. Zot navé ka faire bien, bonne chance, pou sa té comprend pa lo but finale. Kom si lot bougue té donn son fomme parrure en or ? Cé ke navé bien un rentré kelke part ? Zot va fé croire anou ti payzan la ni riche ek sa ? Un rézo té fonctionne bien en tout cas, main à main, porte à porte, de milice en milices qui té forme une organisation, aurait voulu faire la main basse sur tout les butins. Ce bruit té cours partout, qu'ailleurs navé toujours mieux si navé un dé, té renonce au projet actuel. Une compétition a l'échelle! Ki navé pou vende lo plis encore ? Les envies de diviser jusqu'au bout de la chaîne était volontaire. Les controlèrs d'impot navé ka bien porte a zot au mieux. Tout sat té installé té fé kom si bon pé domoun lavé compris, ke band zigotos la, té reverse pas l'arzent band zimpo, contrebande, réseau parallèle, la gouvernement navé pa la main mise dossi tout se pacte tol ! Toussa trézor kaché dan nature, dans un cave, des réserves de cave de vin transporté en tonneau. L'arzent pirate dan un tel system, té une manière de prouver que navé bon pé rejets des bases de la loi de la métropole, ou bien de l'ancien continent. Té commence par ti pa, ti pas, pou être oublié pou fait place au dégout, en relation nouvelle. Si zot né sur ces nouvelles terres cé ke navé band z'alliance lavé assez d'entendre les mêmes discours, les façons de pensées, fallait rompre avec les anciennes méthodes qui navaient selon une élite constitué comme un frein, un anti-libéralisme. Quelque chose de système trop bridé, pas assez émancipé, fallait konstitué lo nouvo l'empire. Pou bocou de zesklavagiste, ke lavé tisse des relations faciles entre trois continents différents, lavé crée de nouveau commerces a exploiter. Prendre une revenche, faire croire a l'obéissement totale, pour crée quelque chose d'anecdoctique voir de carrément anti-collaboration. Tout en continuant zot merde d'esclavaz, fallait pou bon peu aussi dissimulé les dessous de table, la corruption, le secret des dossiers et faire taire les mauvaises langues. Kombien domoun lavé fé arrache zot zenfant, sans savoir ou sa li té sa va, vers quelle destination ?

Paulari Christole le maître, lété bien fatigué de toussala, avoir très peu de nouvelle d'ailleurs, une lettre té peut mètre des mois a arrivé à destination, et en retour lu navé pa gran chose. Fallait remèt un coup dan son gosier, après un bon repas, ek deux trois patates, li té prend son dernier ti verre d'alcool pose dovan son statuette la vierze marie, navé son ti bougie allumée, lu di " pétète Zézu sa ronir ? Li sa boir ek nou, ben alé Zézu mi boir po out santé ! ". Li trempe son index dans le verre de rhum, fait signe de croix au ti Zézu en plâtre, embrasse la statuette et fé son signe la croix sur li même, éteind lo bouzie, et bar dormir un pé. Li té pou répens tou sat lo band bonhome lu navé eu à faire, pou correction.

Sa un bon bougue, demoun i koné li aime manze la saucisse trempé do lo lait. Man la i garde soman son mazie pou corize toute domoun, i aime manz ensemb lo main, lu té dit kom si ou récite lo prière en verlant, dawar na moun i aimerai pas, manz galet ek la sauce. Cé pou sa band domoun i aime pa ral lo kèr, ek band gar i néna un tralé zafèr po argumenté dan band situation ambarassante, kom té faut lo dernier mot. Un zesclav en soit dawar pa a faire plus plus que argumenté lo règle d'or dans ce cas cété kom laisse à li passé pou zesclav la pensé. Sat bana té rencontre si moun la té vé persévéré, li té une bonne proie facile pou laisse a li kozé et pui fait vol a li son band zidée. Combien té crois laventure té aussi simple sans combine ? Son ti poème, comme un moun navé envie espionne a li, son maitre té impressionné " té mounoi " Lé vrai ça ? Ou gagne écrire ou ? ". Son zesclav navé la plume; est-ce ké té li vraiment i rédiz sa ? Est-ce ke cé band zistoi vrai ? Ou bien li té fait semblant ? Quand son dos la tourné li té choisit fait mèt la main dan son zéfé personnel, Christole, bonne chemise si li, té rende a li beau mais son méchanceté té fé un bougue a part, comme si zot navé pas assez ramasse larzent, si lo dos bougue la ! Manuellement lu té robute pou porte toute band zafair semé, cueillir. Et maintenant, li té doi écrire pou ke lo colon blanc Christole i doi fait attention toute band zeffet autour de son zesklav, li té offre même a Coundra son zesklav noir son ti carnet ek stylo, pou ke li fai son band tete tranquille, faut dir ke son band poème té pa mal di tout... Et a vrai dire à son niveau, personne i penserait ke cé un noir i écrit komsa, dayèr pou zordui li navé trop fait.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.