Un bar dans lo désert – Un bar dans le désert

Navé un groupe d’allahiste du désert, de vrais parcourèr de contrées islamique armée.

Zot té une équipe d’arabe de noir, un peu éparpillé partout dan lo désert, zot té vadrouille du nord au sud, de l’ouest à l’est, un peu parfois dan des missions du village, qui elles même l’été en accord ek des protocoles gouvernementaux. Zot té pa réellement band gang islamique, comme i pourré parlait de crips et bloods, mais bana té peu être vu en groupe ak le même style vestimentaire. C’était pa réellement band bédouin ou band moun kom (le bougue néna touzour un chameau ek son gros tissus blanc si visaz et sur la tête).

 

Domoun té parcour lo désert té en condition de survie, zot habitude avec toute kalité moyen de véhicule, zot lavé pa peur, et pou nombreu té une adrénaline retourne dan le désert, kar depui tant ti zot té formé par zot papa pour ça, té kom un moun i sa va la mer pou fait la pêche, sauf que là n’avait d’autres ambitions. Masakono et Walid étaient deux bougues aux pseudos, car dan cette vie la zot navé pa de carte d’identité.

 

_ Kwé la fé Walid, pa trop dur descend Maroc ?

_ Mwin lé un peu mou en ce moment, mais fait plaisir voir a ou ici.

_ Koué fait longtemp, alors kombien de femme ou néna koméla ?

_ Trois femme maintenant et cinq enfants, zot i grandi vite.

_ Aou aussi alors, fé bokou toussala ; ki sa occupe ?

_ Ben c’est mémé ; mon band fomme néna zot propre maison, zot i vien voir zot zenfant une fois par semaine.

_ Ah ouais, ou la fé koma ; lé vrai band mamans nana d’autres occupations. Ek zot vie clandestine dan ton pays, lé oblizé bana i vive pa sous le toît primaire, mais le toît secondaire.

_ Ben le roi la octroie amwin sa, donc di kou mi lé ok pou accepter. Et ou quoi de nouveau ?

_ Ici, c’est lo routine nana bon pé nafèr ma la pa encore vu, mi doi réarmé le villaz, zot la perde le dernier batay kontre un autre tribu

_ Kwé la arrivé encore ? Combien de morts ?

_ Mi koné pa, dizon kan ma parti té un peu l’urzence, ici lé rude ma du abandonne un enfant, mais apparemment li néna encore la vie.

_ Pa facile ça, ma attendu par l’autre côté ou bled nana eu d’autres affrontements ?

_ Ben l’armée européenne la débarké ; la eu des échaufouré et toute le peu la éparpillé de bled en bled mèt le feu partout, té vilain a voir.

_ Soit dizan zot té doi fait la sécurité pou un concert de musique à la base, qui devé être rediffuser en direct sur band chaîne en europe !

_ Mounoi zot na pa la chance, nou aime pa la musique européenne en ce moment si ou voi kossa mi vé dir.

 

Masakono té un bougue té yaime pa trop toussa i dit sur son bled, son pays, li té aime au contraire demoun té revalorise lé ancien, kar li koné, ke la parole de son ancien té vo lo paradis. A vrai dire li aurai aimé être content avoir son band dalon, mais ici dan bar là, lé vraiment dur d’en parler, et bientôt li sa pioncé assiz sur un chaiz avant prend son rêve en patience et repartir franchir la frontière dan un sable ou son l’horizon i termine zamai. Toute band moun té présent dan la salle té navé le mêm malheur, zot i koné pa réellement cé ki l’ennemi, cé sat la di a zot dans les salles closes de certains bureau gouvernementale que la désigné kissa faut méfier ou pas, bana entre zot i koné a zot bien, baroudeur du désert cé pa un avenir pour certains qui continuent de fuir vers les etats-unis. Mais bon, pou boukou faut servir ses familles chers et tendres. Navé bokou d’imagination sur cet état unis ke boukou la entendu parler mais jamais aller, zot té kroi la ba navé rienk femme très riches et très sexy, mais bon, c’est tout zot la entendu parler ; mêm si zot la fini voir sur band smartphone band vidéo i montre les etats unis dan toute zot splendeur. Po boukou la réalité lé tout autre. Sur zot moyen de véhicule, ou dromadaire, zot na pa réllement de souvenir de zot vie, faut pa trop charger le moyen de transport, car plus lé léger et pli lé moins chiant a transporter. Kan na bokou de moun i enfou de tout ce cirque ; zot té touzour la pou en parler, en main à main, coûteau kanif, mitraillette, hachette ; mais rarement utilisé, cé zust pou affirmer une image de batailleur, a vrai dire chak moun zot i kroiz cé dé marque de respect, car cé band moun lé pa trop embêter ; zot i transporte même pa d’arzent, zust de koi boire et manzer un peu.

Kan zot i arriv dan le band ville ke i accueil a zot après la longue traversée, zot lé accueilli par band femme, ke zot i koné déza ; nana un peu la fini grandi, deux trois fini arriv plu vieux de 5 ans déza, voir une fille de 10 ans et de 15 ans lé différent, pou bokou moun i transite partout. Kan le temps i passe vite ; des messages très anciens circulent et pour bokou lé difficile rattrape le temps perdu, alors pourquoi être compétitif a toute band moun i prend l’avion ? Nou koné pa. Mais koi kil en est, c’est surtout un hommaz pou band zanciens classes gouvernantes ke i veu pa trop aller vite, mêm si zot band centre ville i peu pollué plus que Shangaï ou Milan ?

Kossa i lé la vie dan ces pays là, cé un peu band moun i prend zot temp pou aller travailler, kan i lé en banlieue, et kan i approche des grosses villes, cé band taxi partout. Nana trop de métier lé bien plu abordable, mais pas réellement le métier difficile, kom traverseur de désert. Masakono, i arriv alors dan un ti caze ; et li voi son madame té promis ali lo début du voyaz, une femme i fé appelle a elle FATMA :

 

_ Té lé sérieu la, Fatma ou la maigri ; kwé la arriv a ou ?

_ Masa, ou koné ma la accouché depuis ?

_ Ah excuse a mwin, komen i appel ?

_ Cé un ti Malik, son peau lé clair pa kom la vot !

_ Ben mounoi, i lé un beau roi encore li !

_ Ou kroi sérieuzemen, li sa nir roi ?

_ Chez nou on dit, kan un i né en Afrique li lé roi zuska néna un i destitue ali, en attendant hein.

_ Oui lé vrai, nou cé sur la terre band roi, et d’ailleurs na pa rien i résume mieux la situation

_ Un combat perpétuel, na rien i échap a la règle de nout malédiction, demoun i convoitise a nou trop

_ Le royaume des jaloux ou croit ?

_ Mi dirait pa sa, mais en tout cas, nana bon peu lé fini en poussière.

_ Nout sang, nout squelette, nout gêne Masa !

_ Mwin lé pa solidaire, nana d’autres chattes à fouetter !

 

Masakono i fai l’amour kom personne, et son FATMA nana personne i vaut a elle en ce moment, zot i boir un bon nafèr ensemble, fume un bon pétar, et toute la nuit durant une bonne semaine zot i fé rienk sa pou essayé rattrapé le temps perdu, deux vrais fous amoureux. Zot i aime pa kom toute couplé la habitué voir a zot régulièremen dan la mêm maison ou même appartement, car en vérité, nana pa du tout la même vie. Après de longs ébats, zot la fait partouz, ek d’autres femmes ; kar la trique té interminable pou Masa, li té un vrai bougue i aime donne cou de rein ; d’ailleurs fallait fait plaisir bana. Pou li té important, té un moyen défoule a li, car li na pa le temp danser. Puis kelke bons repas ; la vie pou zot té rienk sa ; bouzer, fumer ; manzer, et boire, et baizer ; fallait pa chercher autres choses.

 

Plu loin sur le continent Walid le grand, touzour ek son style du quartier, dan son désert, li croize pa une femme ; mais plutôt son groupe d’ami ke la été porté volontairement par un autre roi, pou rejoindre band commandeur de groupe, zot navé pa l’intention faire la guerre, mais plutôt prendre band renseignement, car la vérité cours les rues, nana un nouvo groupe multinationale venu de chine qui va exporter et importer pour commercer en grossiste sur le terrain, va falloir défendre kelke terre, pour pas tout perdre, et zot navé bezoin d’armement kar les dessous de table lé pa évident à voir. Kan i voi ke bon peu i commence gagne piscine, alors ke nana un deux quartiers sans eau et électricité, la violence i fo pa i propaz sous peine de violente altercation, zot i doi tenir a carreau zot rang, pou pa fé band perte humaine chez zot. Pou cela, dan le groupe nana un deu nana milice, armé, soit dizan rebel, mais coopérant ek d’autres gouvernement issus de pays frontalier, ke lé pa trop toléré la liberté de consommer ; car i fo zot quota de denrée alimentaire, kar nana plus d’un i aimerai pa parler un nouvo dialecte venu d’ailleurs, ou rajouté band mot inconnu a zot jarguon de plus, car i voudré dire koupé zot race, si nana plu d’un la pa eu envie devenir marron ou arabe, zot i koné ke nana un deux la fini bien décoloré zot peau ou blanchir zot peau pou gagne galon. Mêm si lé vrai en Afrique normalement zot na pa le temp pense a zot couleur de peau kan même.

 

De nos zour les mouns i traversent le désert, lé dépourvu de moyen, kan avant té un métier noble, car pa toute demoun té apte a faire ça, a vrai dire néna aussi les touristes maintenant, bokou d’européen i choisi de traverser le désert kom band touriste pou voir d’autres paysages, du kou zot lé prêt a payer ou monnayer un traversé, c’est par ce moment de destiné personnelle de chacun que nous penses que lé devenu plu emblématique, là ou les rois et les prophètes ont traversés par eux même c’est à dire en gros par zot propre moyen, avec les grand carèmes ; un des principals moyens de traversé était l’animal. Mais aussi l’une des causes était la faim et la soif ; car si un courant de l’eau i passe pas, néna aussi deux trois lavé réellement faim lavé du migré ; et zot la pa pris toute zot famille ek zot ; car pou band bébé et zenfant bas z’âge faut bien hydraté et donne a zot de l’eau.

Kan deu troi navé zust un peu de hashish et de dattes pour traverser : avoir un peu de l’effet, pou palié au mank de réalité ; ou comment triper dans le désert pou deux trois.

Cé zordui un gran mondialisme ; même band chinois i aime traverse band déserts africains, mêm band zindiens, band américains, toutes demoun i vien de partout pou fait ça : peut être pa les mêmes causes de sat lé vraimen envoyé par band grand roi. Zot message lé aussi pa le même ; même si i inspire bokou domoun. I paré pou deux trois cé un moyen de se ressourcer, de voir la vie autrement ; zot peut être lé apte a avoir un autre jugement sur l’homme. Pa kom nou ; dans la ville ; avec la haine et la zalouzi nou porte su nou au quotidien, dan ce monde de plus en plus artificie; c’est à dire ke noré réellement un intérêt de voir l’homme plus comme un être asservi, mais un homme qui brave force et courage, pou continué grandir dans ses idées dans sa tête. Et li aussi être quelqu’un de témoin ; de la grandeur de la nature, pou d’autres le désert cé comme si c’était une plage interminable ; c’est à dire zot plage en méditérannée ou au brésil mais qui sava propaz loin a travers le continent ; ou encore un autre délire du chercheur scientifique fou, ki voi kossa néna kom particule fine dan un désert, a ski paré zot la même vu du nucléaire dans la désert africain et ce même particule de nucléaire dans le désert en asie, ou en Amérique latine du sud ; car si effectivement nou voi sa kom une region zonée ; nou peu admettre qu’un désert comme le Sahara, i peut effectivement fait bouger le climat sur toute la planète, de part sa manière gigantesque de s’agrandir, na un peu i di koma un jour le désert du Sahara sa traverse la méditerranée, et propage a li en Europe ; donc si demain nou vois des zones désertiques en Europe du sud, zot ka émettre des hypothèses de cette Afrique en expansion. Souven nou voi pa sa d’un bon œil, malheureusement c’est la planète qui bouge aussi grâce a ses plaques tectoniques.

Noré plus avoir plusieurs solutions pou réglé ce band problème, kom par exemple arrêter l’industrialisation progressive de toute band pays riches ou en voie de développement, car les gazs a effets de serre, n’arrêtent pas le changement et l’exil des populations, ni même expansion de la surpopulation ; toute band moun i vive dans les grandes villes néna zot propres méthodes de ne pas être pollueur pollué, zot y recycle etc. Mais i suffit pas.

 

Kan ou voi band chinois a Pékin ou Shenzen, zot lé dan le brouillard de polution dès le matin au réveil, et zot i gagne vivent jusqu’à 80 ans dans ces zones nucléaires, ou polluées a mort, zot peut être aussi capable de survivre dan des conditions surhumaines, que n’importe quel autre moun d’un autre continent peut mourir dans ces conditions au bout de vingt ans. I voudrait dire ke toute band moun lé pa apte, a vivre des conditions difficiles de société transformé ; toutes band zuzines i tournent quasiment vingt quatre heure sur vingt quatre ; noré eu plusieurs moyens d’avoir des idées concernant les méthodes de gagner dans ces milieux de vie non exemplaire pour l’humanité.

I pourré alors parler du principe d’en ce moment, soit le corona virus , mettre un masque, et mettre le gel anti bactérien sur les mains régulièrement, malheureusement sa aussi i suffit pas. Toute moun i lé non apte a franchir ces limites dans ces périodes de génocide causée par la mère nature, et son virus, non pas que nou lé en guerre chimique, ou plutôt guerre bactériologique, nou peut être amener a avoir des choix, pour continuer tous ensemble a être garant d’un meilleur avenir. Nou peut pa savoir si effectivement nou la droit ou pas, a bénéficier des soins kan un maire i donne a nou masque pour continuer a marcher dans sa ville, même si l’autorité d’un côté i oblige a soigne a nou, et d’un autre côté i verbalise a nou si nou mèt pa moyen précaution ; pourquoi zot i fait pa sa aussi pour le sida et les rapports sexuelles alors ? Obliger le band moun à mettre préservatifs, et si bana i mèt pa préservatifs donner un l’amende, kissa i voudrai voir sa ? Kissa i voudrait surveiller sa ? I voudrai dire alors que na moun na le droit de faire l’amour, et d’autres mouns na pa le droit de faire l’amour ? I voudré dire que si zot i favorise un tranche d’âge de la population a copuler, ou alors une race. Car nou peu voir sa d’un mauvais œil : attention le gouvernement vous met en garde contre le sida et les maladies sexuellement transmissible, interdiction de copuler sans préservatif ; sauf pour l’enfant que l’on vous octroie, et le jour de ces accouplements sans préservatifs avec votre cojoint vous est donné par le gouvernement de la santé et de la reproduction. Noré alors deux jours par semaines ou band moun noré zust le droit copuler. Et cela sous l’oeil attentif d’un genre de maton caméra, pou voir si i fait pa trop n’importe quoi. Toute le band rapport sexuel seré donc surveillé et filme et répertorié sur band site porno, mais kom zot gouvernement la pa envie dire ke cé zot l’auteur des film pour pas faire chavirer la balance des droits de l’homme d’un côté, zot seré alors dans le cas des sites pornos actuels pou fait voir sa a zot population ke « non non ce band délire de surveiller les rapports vient pas de nous mais bel et bien du peuple, kar cé zot la envie de film a zot » avec le ti l’auréole sur la tête.

 

De nos zours, si toute les connus, même les discussions dans ce bar dans le désert lé aussi connu, car encore une fois néna des analyses d’espionnages, qui produisent des conversations historiques, certains même l’avait voulu venir dans ce bar sans avoir aucune mission en Afrique, beaucoup demoun té avoue plu tard avoir fréquenté ce bar, et deux trois l’aurait avoué que zot i koné plu trop, car effectivement certains après avoir quitté ce bar, zot souvenir lé effacé et zot i gagnerais plus en parler de tout sat la passé ni même pouquoi zot mission la été vu et lu la bas. Des rendez-vous donc déguisé et détruit, comme un message qui s’auto-détruit, un peu comme band série à la James Bond ; bokou domoun soré alors de vrais connaisseurs en criminalité pou voir sa autrement, dans ce bar noré eu aussi des gens d’Interpol ou de la CIA. Pourquoi contredire les missions qui alerteraient les principaux acteurs de la sécurité nationale de tel ou tel pays, nou koné pa réellement mais en cas de coopération, les rendez-vous ne pouvaient pas être ratés, ou divulgués à la presse.

Dans le bar du désert néna deux bougues blancs i discutent ensemble, zot lé d’origine afraicaine, mais malheureusement, zot lé blanc et non arabe ou métisse voir noir. C’était des agents spéciaux dont zot navé un contrat de repérage pour la DGSE française sur des problèmes d’agents provocateurs.

 

_ Alors parksa ou lé bien ?

_ Oué lé la ! Mi lé originaire d’Afrique du Sud, ma na un gran propriété la bas et ou ?

_ Ben moin mi travay pou un groupe pétroplier au large du Nigéria, et mi lé hébergé et nourri payer par la Belgique.

_ Ah ok ! Lé valab sa alors ! Kel nouvel ?

_ Ben ou koné ma la vu de mes propres yeux, des milices d’armée européenne, des gars comme nous, sortir les mitraillettes pou un conflit armé entre zot ?

_ C’est à dire ?

_ Ben le blond la commence tiré sur la foule, pour essayer disperse zot, apparemment le groupe pétrolier té doi être racheté par une multinationale d’europe de l’est, et la créer un ti conflit !

_ ça alors ! Komen nou pourré croire sa ke les blancs i fé a zot la guerre en Afrique ? Nos semblables quand même !

_ Cé pa nou la faute, cé band gran patron, zot nana la main mise sur le jeu, et si zot i veu plus d’argent i devient une guerre de territoire et une guerre commerciale.

_ Bon ! Na koi a manger dan ce bar ? Alors sur la pancarte mi voi crème de salade verte aux piments, et pain avec patate chaude.

_ Allon y pour ça !

_ Ou kroi vraiment sa rasazie a nou ?

_ Ben moin mi gave pa mwin, parce ke lé cuisiné a l’ancienne nou peut gagne la chiasse ek sa

_ La chiasse dans le désert nou riske de mourir avec du caca dans notre froc !

_ Laisse tomber narmèt sa plus tard, mi sa boire un thé ek zot dattes.

_ Ouais kan ma arrive l’autre koté la dune, mi sa va dormir dans un hotel vers l’Algérie, sat mi aime pa dan cet hotel ce sont les bruits sifflants de tuyauterie, et les bruits de tapages ; mais bon pas grave, faut bien reposer un peu kan nou peu communiqué avec notre famille de l’autre côté la méditerranée.

 

Navé plu d’un moun té visite le bar pour des voyages passagers dans le désert, et la clandestinité, zot té pas réllement apte a bien agir, mais par contre pour bons nombres té pa la première fois zot té vien par ces endroits perdus dans le monde, mais tant que n’a pas de pancarte dans le désert ou panneau de signalisation, les endroits té pas trop marqué par GPS internationale, fallait plus d’une intuition perspicace pour repéré les lieux, a vrai nana bon peu la déjà essayé de trouver le lieu tenu légèrement secret, que zot la pa du tout vu, navé des enjeux plus que diplomatiques, religieux pour certains pelerins, ou encore des enjeux autres que touristique, c’est vraiment un endroit propre à le dialogue. Navé aussi des tueurs à gage, des genres de personnes recherchés mortes ou vifs, ou des gens qui sont en passage pour commercer de la traite humaine, car si avant tout l’Afrique est un continent où le fantasme de la terre promise se prospère, nana aussi beaucoup demoun lé vendu ou acheter depuis bien avant la traite négrière, et de cela toutes les ethnies, même asiatiques ou d’autres continents très éloignés. Nou voi bien ke depuis tout ce temps, la principale cause est avant d’être au courant de sujet qui ne sont pas parler dans la presse ou les médias. Des secrets de fabrications, des brevets d’industrialisations, des connaissances sur les nouveautés dans zot renseignements internatinales ; ou comment mieux espionner tel ou tel individus. Dans le monde néna pleins de lieux comme ça, ou la société parallèle ou le second monde invisible prospère sa monstruosité, pleins d’échanges de savoir et de connaissances, sont soit bradés à bas prix, ou sans coût pour ne pas dire aussi des échanges de tâches, de la sous-traitance, des troques de bien etc.

être au courant ne suffit plus, les invasions et les échanges géo-stratégiques pire que la piraterie, sont plus que avant une économie noire, ou grise, un peu comme lever des fonds à partir de société écran, c’est comme savoir arnaquer un président de La République.

 

Harry et Souleyman discutent ensemble sur kelke chose ke zot l’avait observé depuis un moment dans zot ti village, kelke chose ki concerne beaucoup de ville du monde lors de zot escapade :

 

_ Té ! Ou rend compte, de nos zours zot i vend de pain lé empoisonné

_ Wex ! Mais vu ça, et en plus band zeune lé affamé zot na pa rien pou manzé a part sa zot i vole !

_ Non seulement zot i entretuent a zot pou du pain empoisonné, i donne pa envie voir sa

_ Cé pour sa na bon peu dictateur i préfère tuer ces générations de zeunesse, pou pa voir band zeune défavorisés en état de pauvreté extrême s’entretuer ou pourrir les rues, à la recherche d’un nafèr pour fumer ou sniffer, la misère a l’état pure

_ Bana i préfère croire en rien, même zot parent lé mort par une mitraillette perdue, mi nana deux enfants lé morts kom sa !

_ Franchement mi imazine pa la suite, kan ou voi toussa soucis nou récolte.

_ Cet i gagne prend l’avion ni vu ni connu, dan la soute, zot i kroi sa être sauvé.

_ Et dire nana un moun i attend azot dan l’autre côté de la destiné, pour récolte a zot aussi !

_ Ben depuis zot i voi plus rien, car zot caméra de géothermique i capte pa zot non plus.

_ Ha ha ha ! Soit dizan band moun riche na toute la surveillance, peut être zot surveillance lé aussi corrompus pou ferme les yeux la dessus, kan ou koné ma fini adopté un ti zenfant de ce genre, un mois plu tar ma appris ke li la été volé, par un autre moun.

_ Rend compte nou adopte un enfant et li lé volé ? Oussa nou sa va ? I vaut rien à ce point là ?

_ Ben cé un vrai marchandise koméla ! Et dire ke nana moun i paye pour adopté alors ke en vérité nana bon peu parent i donnerai toute cette confiance en un homme blanc pou li trap son zenfant et sauve a li de la misère.

_ Nou pense bien ke tout cela i mène nulle part, le monde profond lé désorienté, vaut mieux tourne en rond autour du pot !

_ Autour du pot ? Autour de la mecque ou quoi ?

_ Ha ha ha, franchement néna peu de moyen pou fé dan cette vie là !

_ A part band miracle pharaonique, band grand ouvrage et œuvre d’art, franchement zot lé bien placé pour causé, si bientôt out route i vaut pa un milliard de dolar en bitume, zot i konstruit pa ; faut conduire kom band zabruti dessi la route.

_ Ouais plus le moteur i fé du bruit plu ou nora respect dans out village !

_ Parle plu, bientôt le bruit l’auto sera électrique ou pourra mètre un haut parleur à la place du pot d’échapement et mettre une musique à chaque accélération de vroum vroum.

_ Tant pis pour nou, nou sera plu de ce monde, kan tout sera réellement artificielle, peut être ke au fond ou au finale la modernité totale de nos zespri et de nos organes, va change tout, nou atteindra la paix ultime ?

_ Ou kroi sa toute demoun i fé pirate a zot, i paré tout élément connecté i peu fé pirate a li, kom un voiture connecté ou un bouilloire ou un frigidaire connecté, ou voit sa i change la puissance du matériel à distance depuis un autre pays lointain

_ Ben wé ! Nora band division, sa fé comme star wars, l’empire et les contrebandes etc. Sa vend des contrefaçons de voiture, etc. Toute le band grand multinationales sa être contrefait, et nou pourra trouver encore une fois un confrontation entre le bien et le mal !

_ Sans aucun doute, nou pourra zamé refaire notre modèle de vie, même avec le meilleur de la sécurité. Une caméra de surveillance piraté don le moun ki visionne l’image derrière son écran voit toute autre chose, sa se trouve li seré apte a voir une scène inexistante.

_ Un monde falsifié en quelque sorte.

_ Kom ton femme ek son perruque et ses faux cils.

_ Moukate pa elle, kan mi boure a elle mi lé bien heureux, l’homme le plus heureux des mondes !

 

Kan zot i voi toussala la maladie que représente les gens ; les animaux restent les plus heureux, de nos jours nou voi pa encore toute demoun i prend plaisir ek l’animal, si ce n’est qu’un parti de la nuit, dans certains coins du monde, nou observe des personnes qui font la prière pour les animaux, être en harmonie ek l’animal ; et encore d’autres ke zot lé en train de sacrifier des animaux, tuer un animal ou prier avec lui ? Savoir le dompter, ou savoir l’apprivoiser, néna pleins moyens concernant le rôle de l’homme sur terre, nou koné pa réellement kissa nora le dernier mot, nana pleins moun na l’amour ek l’animal autre ke zoophile, et peut être ke l’histoire se terminera si il y a vraiment une extinction d’espèce !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.