Quand le ballon se balade dans le port

Si le football, du moins sa forme moderne, est d’obédience britannique, il fut rapidement adopté dans le reste du monde. À la fin du XIXème siècle, l’Empire britannique s’étend dans tous les recoins de la planète. Le développement du football en métropole ainsi que l’impérialisme économique et territorial en dehors de ses frontières donnent naissance à une large diffusion « balle au pied ».

Entre la fin du XIXème siècle et le début du XXème siècle, les empires coloniaux français et britannique sont à leur apogée territoriale. Les deux puissances européennes se départagent notamment les deux tiers du continent africain. Chacune exporte ses modèles sportifs. Une différence notoire sépare les deux pays au départ : la popularité du football. En effet, si les terrains sont largement fréquentés outre-manche, en France, il faut attendre le lendemain de la Première Guerre mondiale pour que la popularité du football décolle. L’exportation du football par le biais de marins britanniques est fulgurante, on trouve la trace de match de footballs entre marins et soldats dès l’année 1862 dans le port du Cap en Afrique du Sud (Peter Alegi, Laduma! Soccer, Politics and Society in South Africa, University of KwaZulu- Natal Press, Durban, 2004).

L’auteur italien, Stefano Jacomuzzi résume le colonisateur britannique par ces mots : « Partout ou se trouve une île, un îlot, un havre (…) là arrive l’Anglais, il dresse ses poteaux télégraphiques (…) son chemin de fer. Et il joue au football ». Ces quelques mots suffisent à faire comprendre les logiques sportives et coloniales qui se conjuguent dans les territoires sous domination européenne.

Le football sur terre comme sur mer

L'expansion du football tisse un lien particulier avec le soldat et par extension avec la guerre. En effet, le développement institutionnel de ce sport se fait dans un contexte politique particulier en Angleterre, celui de l'époque victorienne. Une époque qui loue des qualités comme l'abnégation et la philosophie stoïcienne. Nombre d'intellectuels religieux mettent en avant ce qui est nommé la chrétienté musculaire. Cette doctrine voudrait que des sports comme le football font à la fois de bons soldats et de bons chrétiens.

LIRE AUSSI : Le football et la violence

Un soldat peut apprendre les rouages de la guerre sur un terrain de football et appliquer des enseignements, plus tard, sur le champ de bataille. Pour beaucoup, les succès militaires prussiens relevaient de leur gymnastique performante, la chrétienté musculaire devenait alors un moyen de motiver des succès militaires britanniques et une expansion certaine. Le champ de bataille était mondial et le sport, football en tête, était une des données à prendre en compte.

Un match résume au mieux ce lien entre le football, le soldat et la mer. Celui-ci prend place le 25 Avril 1920 et oppose la sélection militaire de football britannique à son homologue française. Cette rencontre se dispute en la présence d’Adolphe Landry qui est, cela ne s’invente pas, Ministre de la Marine du 20 janvier 1920 au 16 janvier 1921. Pendant très longtemps, le football militaire, notamment en France, fut largement plus développé et performant que le football civil. Des militaires qui sont au premier plan dans les politiques impérialistes.

Présentation des équipes française et anglaise de football militaire à Colombes, le 25 Avril 1920 / Crédits photo : Gallica Présentation des équipes française et anglaise de football militaire à Colombes, le 25 Avril 1920 / Crédits photo : Gallica

De plus, ces derniers constituent un rouage essentiel du développement du football dans les empires coloniaux. Ils sont bien souvent les plus nombreux et les premiers à arriver dans les nouvelles colonies. Le football était à la fois une culture martiale et un loisir communautaire, comme le rapporte l’historien Sébastien Darbon : « Dès qu’une poignée de Britanniques se retrouvait sur un sol étranger, un des moyens privilégiés de conserver des liens avec la métropole et de réactiver leur identité culturelle consistait à organiser entre eux des rencontres sportives » (Sébastien Darbon, Diffusion des sports et impérialisme anglo-saxon, Maison des Sciences de l'Homme, 2008) Les marins, soldats et autres administrateurs coloniaux sont parfois le point de départ même de clubs aujourd’hui réputés et répartis aux quatre coins de la planète.

Le club, vitrine portuaire et identitaire

Au départ, ce sont bien les administrateurs coloniaux que l’on retrouve à la tête du développement du football et de la création des différents clubs, notamment au Caire, grand ville portuaire. Le 8 décembre 1905, est formé le Club des Hautes Écoles sous l’impulsion de fonctionnaires britanniques et d’étudiants se trouvant dans la capitale égyptienne. Deux ans plus tard, le club adopte le nom de Sporting Club d’Al-Ahly. Il est l’un des premiers clubs africains de football.

Le nationalisme égyptien y voit très rapidement une fenêtre de tir pour y faire avancer ses idées. Le premier président de ce Club des Hautes Écoles est Omar Lofti Bey, un proche de Mustapha Kamil, grand leader nationaliste égyptien. Sous sa présidence ce club est utilisé comme un moyen de lutte contre l’occupation britannique. La section football du club voit le jour en 1911. Un des premiers actes présidentiels est de transformer le statut du club qui devient civil et mixte (au sens des nationalités). Ses couleurs sont le rouge et le blanc, celles de l’Egypte et du pouvoir royal. Puis а partir de 1925 la mixité disparaît, le club n’accepte plus que des membres égyptiens et est placé sous la protection du roi Fouad en 1929. Le tableau est complet, au départ création de fonctionnaires coloniaux, le club est devenu la plus égyptienne des équipes et est un symbole anticolonial et de résistance, encore aujourd’hui.

Les anglais ne posent pas seulement leurs valises et leur ballon dans les ports africains, ils le font aussi en Europe. En 1872, des travailleurs britanniques du port du Havre fondent Le Havre Athletic Club. Celui qui possède symboliquement le surnom de « doyen des clubs français » est donc une création de la « Perfide Albion ». Encore aujourd’hui, le qualificatif Athletic orthographié à l’anglaise rappelle les origines insulaires du vainqueur de la Coupe de France 1959.

De l’autre côté des Pyrénées, en Espagne, la patte anglaise s’agite et se mêle des affaires footballistiques. La ville basque de Bilbao, à l’instar du Havre, profite d’une influence anglaise pour développer son football, mais cette dernière est double. En effet, à la fin du XIXème siècle, en plus des dockers et marins anglais présents dans le port, Bilbao voit le départ de nombre de ses étudiants pour l’Angleterre. En revenant dans leur pays natal, ceux-ci importent de nouveaux modes de vie, dont le football. En 1898 est fondé l’Athletic Club qui devient plus tard l’Athletic Bilbao. Il est à noter que le 26 Avril 1903, par d’autres étudiants basques expatriés, est fondé l’Athletic Club de Madrid. Celui-ci est aujourd’hui connu et reconnu comme le Club Atlético de Madrid. Mais ceci, est une autre histoire.

L’Athletic, une institution forte et un symbole identitaire puissant pour ses supporters / Crédits photo : Mirror UK L’Athletic, une institution forte et un symbole identitaire puissant pour ses supporters / Crédits photo : Mirror UK

De son côté le club basque adopte une philosophie particulière. En effet, à partir de 1912, il est décidé que plus aucun non basque ne jouerait pour l’Athletic Bilbao. Cette règle est toujours en vigueur aujourd’hui (elle fut modifiée pour accueillir les joueurs formés et pas seulement nés au Pays Basque). Un siècle plus tard, ce club qui ne fut jamais relégué, malgré ses contraintes de recrutement, est l’un des symboles de l’identité très forte du Pays Basque : l’Euskal Herria. En 2010, un sondage révélait que 93% des socios souhaitaient toujours conserver cette philosophie propre à leur club et qui fait figure d’exception sur l’ensemble de la planète. Un club particulier mais né par le port, comme beaucoup d’autres.

La mer est une des voies principales par laquelle le football s’est répandu à travers toute la planète et ceci, dans un temps très court. Le port, porte d’entrée naturelle de beaucoup de villes industrielles et commerciales de la fin du XIXème siècle, permit l’importation de ce sport et la création de très grands clubs. En plus de clubs européens et africains, on peut évoquer le club de Boca Juniors fondé par des immigrés génois à Buenos Aires. Certains avancent même que les couleurs (jaune et bleu) du club furent choisies par ses fondateurs en apercevant un navire suédois et son drapeau. Le port est également un marqueur territorial dans le football ; l’opposition entre le Panathinaïkos et l’Olympiakos Le Pirée le rappelle. Enfin, notre imaginaire même est influencé. La ville fictive accueillant les aventures des personnages de la sérié animée Foot 2 Rue se nomme Port-Marie. Nombre de scènes de matchs se passent dans le port de cette cité imaginaire.

 

Article initialement publié sur le site : Le Corner

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.