Billet de blog 18 nov. 2012

Mariethé FERRISI
Auteure de roman policier
Abonné·e de Mediapart

Le cimetière de Lampedusa : cri d'alerte du maire

Les cadavres qui arrivent sur les plages de Lampedusa sont devenus un banal fait quotidien, comme l'annonce d'un orage. L'Italie est le point de débarquement des bateaux de l'espoir. Tous savent d'où partent les migrants et pourquoi ils sont forcés de quitter leur patrie mais personne n'intervient.

Mariethé FERRISI
Auteure de roman policier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les cadavres qui arrivent sur les plages de Lampedusa sont devenus un banal fait quotidien, comme l'annonce d'un orage. L'Italie est le point de débarquement des bateaux de l'espoir. Tous savent d'où partent les migrants et pourquoi ils sont forcés de quitter leur patrie mais personne n'intervient. L'Italie se retrouve seule, confrontée au désespoir de l'Afrique tandis que l'Europe reste à regarder comme si la tragédie ne la concernait pas, comme si elle n'était pas en partie responsable du pillage des ressources africaines par les multinationales, avec les ventes d'armes et de soutien à des gouvernements dictatoriaux, avec la non-intervention, le "laissez-faire" face à de terribles tragédies comme celle du Darfour ou de guerres néo-coloniales, en Libye et ailleurs. Ceux qui fuient l'enfer finissent le plus souvent dans le cimetière de Lampedusa qui n'a plus de places pour les accueillir.

Voici la lettre du maire de Lampedusa, Giusi Nicolini, à diffuser le plus possible sur les réseaux sociaux :

" Je suis le nouveau maire des îles de Lampedusa et Linosa. Élu en mai dernier, le 3 novembre, j'ai déjà reçu 21 cadavres de personnes noyées qui tentaient d'atteindre Lampedusa et pour moi c'est tout simplement insupportable. Pour Lampedusa, c'est un énorme fardeau de douleur. Nous avons dû demander de l’aide par le biais de la préfecture aux maires de la province afin de donner une sépulture digne à onze personnes parce que la commune n'avait plus de place disponible. J'en ferai d'autres, mais je retourne à tous une question : quelle devra être la superficie du cimetière de mon île ? Je ne comprends pas comment une telle tragédie puisse être considérée normale, comme si vous pourriez m’ôter de l'idée par exemple que 11 personnes dont huit très jeunes femmes et deux garçons de 11 et 13 ans meurent tous ensemble samedi dernier pendant un voyage qui aurait du être pour eux le début d'une nouvelle vie.

Le nombre des réfugiés s'élevait à 115 dont 76 n'ont pas été sauvés mais le nombre de morts que restitue la mer est toujours plus élevé.

Je suis  indigné par le sentiment d'habitude qui semble avoir envahi le monde, je suis scandalisé par le silence de l'Europe qui vient de recevoir le Prix Nobel de la Paix, qui est silencieuse face à une tragédie qui atteint les chiffres d'une véritable guerre.

Je suis de plus en plus convaincu que la politique d'immigration européenne considère ce bilan de vies humaines comme un moyen de modération du flux migratoire sinon comme moyen de dissuasion.

Mais si le voyage en bateau est pour ces personnes leur seule façon d'espérer, je crois que leur mort en mer doit être pour l'Europe un sujet de HONTE ET DE DÉSHONNEUR. Tout au long de ce triste chapitre d'histoire que nous sommes en train d'écrire, la seule source de fierté que nous donne les fonctionnaires de l'Etat italien qui sauvent des vies humaines à 140 miles de Lampedusa alors qu'ils étaient à 30 miles de l'épave samedi dernier, a été d'avoir accouru avec "la motovedette" ultra rapide que notre gouvernement précédent a offert à Kadhafi tout en ignorant son utilisation afin de confisquer nos navires quand ils pêchaient en dehors des eaux territoriales prés des côtes libyennes.

Tout le monde doit savoir que c'est LAMPEDUSA, avec ses habitants, ses forces chargées du sauvetage et de l'accueil, qui donne la dignité humaine à ces personnes, qui donne la dignité à notre pays et à l'Europe entière. Alors, si ces morts sont seulement les nôtres, alors je veux recevoir les télégrammes de condoléances après chaque noyé que l'on me "livre". Comme s'il avait la peau blanche, comme s'il s'agissait d'un fils noyé pendant les vacances.

Giusi Nicolini ou Giuseppina Maria Nicolini, maire de Lampedusa.

Ma traduction au lien ci-dessous :

http://www.beppegrillo.it/2012/11/il_cimitero_di.html#commenti

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Qatar : le Mondial de la honte

À la Une de Mediapart

Journal
Un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec
Journal — Social
Anthony Smith, inspecteur du travail devenu symbole, sort renforcé du tribunal
Devant le tribunal administratif de Nancy ce mercredi, la rapporteure publique a demandé l’annulation des sanctions visant l’agent de contrôle, accusé par le ministère du travail d’avoir outrepassé ses fonctions en demandant que des aides à domicile bénéficient de masques en avril 2020.
par Dan Israel
Journal — Extrême droite
Extrême droite : les larmes (de crocodile) des élites libérales
Les succès électoraux de l’extrême droite, comme en Suède ou en Italie, font souvent l’objet d’une couverture sensationnaliste et de dénonciations superficielles. Celles-ci passent à côté de la normalisation de l’agenda nativiste, dont la responsabilité est très largement partagée.
par Fabien Escalona

La sélection du Club

Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis