mot de passe oublié
Soutien

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 9€/mois + 1 film en VOD offert

ABONNEZ-VOUS
Le Club de Mediapart ven. 12 févr. 2016 12/2/2016 Édition de la mi-journée

Cocotte en papier

Je me souviens de la saison des cocottes en papier, juste après celle des cocottes en chocolat.

Je me souviens de la saison des cocottes en papier, juste après celle des cocottes en chocolat.

Cocotte © Mia / CR Cocotte © Mia / CR
Les cocottes en papier, elles, ne se trouvent pas dans le commerce : c est pour ça qu on les aime autant. Les cocottes, elles sont potes à la confiture avec les avions super jet au nez de concorde plié et replié. Les cocottes, si elles sont toutes petites petites miniatures peuvent à la rigueur se glisser sur un bateau entre deux plis du bastingage. Elles sont un peu floues parce qu'elles viennent d'encore plus loin que les cocottes de Rome !

Pour faire une cocotte, il faut un carré de papier. Du repli sur bord opposé nait le carré. Reste alors à ôter le rectangle superflu : de la pliure appuyée, lissée de l'ongle, coupure nette en déchirure contrôlée. Du carré type on superpose encore les angles, pour triangle une fois, deux fois, marquant ainsi les diagonales. Nous y voilà. Chaque pointe au centre pour un nouveau carré, et bis repetita : encore un. Cette mémoire est dans les doigts. La cocotte de mots est plus difficile, plus lente à surgir. Il lui faudrait presque l'aide de sa commère en chocolat pour s y retrouver.

Or donc ces carrés bien pliés se soulèvent en triangles sur lesquels on peut écrire en tout petit pour ne pas déborder sur celui d' à côté. On peut écrire des messages rigolos et bétiots : "Tu es peigné comme une girafe!" Ouarf ouarf. . .

Ou un peu coquin : "Tu as des pieds bleus d'amoureux !"

Ou carrément vilains : "Tu pue du c. . . Tapadaca, topodoco."

Enfin bon, c est pas sérieux les cocottes en papier. Et si on écrivait des messages sérieux, ça deviendrait des feuilles de pompe. . .(ah non, ça n a pas d' allure pantoute des idées de même!).

J allais oublier le message gage : "Saute sur un pied trois fois en . . . " zut ! j ai plus de place pour écrire !

 

Après le message pas sage vient la signalétique : un petit rond bleu, trois bâtons rouges, je ne me souviens plus très bien des signes mais je suis sure que c était coloré.

Et c était chantant aussi les cocottes en action. Chantant et pas chuintant les minutes. Egrenant le temps des enfants, comptant la marche des plis de la cocotte : un, deux, trois, c'est petit rond bleu : "Tu es mon ami pour la vie."

 

Vite, on replonge dans la cocotte.

"Et maintenant t'en veux pour combien ?"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires
Un poisson au bord d'un étang qui faisait des bulles, qui faisait des bulles. . . disait la cocotte à la salière !

Soutenez Mediapart !

Soutien

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 9€/mois + 1 film en VOD offert
ABONNEZ-VOUS

L'édition

suivi par 136 abonnés

Je me souviens....

À propos de l'édition

Un pêle-mêle de souvenirs à plusieurs voix. Non pas des tartines de nostalgie à s'en coller les doigts (d'ailleurs ce n'était pas forcément "mieux avant"), mais des clins d'œil, des pensées, l'écho

de moments passés, des bouquins lus, des musiques écoutées, des hommages à rendre, des films presque oubliés, des souvenirs de lieux disparus ou des images à partager juste pour ne pas laisser la poussière s'accumuler. Et si possible en polyphonie parce que la plus sûre façon de partager, c'est de jouer la diversité. Si cela ne s'était pas appelé "Je me Souviens", ça aurait aussi pu s'intituler "Grenier commun". Et bien sûr, toutes les générations sont bienvenues, c'est même le but du jeu... On dit souvent que regarder parfois dans le rétro permet d'aller bien plus sûrement de l'avant !

 


Le fil de cette édition