Les guerres de demain

Les guerres de demain Pascal Boniface Seuil 2001

Seul livre de l'époque qui tient encore la durée.

Je ne commenterai que quelques chapitres :

Guerre économique : La seule guerre qui ne fonctionne que si elle n'est pas « déclarée » et si l'adversaire n'en a pas conscience. C'est une guerre de colonisation, exactement (les colonisateurs du 19ème ne déclaraient pas les guerres, ils apportaient la « civilisation »). Elle est gagnée en GB et presque gagnée dans toute l'UE. La vente de Rafale à l’Égypte n'a vraisemblablement pu se faire qu'avec l'autorisation des US. Cela signifie-t-il qu'en effet la guerre de colonisation est terminée en UE ?

Guerre de l'information : elle a été, et est encore, malgré tous les scandales récents, largement sous-estimée.

Guerres de sécession : L'auteur, dont la pensée est un peu trop « figée » par le concept d’État-nation, englobe dans ce chapitre des guerres qui ne seront pas de sécession, si elles se produisent.

Guerres « asymétriques et dissymétriques » : Ce concept, s'il plaît aux dominants, n'apporte pas grand-chose sur le plan opérationnel ; il conduit à négliger un point capital : Le nécessaire parallélisme des moyens dans la phase de recherche de l'ennemi. Les moyens « dissymétriques » ne doivent être employés que pour conclure : détruire.

Guerres de la drogue : elles disparaîtraient si, et seulement si, toutes les drogues étaient autorisées et taxées par les états, comme le tabac, l'alcool, par exemple.

Le Terrorisme : est le dernier avatar de la Guerre Révolutionnaire.

1) L'adversaire des guerres révolutionnaires les a toujours nommées « terrorisme ».

2) le terrorisme, actuel et futur proche, est une guerre mondiale (médiatique ET mondiale).

3 ) Dans l'esprit des « terroristes », qu'il est nécessaire de comprendre, cette guerre est justifiée par le « satanisme » et/ou l'oppression de l'adversaire.

4) Ainsi la terreur des « civils » est justifiée : ils sont les « combattants » de l'adversaire.

5) Cette forme de guerre est une conséquence directe des mondialisations occultes : mondialisations financières, des fortunes, des mafias, des multinationales, largement favorisées par les « paradis fiscaux » et le secret bancaire, donc largement tolérées par les dirigeants politiques actuels, toutes nationalités confondues.

6) Cette forme de guerre sera la seule possible, quand les peuples se révolteront contre ces mondialisations-là. Mais les cibles seront plus limitées que dans la guerre « islamique » actuelle.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.