mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été avec Mediapart

Profitez de notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Le Club de Mediapart lun. 25 juil. 2016 25/7/2016 Dernière édition

Et si l’altermondialisme triomphait ?

Nombreux sont ceux qui en ont rêvé, Stéphanie Aten l’a réalisé, même si ce n’est que dans son roman : les altermondialistes vont gagner la guerre contre le libéralisme, les puissances financières, les structures européennes moisies et antidémocratiques, l’OMC, le FMI, Monsanto... en bref, tous ceux qui étranglent les peuples de la planète pour donner libre cours à leur cupidité !

Nombreux sont ceux qui en ont rêvé, Stéphanie Aten l’a réalisé, même si ce n’est que dans son roman : les altermondialistes vont gagner la guerre contre le libéralisme, les puissances financières, les structures européennes moisies et antidémocratiques, l’OMC, le FMI, Monsanto... en bref, tous ceux qui étranglent les peuples de la planète pour donner libre cours à leur cupidité !

Et croyez-moi, assister au triomphe d’une utopie en marche est non seulement revigorant,  mais cela pourrait même vous rendre euphorique. Car il faut bien l’avouer, même parmi les plus convaincus, plus personne n’y croit vraiment : « ils » sont trop forts, trop puissants, trop bien organisés pour perdre autre chose que de minuscules batailles, qui n’ont de toute façon pas d’importance vitale pour le système. Certes, ces batailles chacun convient qu’il faut les mener, car la résistance est la moindre des choses si on ne veut pas être totalement laminé, mais c’est avec le sentiment qu’il faudra des décennies, sinon des siècles, pour parvenir enfin à une société mondiale dans laquelle les valeurs humanistes de solidarité et de justice sociale soient au cœur de nos sociétés.

Comme dans la sixième extinction de Guillaume Lebeau, l’enjeu se situe au niveau de la planète, climatique pour le premier roman, politico-économique pour l’autre. Les personnages de la 3e guerre, quel que soit leur camp, ont tous – mondialisation oblige – une analyse globale de la situation, des problèmes à résoudre, des rapports de force à établir. Mais ce roman est aussi un roman de suspense, dans lequel les enjeux proposés par l’intrigue sont à la fois personnels, et politiques.

Pour mettre en place cette intrigue, l’auteur met en scène deux camps qui se livrent une lutte sans merci : d’un côté le groupe Bilderberg, considéré comme le maitre d’œuvre occulte de la dérégulation toujours croissante de l’économie mondialisée, qui est représenté ici par un de ses principaux dirigeants, surnommé l’Orgueilleux ; de l’autre une mystérieuse organisation altermondialiste qui s’est choisie comme nom « 3 ». Structurée comme une armée, dotée de moyens financiers impressionnants et de militants venus de tous les pays, « 3 » est dirigée par un chef inconnu de tous, surnommé l’Architecte, lui-même entouré d’une équipe dirigeante choisie dans différents pays du monde.  

Bilderberg, pour mener à bien ses différents projets, a créé une armée internationale de mercenaires, le PAREM, et a comme objectif de faire de cette armée une armée mondiale qui conforterait son pouvoir économique dans tous les pays où la dérégulation libérale créerait des conflits violents... et ces pays sont nombreux !

La personnification du conflit va se jouer pour l’essentiel entre deux personnages-clés : Aten Daleth et Mina Attale. Le premier est un mercenaire de PAREM chargé de liquider un altermondialiste et qui souhaite après ce dernier contrat abandonner un travail qui commence à le lasser ; la deuxième se révèle au fil de l’histoire être une des responsables de « 3 ». Aten, qui a l’occasion de rencontrer plusieurs fois Mina, commence à se poser des questions sur la justesse de la cause altermondialiste. Va-t-il changer de camp et mettre au service de « 3 » sa connaissance approfondie de PAREM ?

L’auteur joue sur une triple partition : d’un côté une documentation solide sur les catastrophes humaines et écologiques engendrées par le libéralisme, de l’autre des  analyses fines, précises, argumentées sur la légitimité d’une action collective mondiale pour proposer une autre société ; enfin pour lier l’ensemble, elle a créé des personnages forts, bien campés, pour certains attachants, qui font voyager le lecteur du Brésil à Israël en passant par le Bangladesh et la Suisse.

Stéphanie Aten nous propose dans ce roman une Utopie sympathique et originale, dans laquelle le rôle de l’intelligence collective d’Internet va être essentiel pour la réussite du projet altermondialiste. Si le thème du roman est très politique, il est aussi, dans le même temps, un véritable roman d’aventure, d’action et de suspense.

De quoi nous faire rêver, pendant la lecture de ces 530 pages, à un monde meilleur...

Cette chronique a été publiée sur le collectif un-polar ainsi que sur le blog lectures et chroniques.

  La 3e guerre
Stéphanie Aten
Éditions Hélène Jacob (septembre 2014)
Collection Thriller/Suspense
530 pages 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Excellent livre

Cet été, Mediapart vous accompagne partout !

onze euros les trois mois

À cette occasion, profitez de notre offre d'été : 11€/3 mois (soit 2 mois gratuits) et découvrez notre application mobile.
Je m'abonne

L'édition

suivi par 164 abonnés

La critique au fil des lectures

  • 30 rédacteurs
  • Rédacteur en chef : Christel
À propos de l'édition
Quels sont les 10 derniers livres que vous avez lus (que vous les ayez aimés ou pas!)? C'est l'exercice premier pour devenir rédacteur libre de cette édition. Ensuite, au fil de vos lectures, vous pourrez communiquer vos impresssions. Il ne s'agit pas d'une édition de critique littéraire, mais bien plus de partage d'émotion. Autrement dit, pas d'obligation de longs textes, lancez-vous !!