Billet de blog 19 mai 2014

tarekBD
Scénariste, photographe, peintre et rédacteur en chef de Paris Tonkar magazine
Abonné·e de Mediapart

Auteurs en danger

Chers auteurs, libraires, éditeurs et lecteurs, l'hiver vient...

tarekBD
Scénariste, photographe, peintre et rédacteur en chef de Paris Tonkar magazine
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chers auteurs, libraires, éditeurs et lecteurs, l'hiver vient...
Je ne prends jamais la plume pour exprimer mes opinions politiques, mais les temps changent, je remercie pour cela les idiots savants qui nous gouvernent, et je me dois aujourd'hui d'apporter ma voix aux débats qui agitent la profession des auteurs.
Comme beaucoup, je vois notre métier se transformer et souffrir. Combien de dessinateurs, de scénaristes et de romanciers s'appauvrissent alors qu'ils travaillent de plus en plus ?
Au lieu d'aider ces passionnés qui sont les premiers acteurs de l'industrie culturelle qu'on dit si bénéfique à l'essor économique du pays, au lieu de construire un avenir meilleur avec eux, le ministère de la taxe maladive et de l'inculture française ont décidé de leur infliger un curetage fiscal d'une ampleur inédite. Sans entrer dans les détails, il faut savoir que la plupart des auteurs sont des travailleurs pauvres qui bossent une soixantaine d'heures par semaine pour ne même pas gagner le Smic, ils n'ont pas droit au chômage, n'ont quasiment jamais recours aux arrêts maladie (car ils sont indemnisés en fonction de leurs revenus et ne touchent que quelques euros par jour d'arrêt), quant à leur retraite, autant vous dire que c'est une vaste blague. J'oubliais, au niveau fiscalité, ils ne profitent de quasiment aucun avantage et leurs projets artistiques sont très peu subventionnés, voire pas du tout, contrairement à ce qui se passe dans le milieu du théâtre, de la musique ou du cinéma.
Malgré cette situation peu reluisante mais stable depuis des années, les auteurs apprennent cette semaine que leur quotidien va encore s'aggraver. Ils viennent de recevoir un courrier de la Raap (anciennement Ircec) les prévenant qu'à compter de l'année prochaine, ils devraient, en plus de leurs autres cotisations, verser 8 % de leurs revenus afin de se garantir une retraite décente (probablement le minimum vieillesse). Auparavant, les auteurs choisissaient de cotiser au minimum à cette retraite complémentaire obligatoire (formulation paradoxale) car ils aimaient bien utiliser leur argent afin d'acheter du gruyère et du beurre pour accompagner les nouilles.
Ajoutez à cela la TVA auteur qui vient de passer de 5,5 à 10 % et les contrats qui se durcissent, et l'immense majorité des auteurs va se retrouver à la rue ou arrêter d'écrire et de dessiner au profit d'activités plus "raisonnables".

Dans n'importe quelle branche, infliger une baisse de revenus de 12,5 % ( 8 % de nouvelle cotisation retraite + 4,5% d'augmentation de la TVA) serait inenvisageable. Mais auteur, ce n'est pas n'importe quel métier, en plus de dessiner ou d'écrire, nous faisons de bons paillassons. Nous ne pouvons pas bloquer les métros, les trains, le périph parisien ou les aéroports, nous n'avons pas accès aux gros médias, et personne en haut lieu ne nous écoute mais trop c'est trop.

Je n'ai jamais été syndiqué de ma vie, j'ai toujours pensé pouvoir défendre mes intérêts et ceux de mes proches en m'exprimant simplement, aujourd'hui l'impuissance me contraint à réviser mes positions et je viens de prendre ma carte au Snac (le syndicat des auteurs de BD). Je compte dorénavant relayer leurs messages et les aider à la hauteur de mes modestes moyens. En attendant, comme beaucoup, j'utilise le net pour faire connaître la cure d'amaigrissement imposée aux auteurs et j'en appelle aux gens qui aiment la lecture sous toutes ses formes.
Aidez-nous à faire entendre notre voix, partagez les messages de la juste fronde des auteurs, signez les pétitions qui tournent en ligne, et si jamais l'un de vous connaît un ministre (avec un cerveau normalement irrigué), arrangez-nous un rendez-vous. Car ce qu'il manque à nos élus, c'est de bonnes idées et justement les idées, c'est notre métier.

Olivier Peru (Auteur et dessinateur)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme
Billet de blog
La baguette inscrite au patrimoine immatériel de l'humanité
La baguette (de pain) française vient d’être reconnue par l’UNESCO comme faisant partie du patrimoine immatériel de l’humanité : un petit pain pour la France, un grand pas pour l’humanité !
par Bruno Painvin
Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin